Bien-être Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des monstres infréquentables

14:05  10 août  2018
14:05  10 août  2018 Source:   terrafemina.com

À quoi doit-on s’attendre quand on arrête la pilule? Ce qui change dans l'organisme

  À quoi doit-on s’attendre quand on arrête la pilule? Ce qui change dans l'organisme Le nombre de femmes prenant la pilule a baissé de près de 8% entre 2010 et 2013, d'après l'Institut National d'Etudes Démographiques (INED). Un choix personnel, qui entraîne certains changements. On fait le point avec une gynécologue. Désir d’enfant, changement de contraceptif… Pour des raisons diverses et variées, certaines femme décident d’abandonner la pilule. Une interruption qui induit inévitablement des changements dans l’organisme !Et pour cause : les hormones présentes dans la pilule agissent au niveau de l’hypohyse, qui donne le signal de l’ovulation. Cette contraception orale a pour effet de bloquer cette ovulation.

14 Idées de décoration intérieure populaires qui ne sont pas du tout pratiques. Un jour, alors que j’étais dans la salle de bain, j’ai entendu le voisin râler et appeler sa femme qui lui a répondu : “ Non le papier toilette est fini mon chéri.”

J'ai lu une étude et un témoignage qui disait qu'en réalité les règles ne sont pas censées faire aussi mal que la plupart des femmes le vivent.

Affirmer qu'une femme est énervée parce qu'elle a ses règles est une croyance populaire qui reste très ancrée. Mais saviez-vous que les cycles menstruels permettent de développer notre sens de l'empathie et acroissent notre capacité à résister à la peur ? C'est scientifiquement prouvé.

"Qu'est-ce que tu as à être énervée ? T'as tes règles ou quoi ?" Le mythe qui consiste à dire que toutes les femmes qui ont leurs règles se transforment en une boule de nerf infréquentable est tenace. Encore aujourd'hui, on part du principe que le grand bouleversement hormonal occasionné par les cycles menstruels s'associe automatiquement à des accès de fureur et à une irritabilité.

Cancer du côlon : les différences entre hommes et femmes

  Cancer du côlon : les différences entre hommes et femmes Le cancer du côlon est un cancer fréquent puisqu’il arrive en troisième position chez les hommes et en deuxième position après le cancer du sein chez les femmes. Mais existe-t-il d’autres différences ? Les symptômes du cancer colorectal sont-ils identiques chez les hommes et chez les femmes ?Statistiques du cancer du côlonLe cancer du côlon touche essentiellement les hommes et les femmes de plus de 50 ans. Le nombre de cancers colorectaux ne cessant d’augmenter, on s’attend à recenser 45 000 nouveaux cas chaque année à partir de 2020. On constate que les hommes sont davantage touchés que les femmes (environ 1,2 fois plus), ce qui est également valable pour le cancer du rectum.

Le sexe pendant les règles est parfois désiré, parfois non . Certaines femmes ne voudront pas en entendre parler, parce qu’elles ont mal (ou parce qu’elles ont la Rappelons au passage que pendant leurs règles , les femmes ne perdent en moyenne que deux cuillères à soupe et demie de sang.

Et c’est tant mieux, non ? Sexe pendant les règles : pour ou contre ? L’avis des internautes Cosmo. Tout d’abord, la question de la toilette intime durant les règles . Si les pertes menstruelles ne sont pas sales, elles peuvent néanmoins causer une certaine gêne chez les femmes .

Comme le rappelle l'historien français Georges Vigarello, auteur du livre La Robe et invité de l'émission Une Bonne tasse d'été ce vendredi 10 août sur France Inter : "Il y a tout un imaginaire autour des règles qui relève du rejet et de l'inquiétude. Il existe un ensemble de fantasmes comme par exemple celui selon lequel lorsqu'une femme qui a ses règles s'approche de certains produits, comme le vin et la mayonnaise, elle les fait tourner (..) Plus profondément, ces croyances révèlent une angoisse du féminin."

"Même aujourd'hui, l'idée que la biologie d'une femme peut embrouiller son cerveau est un élément fondamental de la culture populaire", souligne Zaria Gorvett, autrice d'un article publié le 7 août sur le site de la BBC. Or, la journaliste explique que les règles peuvent également avoir un effet positif sur le cerveau des femmes.

Le cancer de l'utérus est encore trop méconnu

  Le cancer de l'utérus est encore trop méconnu Les femmes ne connaissent pas assez bien les signes du cancer de l'utérus, ce qui empêcherait un diagnostic et une prise en charge rapides. D'après une étude de la BBC, cette maladie est tout simplement le cancer gynécologique le plus répandu chez les femmes, devant le cancer ovarien et le cancer du col de l'utérus, mais un tiers des cas seraient traitables rapidement, si les patientes étaient capables de reconnaître les symptômes rapidement. Les signes les plus fréquents incluent des saignements vaginaux inhabituels ou des pertes sanguines après la ménopause, entre les règles, ou après des relations sexuelles. On ignore encore les causes de la maladie, mais un des facteurs les plus souvent évoqués serait la présence importante d’œstrogène dans le corps, qui serait aussi un facteur de l'obésité. L'utilisation d'un médicament prescrit pour les patientes de cancers du sein, le tamoxifen, serait aussi en cause. Les médecins recommandent également de garder un poids sain pour réduire les risques.

Le problème que soulèvent les défenseurs des droits des femmes est que peu de victimes de violences conjugales portent plainte – que ce soit à cause de la peur d’être stigmatisée comme une « femme qui a mis son mari en prison» ou par peur de ne pas réussir à prouver les violences

Sexe pendant les règles : vos témoignages. Notre internaute Syka se confie : "ça ne me fait pas mal, mais je n'aime pas trop, et mon homme non plus. Mais ce n ' est pas le cas de toutes les femmes , loin de là, certaines ressentent à cette période un véritable pic de libido !

Une plus grande capacité de mémoire

Dans son article, Zaria Gorvett cite les travaux de la psychologue Pauline Maki qui en 2002, a réalisé une étude avec une équipe de scientifiques du Centre de Recherches en Gérontologie de Baltimore (États-Unis), afin de déterminer comment les fluctuations des niveaux d'oestrogènes affectent les capacités des femmes au cours de chaque cycle menstruel.

Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des monstres infréquentables: Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des montres infréquentables © Getty Images Non, les femmes qui ont leurs règles ne sont pas des montres infréquentables

L'étude a été menée sur un groupe de 16 femmes volontaires. Chaque participante a été soumise à des tests psychologiques à deux reprises : une fois juste après ses règles, lorsque les taux d'oestrogènes et de progestérones étaient faibles, et une fois environ une semaine après l'ovulation, lorsque les taux de ces hormones étaient élevés.

Bien qu'il s'agisse d'une petite étude, les résultats s'avèrent plutôt surprenants. Durant les jours où les participantes avaient plus d'hormones féminines dans leur système, elles étaient beaucoup moins aptes à se repérer dans l'espace, mais leur mémoire était à son plus haut niveau, notamment la faculté à apprendre de nouveaux mots. Quand leurs niveaux hormonaux étaient plus bas (donc après leurs règles), leur capacité à se repérer dans l'espace a été restaurée.

La partie du corps qui complexe le plus pendant les ébats sexuels

  La partie du corps qui complexe le plus pendant les ébats sexuels Une étude révèle que le complexe le plus courant chez les femmes et les hommes pendant les ébats sexuels serait le poids. Timidité et gêne seraient au rendez-vous... Zava, une structure de télémedecine basée à Londres, a réalisé une enquête intitulée " Complexes au lit : Qu'est-ce qui nous empêche de nous lâcher sexuellement ?" afin de déterminer les principaux complexes des partenaires lors des ébats sexuels. L'étude révèle que plus de la moitié des hommes et des femmes ne se sentent pas à l'aise avec leurs parties génitales.

Bien sûr, cela n ’ est qu’un exemple et toutes les femmes ne sont pas aussi « précises » dans leur cycle menstruel tout au long de leur vie. Il n ’ est pas rare de voir des règles plus courtes avec un cycle complet de seulement 22 jours.

Non seulement les sensations sont multiples et cela leur permet de s’abandonner complètement à vous. Certaines seront complètement passives, n’allez pas croire que les femmes ne sont pas paresseuses.

La production d'oestrogènes élevée associée à de plus grandes aptitudes sociales

Toujours selon cette étude, les femmes qui produisent un taux important d'oestrogènes pendant leurs règles auraient également de meilleures aptitudes pour maîtriser leurs émotions, en particulier la peur et la décision de se battre ou de fuir.

Ces étranges phénomènes s'expliquent par une réaction des hormones dans deux zones du cerveau : l'hippocampe et l'amygdale. La première stocke la mémoire, tandis que la seconde gère nos émotions. Curieusement, l'amygdale peut aussi être cruciale pour éviter les bévues de communication, car elle permettrait de développer son sens de l'empathie, et donc se mettre à la place de l'autre.

"Les femmes qui ont la capacité de produire de grandes quantités d'oestrogènes seraient donc plus aptes pour reconnaître la peur et auraient de grandes aptitudes sociales", avance Pauline Maki.

Enfin un argument béton que vous pourrez ressortir à quiconque vous fera une réflexion désagréable sur vos règles.

Le soja permettrait d'atténuer les effets de la ménopause .
Pour combattre les effets de la ménopause, précipitez-vous sur des produits à base de soja. La protéine de soja peut être trouvée dans le tofu, certaines céréales, dans les pâtes et c'est une des sources les plus riches en protéine, très populaire chez les végétariens et les vegans. Non seulement le soja fournit des fibres, essentielles pour le transit, mais il est également riche en minéraux et en vitamines, et contribuerait à réduire le taux de graisses saturées. Et d'après des chercheurs de l'Université de Missouri-Columbia, il aurait également pour effet de combattre les effets de la ménopause sur les os et la santé métabolique. D'après les chercheurs, les effets seraient également bénéfiques pour les femmes qui n'ont pas encore atteint l'âge de la ménopause en renforçant leurs os, ce qui permettrait, post-ménopause, de combattre l'ostéoporose, un des problèmes principaux des femmes après la ménopause. « Nos recherches montrent que toutes les femmes verront leurs os renforcés en ajoutant des produits à base de soja dans leur nourriture, que ce soit du tofu ou du lait de soja.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!