The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Bien-être 4 étapes pour réussir à apprivoiser ses complexes

01:10  11 juin  2018
01:10  11 juin  2018 Source:   mariefrance.fr

Comment réussir la cuisson d’un œuf à la coque?

  Comment réussir la cuisson d’un œuf à la coque? Comme elle est rapide, on pourrait croire que la cuisson de l’œuf à la coque est simple. Pourtant, il n’en est rien : elle regorge au contraire de subtilités ! Suivez nos conseils pour les cuire à la perfection. Une jaune coulant et un blanc cuit mais pas trop ferme, c'est ce que l'on recherche dans un bon oeuf à la coque. Il faut donc parfaitement maîtriser la cuisson. Sans parler des variations propres à chaque type d’œuf : gros, petit, de poule, de caille… Apprenez à réussir vos œufs à la coque en toute circonstance !Comme elle est rapide, on pourrait croire que la cuisson de l’œuf à la coque est simple. Pourtant, il n’en est rien : elle regorge au contraire de subtilités ! Suivez nos conseils pour les cuire à la perfection.

Amour, job, famille : votre horoscope du 8 au 14 juin. 4 étapes pour réussir à apprivoiser ses complexes . Mamans : 7 blogueuses et instagrameuses françaises à suivre !

derniers articles Equilibre. 4 étapes pour réussir à apprivoiser ses complexes . Prendre soin de ses dents sans se ruiner. Sans gluten : 10 alternatives à la farine de blé. 10 astuces à adopter au quotidien pour un ventre plat.

femme-complexe © Fournis par Media 365 femme-complexe

Apprenez à les repérer, les maîtriser pour vivre sereinement à leurs côtés. Mireille Rosselet-Capt*, psychologue et psychothérapeute, qui vient de publier "Apprivoiser ses complexes" (éd. Jouvence, 2018), nous livre ses conseils pour les identifier et les dépasser.

Les complexes, ça vous parle ? Parions que oui, puisque ce mot est souvent utilisé à tort dans le langage courant ! Étymologiquement, « complexe » est issu d’un verbe latin qui réunit cum (avec) et plecto (tourner, entrelacer, tresser), pour indiquer le fait de « tresser ensemble ». Il ne s’agit donc pas de particularités physiques que nous avons du mal à accepter et qui provoquent un mal-être, tel un nez jugé trop crochu ou un postérieur XXL. Le psychiatre suisse Carl Gustav Jung a été le premier à théoriser à ce sujet en psychologie, au tout début du XXe siècle. « Selon Jung, ce sont des sortes de “nœuds psychiques”, constitués d’émotions et de souvenirs entremêlés, explique Mireille Rosselet-Capt, psychologue et psychothérapeute. Ils se manifestent par une réaction comportementale (rougir, transpirer, avoir des palpitations cardiaques...), émotionnelle (la peur, la honte, la colère, la paralysie...), ou intellectuelle (je n’y arriverai jamais, je suis trop nulle), qui se répète et que l’on n’arrive pas à maîtriser. » Un exemple ? Les victimes d’un sentiment d’infériorité analysent tout en termes de « supérieur ou inférieur » et se comparent sans cesse aux autres. Elles ont ainsi tendance à estimer que tout le monde les dénigre ou les prend de haut sans raison… « Le complexe déforme notre expérience, fausse notre sens de la réalité, influe sur notre analyse d’une situation donnée, précise la psychologue. Il peut nous faire penser que tout le monde nous méprise, ou que décidément, personne n’est fiable… » S’ils ne se suppriment pas, ils peuvent être canalisés et transformés. Découvrez comment, pour gagner en liberté et vous aimer davantage. 

Comment réussir ses blancs en neige au Thermomix ?

  Comment réussir ses blancs en neige au Thermomix ? Les blancs en neige restent, même pour les bons pâtissiers, un moment délicat. Il y a toujours le risque qu’ils ne montent pas ou qu’ils retombent. Le Thermomix est le bon outil pour réussir la manœuvre. Voici nos astuces pour des blancs en neige légers et aériens. Des oeufs pas trop jeunes Avant de commencer, on choisit des œufs pas trop frais qui ont déjà entre 8 et 10 jours. Et surtout, on les conserve à température ambiante, il est inutile de les placer au frigo.

derniers articles Equilibre. 4 étapes pour réussir à apprivoiser ses complexes . Prendre soin de ses dents sans se ruiner. Sans gluten : 10 alternatives à la farine de blé. 10 astuces à adopter au quotidien pour un ventre plat.

derniers articles Equilibre Amour, job, famille : votre horoscope du 8 au 14 juin 4 étapes pour réussir à apprivoiser ses complexes

1/Repérer vos complexes

Si certains sont conscients et d’autres inconscients, ils ont un trait commun : quand ils surviennent, on n’est plus soi-même, on réagit d’une façon qui n’est ni normale ni naturelle. Il peut s’agir de surréaction, c’est-à-dire de réaction disproportionnée, en explosant (et en regrettant après coup son manque de maîtrise) ou de sous-réaction, lorsqu’on se coupe de la situation, que l’on perd ses moyens. Il faut donc être attentif au malaise physique et émotionnel qu’ils peuvent provoquer. « Cela peut aussi se manifester par un moment de “déconnexion”, indique Mireille Rosselet-Capt, dans une conversation, lorsqu’un mot fait surgir un complexe, comme “argent”, et que vous n’entendez pas la fin de la phrase. » Le même genre de phénomène peut se produire en écoutant la radio, en lisant le journal, en regardant la télévision : notre attention est soudain distraite, suite à une information ou un terme précis. Un exemple ? L’annonce de la grossesse ou du mariage d’une personnalité peut rappeler que le sujet est sensible pour nous. Autre situation révélatrice : les petits coups de blues. Nous devons donc reconnaître quelles informations ou actions ont un effet déclencheur. Le but de ces questionnements et de cette analyse du passé ? Avoir au maximum conscience de ses complexes pour pouvoir les corriger, ne plus y croire lorsqu’ils surviennent et arriver à les encaisser. 

2/Comprendre ce qui les déclenche

Contrairement à une idée répandue, les complexes ne naissent pas uniquement dans l’enfance : il en surgit sans cesse de nouveaux, tout au long de la vie. Par exemple, celui lié à l’argent tend à être dominant entre 20 et 30 ans, diminue à l’âge mûr pour augmenter à nouveau avec la vieillesse, quand la question de la sécurité financière peut inquiéter. Celui de l’autorité diminue, lui, avec les années car nous rencontrons de moins en moins de professeurs, de patrons, qui font figure d’autorité. « Le complexe n’arrive jamais par hasard, ajoute la psychologue. S’il fait si mal, c’est parce qu’il réactive des expériences négatives passées auxquelles nous assimilons la situation actuelle. Les réprimandes d’un supérieur peuvent, par exemple, rappeler celles d’un membre de la famille. » La première cause, et la plus fréquente, est un choc émotionnel. « Des traumatismes légers, comme une intervention médicale de routine, peuvent aussi nous paralyser, signale Mireille Rosselet-Capt. Le complexe n’empêche pas d’avancer, mais donne la sensation d’être amputé d’une précieuse partie de soi-même, un peu comme un paquebot dont la coque a été déchirée en plusieurs endroits. Les compartiments endommagés sont alors fermés et rendus inaccessibles pour assurer la survie du navire. » La seconde cause des complexes, et la plus profonde, vient des aspects sombres de notre personnalité, que nous ne voulons pas reconnaître. « Ils ne collent pas à l’image que nous voudrions avoir de nous-même et que nous voulons montrer aux autres, explique la psychologue. En cherchant à être parfait, nous refusons notre part d’ombre. Or, pour mener une vie pleine et équilibrée, il est fondamental d’admettre notre ambivalence, de reconnaître nos limitations, et d’intégrer les aspects peu reluisants de notre personnalité… » Pas besoin de remonter à l’origine du complexe, à sa première image, il suffit de comprendre quand et pour quelle raison il se déclenche. 

3/Apprendre à y résister

Une fois qu’on a réussi à les identifier, il faut apprendre à gérer les émotions qu’ils suscitent. Le malaise ou la réaction disproportionnée ne durent généralement que quelques minutes. Il faut donc « endurer » lorsqu’ils surviennent. Avec le temps et de l’entraînement, la réaction devient de moins en moins paralysante. La bonne attitude ? « Se dire que l’on n’y peut rien, conseille la psychologue, et se rappeler que les complexes sont un jugement sur soi et non une partie de soi-même. Ils ne disent pas la vérité mais véhiculent des croyances sur soi. » La bonne attitude est de respirer profondément en se concentrant sur son souffle, ouvrir les fenêtres pour prendre un peu d’air, ou encore de fixer son attention sur autre chose. Par exemple, si un collège nous fait une réflexion qui nous fait nous sentir nulle et qui réveille un sentiment d’infériorité, il faut accepter l’émotion qui naît en nous, nous en détacher et ne pas la réactiver. Inutile en effet, dans un second temps, de rabâcher intérieurement, « il a osé me dire ça », « encore un qui veut m’écraser »... Se flageller ne sert à rien ! 

4/Se traiter avec respect

Une fois la tempête du complexe passée, il est primordial de ne pas remuer le couteau dans la plaie, mais plutôt de se traiter avec bienveillance. Avoir été chamboulé est une réaction normale. « Beaucoup de gens ont tendance à redoubler leurs expériences pénibles en se reprochant de ne pas être une meilleure personne, rage la psychologue. On est fâché d’être en colère, malheureux d’être triste, confus d’avoir honte, et on se sent coupable de culpabiliser. Nous ne devons pas faire un complexe d’avoir des complexes ! » Plutôt que de s’accabler de reproches, il est préférable de se dire des paroles intérieures bienveillantes. Le bon discours ? Se rassurer en affirmant en son for intérieur que tout le monde en a et donc peut être un peu paralysé comme nous l’avons été. Prête désormais, à rencontrer vos complexes ? 

Quels sont les principaux complexes ?

Complexe paternel, complexe maternel, complexe lié à la fratrie, complexe à  l’autorité, complexe à l’argent, complexe à la mort... nous les possédons tous, mais chacun les colore à sa façon, selon ses expériences, ses rencontres, ses lectures, etc. Par exemple, notre complexe maternel est basé sur notre relation avec notre mère, mais aussi sur nos rapports avec des amies que nous avons pu fréquenter, des films que nous avons vus, des livres que nous avons lus... Voilà pourquoi les complexes ne nous marquent pas tous de la même façon : deux sœurs n’auront pas les mêmes complexes maternels, même si elles ont vécu avec la même mère, et reçu la même éducation. « Certains complexes peuvent être également porteurs d’énergie, de stimulation, ajoute Mireille Rosselet-Capt. Un complexe paternel positif, par exemple, va faciliter l’insertion sociale, la confiance en soi et l’assurance intellectuelle. » psychotherapie-rosselet-capt.ch

A lire également :

  • 20 stars qui avouent leurs petits complexes !
  • Pourquoi est-ce que j’ai peur de prendre la parole en public ?
  • 9 clés pour renforcer l’estime de soi

«Les autres sont plus cool que moi»: 3 étapes pour arrêter de se dévaloriser .
Dans la rue, au cinéma, sur Instagram On passe notre temps à se comparer aux autres. Pour reprendre confiance en soi et s'affirmer à nouveau, il existe des étapes simples. Quand on n'a pas confiance en soi, tous les autres nous paraissent mieux, plus cool, plus intelligents, plus beaux. En nous comparant à eux, on ne cesse alors de se rabaisser et de focaliser sur nos failles (souvent fantasmées).Pourtant, la confiance en soi est primordiale pour affirmer ses envies et avancer dans ses projets. Elle permet également d'être en accord avec soi-même et d'être totalement libérée du regard des autres.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!