Bien-être Dépression: une piste originale de traitement découverte par des chercheurs français

01:12  14 mai  2018
01:12  14 mai  2018 Source:   femmeactuelle.fr

L'acné augmenterait les risques de dépression

  L'acné augmenterait les risques de dépression Des chercheurs de l’Université de Calgary au Canada l’ont confirmé : l’acné est un facteur de dépression. L’enquête a été menée sur une durée de 15 ans sur 134 427 participants avec de l’acné et près de 2 millions de personnes qui n’en sont pas atteintes. Publiée dans le British Journal of Dermatology (le Journal Britannique de Dermatologie, ndlr), l’enquête révèle que le risque de développer une dépression importante est plus ...Des chercheurs de l’Université de Calgary au Canada l’ont confirmé : l’acné est un facteur de dépression.

L'inflammation à l'origine de certaines dépressions est une piste explorée par des chercheurs de l'université de Bordeaux. Quelle est la différence entre déprime et dépression ? Dépression : que penser du traitement par sismothérapie ? Sponsorisé par Ligatus.

« La découverte d’un nouveau mécanisme impliqué dans la dépression et son blocage par une molécule dotée d’effets antidépresseurs aussi forts que les traitements classiques offre une nouvelle compréhension de cette maladie et des pistes inédites pour développer de meilleurs traitements

Dépression : une piste originale de traitement découverte par des chercheurs français © Prisma Media Dépression : une piste originale de traitement découverte par des chercheurs français

Des chercheurs ont identifié une protéine qui joue un rôle clé dans la modification des émotions. Le fait de bloquer la sécrétion de cette substance agirait comme un antidépresseur. Une découverte qui pourrait mener à un nouveau traitement contre la dépression.

Deux millions de personnes sont confrontées à la dépression chaque année en France. Au cours d’une étude, des chercheurs français et canadiens ont découvert une piste qui pourrait mener à un traitement contre cette maladie. Ils sont parvenus à isoler une protéine qui joue un rôle clé dans la modification des émotions et du comportement. Nommée ELK-1, elle est présente à des taux beaucoup plus élevée chez des patients qui résistent aux anti-dépresseurs.

Traitement de la grippe: attention au syndrome de Reye

  Traitement de la grippe: attention au syndrome de Reye Touchant principalement les enfants, le syndrome de Reye est une pathologie potentiellement grave pouvant être secondaire à une infection virale, telle que la grippe, traitée par aspirine. Le syndrome de Reye, qu’est-ce que c’est ?Il s’agit d’une pathologie virale relativement rare qui associe une atteinte cérébrale à un trouble hépatique. Si le syndrome se manifeste généralement à la suite d’une varicelle ou d’une rhinopharyngite, il peut également survenir après une grippe.

Une étude, actuellement menée par la fondation Beckley et l’Imperial College de Londres, explore la piste des bénéfices de l’acide lysergique diéthylamide (LSD) dans le traitement de l’anxiété et de la dépression .

Une découverte réalisée par des chercheurs sibériens ouvre de nouveaux horizons à la recherche. La dépression chez ces groupes est définie par un autre gène qu’il faudra encore découvrir .

Les scientifiques, qui sont entre autres des membres de l’Institut des Neurosciences de la Timone (APHM) de Marseille et des chercheurs canadiens, ont publié leurs résultats dans la revue scientifique Nature Medicine lundi 7 mai dernier. Pour mener à bien leurs recherches, les chercheurs ont analysé des tissus provenant d’encéphales (l'ensemble du système nerveux central qui se trouve à l'intérieur de la boîte crânienne) de patients décédés et ont réalisé des tests sur les animaux. Les spécialistes ont constaté que le niveau de cette protéine était particulièrement élevé lorsque le patient avait souffert d’une dépression résistante aux traitements. Par ailleurs, ils ont remarqué que bloquer la sécrétion de cette substance agissait comme un antidépresseur. Les mêmes résultats dans le sang et dans le cerveau ont été observés chez la souris et chez l’humain.

Le millepertuis, un antidépresseur naturel

  Le millepertuis, un antidépresseur naturel Pour soigner les troubles dépressifs légers, cette plante aux fleurs jaunes peut constituer une bonne alternative aux médicaments. On vous explique comment l’utiliser sans risques. Il existe plusieurs espèces de millepertuis. Ici, on parle du millepertuis perforé (Hypericum perforatum). Cette plante rustique vivace est réputée pour ses effets sur le moral depuis le moyen-âge. Plusieurs études ont prouvé son efficacité pour traiter les états anxieux et la dépression, et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l’a également reconnue.

Au cours de leurs précédentes recherches, les chercheurs avaient mis en évidence sur deux cohortes de patients (atteints d’un cancer du poumon de bon ou mauvais pronostic) qu’un programme spécifique de traitement de la dépression des patients cancéreux permettait d’améliorer leurs

Selon le dr Karl Deisseroth, professeur de bio-ingénierie et de psychiatrie, principal auteur des travaux, «cette découverte devrait permettre de savoir «On peut utiliser ce circuit électrique comme cible pour mettre au point de nouveaux traitements anti- dépression spécifiques très efficaces», explique

Un nouveau traitement

Cette découverte permettrait de tester chez l’animal l’efficacité d’un nouveau traitement contre la dépression, qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet, révèle Le Point. L’Inserm rappelle qu’environ une personne sur cinq a souffert ou souffrira dans sa vie d’une dépression et entre 5 et 20% des patients se suicident suite à la maladie.

À lire aussi :

- Dépression : 5 signes qui doivent vous alerter

- 12% des dépressions pourraient être évitées grâce au sport

- 7 phrases à ne pas dire à une personne dépressive

Cancer du poumon : un traitement prometteur bientôt disponible ? .
Un traitement associant un médicament d’immunothérapie et une chimiothérapie classique permettrait de réduire de moitié le risque de décès chez les patients atteints de cancer du poumon. Quatrième cancer le plus fréquent en France, le cancer du poumon est aussi l’un des plus meurtriers. En 2017, il a touché plus de 49 000 nouvelles personnes et a été à l’origine de près de 31 000 décès. Mais la donne pourrait bientôt changer, grâce aux avancées de la recherche médicale. Un traitement en test depuis 2017 sur des patients atteints de cancers du poumon métastatiques a révélé son efficacité : il réduirait de moitié le risque de décès. Une bonne nouvelle qui a été révélée lundi 16 avril à l'occasion du Congrès annuel de cancérologie, organisé par l’Association américaine pour la recherche sur le cancer (AACR), et qui se déroule à Chicago (États-Unis). Ce traitement associe le Keytryda, un médicament d’immunothérapie, et une chimiothérapie classique. Et ses effets sont surprenants : il permettrait à 70 % des malades de contrôler la maladie. "C'est un vrai progrès pour les malades atteints de cancer du poumon à un stade avancé. Les premiers résultats sont vraiment très porteurs d'espoir () Je pense que d'ici un an, cela deviendra assez rapidement un standard pour la prise en charge des patients", explique le professeur Christos Chouaid, pneumologue en oncologie thoracique à l'hôpital Intercommunal de Créteil, à France Info. Et pour cause : ce traitement devrait obtenir une autorisation européenne de mise sur le marché avant la fin de l’année, et pourrait être commercialisé en France courant 2019. Un nouvel espoir pour les malades.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!