Tech & Science Les armes numériques de la nouvelle vague féministe

21:20  13 février  2018
21:20  13 février  2018 Source:   mashable.france24.com

Antonio Conte, la rumeur de trop ?

  Antonio Conte, la rumeur de trop ? Depuis son arrivée au club à l'été 2016, Antonio Conte ne semble pas pouvoir vivre sereinement son règne à la tête de Chelsea. Malgré le titre de champion glané l'été dernier, le Transalpin est régulièrement sujet à de nombreuses rumeurs ... © Reuters Antonio Conte En avril 2016, sa nomination anticipée alors qu'il était encore sélectionneur national de l'Italie en avait surpris plus d'un, ce qui ne l'avait pas empêché de mener la Nazionale jusqu'en quart de finale de l'Euro organisé par la France, tombant face à l'Allemagne aux tirs au but.

Avec #MeToo, les femmes sont véritablement entrées dans la 4e vague du féminisme, l’ère du féminisme connecté. Et comme beaucoup de mouvements sociaux associés au numérique , elle est disruptive et globale : le hashtag lui permet de surfer sur Internet

À l’aide des outils numériques , la militance féministe d’aujourd’hui joue sur plusieurs tableaux : médias sociaux, invasion de la sphère publique VOIR AUSSI : L'emoji serpent, arme sexiste de diffamation massive. Cette 4e vague a été critiquée comme étant trop dépendante d’Internet, mais

À l’aide des outils numériques, la militance féministe d’aujourd’hui joue sur plusieurs tableaux : médias sociaux, invasion de la sphère publique, scandalisation, provocation…

Avec #MeToo, les femmes sont véritablement entrées dans la 4e vague du féminisme, l’ère du féminisme connecté. Et comme beaucoup de mouvements sociaux associés au numérique, elle est disruptive et globale : le hashtag lui permet de surfer sur Internet, le "Me" renvoie à l’activité de l’égoportrait collectif, au-delà du selfie narcissique, et le "Too" à l’influence réciproque sur les réseaux. Sa maturité actuelle est liée à la maturité des médias sociaux nés en 2005 qui viennent appuyer cette cybermilitance.

Internet perd John Perry Barlow, l'un de ses plus grands défenseurs

  Internet perd John Perry Barlow, l'un de ses plus grands défenseurs Militant des libertés numériques et pionnier de l'informatique, John Perry Barlow était aussi l'un des premiers partisans de la «révolution numérique». © EFF John Perry Barlow est mort dans son sommeil, à 70 ans. L'histoire de l'informatique perd l'un de ses meilleurs conteurs. À 70 ans, John Perry Barlow s'est «tranquillement» éteint dans son sommeil, des suites de problèmes cardiaques qui l'avaient affaibli depuis 2015, selon le message commémoratif publié par l'association de défenses des libertés numériques Electronic Frontier Fondation ce 7 février.

Pour les articles homonymes, voir Troisième vague . La troisième vague féministe renvoie à un large ensemble de revendications politiques et de pratiques artistiques, mises en avant à partir des années 1980 — aux États-Unis d’abord — par des militantes féministes issues de groupes minoritaires et

À la fin des années 1960, une nouvelle vague militante féministe émerge aux États-Unis et en Europe de l 'Ouest au sein de l ’espace politique ouvert par le mouvement étudiant.

VOIR AUSSI : L'emoji serpent, arme sexiste de diffamation massive

Cette 4e vague a été critiquée comme étant trop dépendante d’Internet, mais chaque vague antérieur a été accompagnée par un nouveau média, qui a élargi le cadre des publics subalternes concernés. L’"alliance" toute relative, voire la co-dépendance, entre le mouvement féministe et les médias renaît régulièrement aux États-Unis, qui sont un laboratoire d’innovation médiatique et techno-discursive depuis le XIXe siècle, quand le féminisme se fait collectif, après les écrits féconds de quelques pionnières. Avec Internet et les réseaux sociaux, il se fait connecté et rencontre de plus en plus les autres féminismes de par le monde.

Vagues féministes et médias

Angers: ils tournent un film avec des armes factices, la police intervient

  Angers: ils tournent un film avec des armes factices, la police intervient Quatre lycéens qui tournaient un court-métrage pour le bac, dans les rues d'Angers, mercredi, se sont fait interpeller par la police. Une intervention pas prévue dans le scénario. © AFP PHOTO / GERARD JULIEN Quatre lycéens qui tournaient un court-métrage pour le bac, dans les rues d'Angers, mercredi, se sont fait interpeller par la police (image d'illustration). L'affaire prête à sourire, mais elle aurait pu virer au drame.

La deuxième vague féministe se rapporte à une période de lutte féministe qui commença à la fin des années 1960 aux États-Unis, puis s'étendit à travers le monde occidental. Après la Première Guerre mondiale, le mouvement féministe s'essouffle d'autant que les pays occidentaux

Vous lisez un « bon article ». La première vague féministe est une période de l 'histoire du féminisme qui va des années 1850 à 1945 et qui concerne les pays européens et les États-Unis. Pour chaque pays

La métaphore de "la vague" émerge en 1920 selon Elizabeth Sarah dans son ouvrage Reassessments of “First Wave” Feminism avant de se propager en Europe et dans le reste du monde dans les années 1970. Pour critiquable qu’elle soit, elle n’en visualise pas moins la déferlante régulière de lames de fond qui marque les étapes de libération de la femme tout autant que les difficultés du féminisme à s’installer durablement dans la société. Elle évoque aussi de longues périodes de reflux qui, avec les médias audiovisuels et numériques, sont de plus en plus courtes.

Ainsi, chaque vague s’appuie sur la maturité d’un nouveau média et aboutit à une avancée dans la sphère publique ou politique, qui fait émerger de nouveaux types de femmes :

file-20180208-180813-um4txj.jpg © Fournis par France Médias Monde file-20180208-180813-um4txj.jpg

Les suffragettes à New York, en mai 1912.Wikimedia

La première vague, de 1848 (Elisabeth Cady Stanton et la "Déclaration de Sentiments" à Seneca Falls) à 1920 (XIXe amendement de la constitution américaine, "Le droit de vote des citoyens des États-Unis ne sera pas refusé ou limité par les États-Unis ou par un État quelconque en raison du sexe"), revendique le droit de vote et l’égalité juridique.

Fusillade en Floride: Emma Gonzalez, la lycéenne qui veut «changer la loi» sur les armes

  Fusillade en Floride: Emma Gonzalez, la lycéenne qui veut «changer la loi» sur les armes Dans une vibrante allocution, une survivante de la tuerie de Parkland s'en est pris au président Trump et à tous les défenseurs de la vente libre des armes aux Etats-Unis. En un puissant discours de dix minutes entrecoupé de larmes, samedi, elle est devenue l’héroïne des partisans du contrôle des armes à feu aux Etats-Unis. Emma Gonzalez est l’une des rescapées de la tuerie du lycée Marjory Stoneman Douglas, à Parkland (Floride). Trois jours après la fusillade qui a fait 17 morts dont une majorité d’adolescents, la jeune fille, qui était cachée dans un amphithéâtre lors du massacre, a pris la parole dans la ville voisine de Fort Lauderdale au cours d’une manifestation d’hommage aux victimes.

Sauter à la navigation Sauter à la recherche. La quatrième vague féministe est une notion apparue à la fin des années 2000. Une nouvelle génération de féministes arrive reprenant les thèmes des vagues précédentes mais en les inscrivant dans une utilisation importante des outils modernes et en

VOIR AUSSI : Les armes numériques de la nouvelle vague féministe . Amanda Mitrovic, dirigeante de la Coordination féministe universitaire (Confeu), s'est réjouie de " l 'appui d'une grande partie de la société".

Elle glisse sur les rouleaux de la presse indépendante progressiste et du développement des magazines pour femmes, tout en jouant de la pénétration des écrans de cinéma dans l’espace public. Elle reste majoritairement essentialiste, avec une vision féminine de la femme. Elle donne naissance au type de la "flapper", la garçonne émancipée.

La deuxième vague, de 1968 (Martha Weinman Lear, "The Second Feminist Wave" dans NY Times Magazine) à 1972 (passage du Title IX du Civil Rights Act de 1964), demande le droit des femmes à disposer de leurs droits sociaux et de leur corps. Elle déferle avec l’appui de la télévision pénétrant dans tous les foyers, avec le déploiement des soap operas de l’après-midi. Elle est majoritairement différentialiste, avec une quête de l’autonomie et de l’égalité dans le système. Elle donne naissance au type de la "working woman", la femme active à la carrière professionnelle.

file-20180208-180821-tnite7.jpg © Fournis par France Médias Monde file-20180208-180821-tnite7.jpg

Elizabeth Cady Stanton, féministe radicale de la 1ʳᵉ vague, en 1880. Wikipedia

A Miami, les amateurs d’armes défendent leurs droits malgré la fusillade

  A Miami, les amateurs d’armes défendent leurs droits malgré la fusillade Il suffit généralement d’avoir un casier judiciaire vierge pour pouvoir acheter une arme aux Etats-Unis. Mercredi, un jeune homme a ouvert le feu sur ses anciens camarades de lycée, faisant 17 morts. Pistolets, fusils, munitions: on trouve de tout à la Foire aux armes qui se tenait ce week-end à Miami, même le fusil semi-automatique AR-15 ayant servi à tuer 17 personnes cette semaine dans un lycée des environs. Mike Vallone, 55 ans, s’en est offert un pour 600 dollars, qui viendra étoffer sa collection d’armes. Il en a déjà une cinquantaine. Quand on lui demande pourquoi en posséder tant, il répond: «Parce que je l’ai choisi. La Constitution me donne le droit d’en posséder et j’exerce mon droit constitutionnel».

Introduction au web-documentaire XX = XY, réalisée par Nacer Boubekeur, Fleur de Boer, Camille Evangelista, Mayline Meynard, et Marie de Brauer. Retrouvez l'

Puis en 1990, l'auteure Rebecca Walker décrète que la nouvelle génération constitue une troisième vague et que cette appellation est meilleure que celle de « féministe post- féministe » utilisée dans un article du New York Times Magazine.

La troisième vague, de 1991 (Rebecca Walker dans Ms magazine, "I Am the Third Wave" en faveur d’Anita Hill) à 2005 (Condoleezza Rice, première Secrétaire d’État afro-américaine), exprime le droit au désir féminin et à la diversité. Elle se diffuse sur le câble et le satellite qui atteignent des zones reculées et pénètrent à l’étranger, avec la vogue des séries en tous genres. Elle est majoritairement intersectionnaliste, avec une conscience que l’oppression féminine ne tient pas qu’au sexe mais aussi à la race, la classe, l’âge, etc.. Elle donne naissance au type de la "power girl", la jeune fille au pouvoir d’agir.

La quatrième vague, en cours, a connu des ratés depuis son annonce par Pythia Peay en 2005 dans le magazine alternatif Utne Reader. Elle se confirme entre 2012 et 2018 avec #MeToo (créé en 2017 par Alyssa Milano, basé sur un slogan de Tarana Burke en 2007) et le mouvement Time’s Up, annoncé en janvier 2018 dans le New York Times – où s’exprime la solidarité entre les femmes défavorisées de la Alianza Nacional de Campesinas et les stars de Hollywood, à propos de l’affaire Weinstein. Elle réclame la parité au quotidien, pour en finir avec le sexisme et les injustices de genre, à un niveau transnational. Elle surfe sur la vague des médias sociaux transfrontières, aux hashtags et posts créatifs. Elle vise l’inclusivité et refuse la dimension binaire des sexes et genres comme la 3e vague mais ré-invente les revendications sociales et politiques de la 2e. Elle donne naissance au type de "la femme rebelle", hybride entre la meneuse et la lanceuse d’alerte.

Armes : Donald Trump veut interdire les mécanismes utilisés par le tireur de Las Vegas

  Armes : Donald Trump veut interdire les mécanismes utilisés par le tireur de Las Vegas Le président américain est sous pression après la mobilisation d'élèves rescapés de la fusillade dans un lycée de Floride. Confronté à une vague d'indignation née de la fusillade sanglante dans un lycée de Floride, Donald Trump est monté au créneau mardi sur les armes à feu, proposant d'interdire un mécanisme particulièrement meurtrier utilisé fin 2017 lors de l'attaque de Las Vegas.Le président américain est sous pression en raison notamment de la mobilisation d'élèves rescapés du massacre.

sse Nouvelle vague Nouvelle vague Un p’tit M.G. trois compères Assis dans la bagnole sous un réverbère Une jambe ou deux par-dessus la portière Nouvelle vague Nouvelle vague Trois mignonnes s’approchent fort bien balancées Elles chantent une chanson d’Elvis Presley Voilà nos

L´expression " La Nouvelle Vague " est communément utilisée pour décrire la nouvelle génération de cinéastes français qui a émergé à la fin des années 50. " La Nouvelle Vague " est en fait un véritable raz-de-marée.

file-20180208-180808-ij89ak.jpg © Fournis par France Médias Monde file-20180208-180808-ij89ak.jpg

Une manifestation #MeToo non loin du Trump International Hotel le 9 décembre 2017 à New York.STEPHANIE KEITH/AFP

L’utilisation des médias sociaux : contrer les stratégies paternalistes

Le féminisme s’est donc toujours appuyé sur les médias et leurs représentations, pour en critiquer les stéréotypes et faire avancer de nouvelles images de la femme émancipée. Avec chaque média, de nouveaux publics et groupes de femmes subalternes sont atteints, des femmes blanches de l’élite (1re vague) aux femmes des classes moyennes et des minorités (2e vague) aux femmes et hommes LGBTQ (3e vague) pour finir par l’espèce de synthèse actuelle touchant toutes les classes et minorités, mondialisées.

Les médias sociaux apportent une contribution supplémentaire à la démocratisation des revendications féministes. La multivalence de cette 4e vague est réelle, d’autant qu’elle s’est forgée avec d’autres crises du millénaire, celle des subprimes en 2008 suivie de mouvements tels que Occupy en 2011. Elle est consciente des soubresauts de classe et de race et se préoccupe du désengagement de l’état.

Ainsi avec Time’s Up ("C’est fini") s’exprime la volonté de s’en prendre à des problèmes systémiques et structurels de l’inégalité des sexes, par la création d’un fonds de solidarité pour aider aux poursuites judiciaires en matière de harcèlement au travail.

VOIR AUSSI : #Balancetonporc, #YoTambien, أنا_كمان#: ces hashtags nous auront aussi rappelé que le harcèlement n’a pas de frontières

March of Our Lives : Hollywood met la main au portefeuille pour la cause anti armes à feu

  March of Our Lives : Hollywood met la main au portefeuille pour la cause anti armes à feu La semaine dernière, une nouvelle tuerie de masse a ensanglanté les Etats-Unis. Le drame s'est déroulé dans une école, la Stoneman Douglas High School , située à Parkland, en Floride, où 17 élèves ont trouvé la mort. Ce carnage a de nouveau mis en lumière le problème de la vente des armes à feu et de leurs accès, que défend bec et ongle le tout puissant lobby de la NRA et qui est protégé par le fameux second amendement de la Constitution. Pour exprimer leur colère et leur ras-le-bol, les anti armes à feu organisent une grande marche qui se tiendra le 24 mars prochain à Washington DC. Une marche sobrement baptisée March of Our Lives, qui lance aussi un appel aux dons. Du côté d'Hollywood, on se mobilise pour la cause en mettant la main au portefeuille. Le premier à se mobiliser est George Clooney et sa compagne Amal, qui annoncent faire un don de 500.000 $, en précisant dans un communiqué qu'ils seront présents à cette marche : "Amal et moi sommes émus par le courage et l'éloquence de ces jeunes garçons et femmes de la Stoneman Douglas High School. Notre famille sera là le 24 mars à leurs côtés, avec toute cette incroyable génération de jeunes gens des quatres coins du pays. Au nom de nos enfants Ella et Alexander, nous faisons don de 500.000 $ pour l'organisation de cet événement. La vie de nos enfants en dépend". Oprah Winfrey, qu'on ne présente plus, a emboîté le pas de George Clooney, en faisant également don de 500.000 $.

Ainsi, après une première vague du féminisme axée sur des revendications économiques, sociales, puis politiques, de nouvelles revendications voient le jour donnant naissance à la deuxième vague du féminisme ou néoféminisme.

Cette vague féministe chilienne fait la Une de tous les journaux chiliens. …Ema, Alicia, Maria, Valentina, Carolina, Josefina, Andrea, Fernanda, Camila, Florencia, Nina, Lucia … et des milliers d’autres sont la voix d’une une génération qu’a décidé de dire BASTA YA !, le nouveau #MeToo

Les activistes de la 4e vague prennent le contrepied systématique des stratégies patriarcales pour éviter de payer les conséquences de leurs actes : minimisations, pressions, petits arrangements, isolement, voire ostracisme… À celles-ci, les médias sociaux parent en favorisant l’influence au quotidien, la confession,la provocation et l’égoportrait en lien direct avec les grandes stratégies de la militance en ligne (force des liens faibles, scandalisation, effets structurants des réseaux, re-territorialisation d’initiatives en ligne)

L’influence au quotidien : donner de la force aux liens faibles

L’une des stratégies de l’influence est celle de l’invasion de la sphère publique, en passant d’une pratique amateure à une pratique militante distribuée et collective. La construction de l’influence se fait par la détection de communautés "subalternes" où les femmes élaborent des contre-discours de dénonciation. Elle joue de la réciprocité des liens faibles, en faisant appel à des influenceurs et influenceuses capables d’en mobiliser d’autres, tout en protégeant les personnes un peu trop fortes de leur propre statut et en contrant les "petits arrangements" entre hommes au pouvoir qui pourraient affecter les femmes plus fragiles. Ainsi les stars de Hollywood, en position de visibilité, parlent en cascade, ce qui permet à d’autres victimes de s’exprimer dans la foulée et de donner de la force au réseau d’idées tout en envoyant un message fort au patriarcat, ce qui rend la récupération plus difficile et l’étouffement des affaires impossible.

L’outil de la confession : scandaliser l’opinion publique

Le partage en ligne de l’expérience du harcèlement permet d’engager un travail commun de mise en scandale. Il passe par la confession personnelle et individuelle, sans anonymat. Son aspect cumulatif vise les représentations collectives. L’exposition de l’intimité, déjà très présente en ligne, trouve ici une mise à l’échelle qui confère une dimension planétaire au phénomène du harcèlement. La mutation de la présentation de soi en ligne affecte l’émergence du comportement social de la 4e vague, proche du zéro tolérance (#BalanceTonPorc). Elle permet le passage d’une conscience individuelle à une conscience collective, propice à la recherche de solutions politiques inédites. Ainsi les dénonciations du harcèlement quotidien dans les transports sur le site de Laura Bates créé en avril 2012, Everyday Sexism Project ont permis la formation de 2 000 policiers à Londres.

La provocation : jouer des effets structurants des réseaux

La provocation et la riposte, caractéristiques des stratégies des femmes rebelles de la 4e vague, passe par les applications des médias sociaux qui permettent la réciprocité, d’où la force du hashtag. En n’attendant pas la permission, les rebelles ne laissent pas le temps à l’establishment patriarcal de s’organiser, y compris en minimisant le problème et en instrumentalisant des femmes contre des femmes (comme dans le cas du

#Deneuve

). C’est une force de persuasion agile, ludique et difficile à contrer de par sa viralité sur les réseaux, et...

  Les armes numériques de la nouvelle vague féministe © Simona Granati - Corbis via Getty Images

Les enseignants américains ne se voient pas en agents de sécurité .
La proposition iconoclaste de Donald Trump d'armer les enseignants pour éviter une nouvelle fusillade en milieu scolaire suscite les plus grandes réserves, voire le rejet, des professeurs qui s'imaginent mal en auxiliaires de sécurité. "Les parents et les éducateurs rejettent massivement l'idée d'armer les personnels scolaires", a déclaré Lily Eskelsen Garcia, présidente de la National Education Association (NEA), le plus grand syndicat d'enseignants américain.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!