Tech & Science Une cyberattaque majeure potentiellement aussi coûteuse qu'un ouragan

16:45  17 juillet  2017
16:45  17 juillet  2017 Source:   afp.com

Une cyberattaque massive pourrait coûter plus de 50 milliards de dollars

  Une cyberattaque massive pourrait coûter plus de 50 milliards de dollars Une cyberattaque mondiale majeure pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars de pertes économiques, selon une étude du Lloyd's. Soit autant qu'une catastrophe naturelle comme l'ouragan Sandy en 2012.Une cyberattaque mondiale majeure pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars de pertes économiques, selon une étude du Lloyd's. Soit autant qu'une catastrophe naturelle comme l'ouragan Sandy en 2012.

Une cyberattaque mondiale massive pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars de pertes économiques, soit environ autant qu ' une catastrophe comme l' ouragan Sandy en 2012, selon une étude publiée lundi par le Lloyd's, le marché d'assurance spécialisé, et le cabinet Cyence.

Une cyberattaque mondiale massive pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars de pertes économiques, soit environ autant qu'une catastrophe comme l'ouragan Sandy en 2012, selon une étude publiée lundi par le Lloyd's, le marché d'assurance spécialisé, et le cabinet Cyence.

Un ordinateur infecté par un logiciel de rançon à Geldrop aux Pays-Bas, le 27 juin 2017 © Fournis par AFP Un ordinateur infecté par un logiciel de rançon à Geldrop aux Pays-Bas, le 27 juin 2017

Cette étude s'est attachée à mesurer l'impact économique potentiel de deux scenarii de cyberattaques, donc celui d'un piratage de l'activité d'un prestataire de services informatiques en nuage, également appelé "cloud".

L'Estonie va protéger ses données dans une e-ambassade au Luxembourg

  L'Estonie va protéger ses données dans une e-ambassade au Luxembourg Marqué par une cyberattaque qui avait bloqué pendant deux semaines les sites du Parlement, de ministères, de banques et de médias, le pays a choisi d'installer des serveurs sécurisés hors de son territoire. © Photographer: Ints Vikmanis/Ints - stock.adobe.com Le drapeau de l'Estonie L'Estonie, qui préside jusqu'à la fin de l'année le Conseil de l'Union européenne, est le champion européen du digital. Dans ce petit pays de 1,3 million d'habitants, on vote même par Internet. Les Estoniens, qui n'en sont pas à leur première trouvaille, ont déjà inventé le statut de e- résident.

Une cyberattaque mondiale massive pourrait provoquer jusqu'à 53 milliards de dollars (46 milliards d'euros) de pertes économiques, soit environ autant qu ' une catastrophe comme l' ouragan Sandy en 2012, selon une étude (disponible en français) publiée lundi par le Lloyd's

Une cyberattaque mondiale massive pourrait provoquer jusqu’à 53 milliards de dollars de pertes économiques, soit environ autant qu ’ une catastrophe comme l’ ouragan Sandy en 2012, selon une étude Pour en savoir d’avantage Une cyberattaque majeure aussi coûteuse qu ’ un ouragan ?

Dans ce premier scénario, les pertes économiques moyennes s'échelonnent entre 4,6 milliards pour un événement important et 53 milliards de dollars pour un événement majeur.

"Il s'agit là d'une moyenne. Du fait de la difficulté à quantifier précisément les pertes informatiques, ce chiffre pourrait atteindre 121 milliards de dollars ou se limiter à 15 milliards", précisent toutefois le Lloyd's et Cyence.

En comparaison, l'étude précise que l'ouragan Sandy, deuxième cyclone tropical le plus coûteux de l'histoire, a engendré des pertes économiques comprises entre 50 et 70 milliards de dollars.

Dans un deuxième scénario, qui prend cette fois pour hypothèse des attaques ciblant le système d'exploitation d'ordinateurs utilisés par un grand nombre d'entreprises dans le monde, les pertes moyennes s'échelonnent entre 9,7 et 28,7 milliards.

Impôts : le prélèvement à la source, une mesure complexe et trop coûteuse ?

  Impôts : le prélèvement à la source, une mesure complexe et trop coûteuse ? Considéré comme un outil de simplification, le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu à été repoussé d'un an par crainte d'une trop grande complexité pour les entreprises. L'OFCE y voit surtout une mesure qui coûterait beaucoup, pour peu de bénéfices.C'est au tour de l'observatoire français de conjoncture économique (OFCE), think-tank plutôt à gauche lié à Sciences-Po, d'émettre des réserves sur le prélèvement à la source, dans une note publiée le 9 juillet, et qui fait partie de son évaluation du programme présidentiel pour le quinquennat. Selon l'OFCE, la mesure présenterait "beaucoup d'inconvénients", qui seraient contrebalancés par "peu d'avantages".

Une cyberattaque majeure potentiellement aussi coûteuse qu ' un ouragan 17/07/2017. d'un piratage de l'activité d'un prestataire de services informatiques en nuage, également appelé "cloud"

Une cyberattaque majeure potentiellement aussi coûteuse qu ' un ouragan . fr.investing.com.

Ces chiffres représentent le montant moyen des pertes estimées sur une période d'un an et tiennent compte des dépenses directes attendues liées à ces événements.

Les conséquences en matière de dommage aux biens, d'atteintes corporelles ou encore de pertes indirectes, notamment la perte de clients ou l'atteinte à la réputation, ne sont toutefois pas prises en compte.

"Tout comme certaines des pires catastrophes naturelles, les incidents cyber sont susceptibles d'avoir de graves répercussions sur les entreprises et les économies", s'alarme Inga Beale, patron du Lloyd's, cité dans le communiqué.

D'autant qu'en dépit de l'essor de la demande en cyberassurance, les montants couverts restent encore limités, le déficit d'assurance pouvant atteindre jusqu'à 45 milliards de dollars dans le premier scénario et 26 milliards dans le deuxième, détaille l'étude.

"On estime qu'en 2016, les cyberattaques ont coûté quelques 450 milliards de dollars aux entreprises, à l’échelle mondiale", détaille l'étude, citant de récents travaux sur la question.

Au cours des dernières semaines, plusieurs vagues massives de cyberattaques au rançongiciel ont frappé multinationales, sociétés et services en Europe, aux Etats-Unis, en Ukraine ou encore en Russie. En France, Saint-Gobain et la SNCF ont notamment été touchés à divers degrés.

Les chiens viendraient tous d'une même population de loups .
Courts sur pattes ou effilés, à bouclettes ou les poils tombant, tous les chiens du monde viennent d'une même population de loups domestiqués il y a 20.000 à 40.000 ans, selon une étude publiée mardi dans Nature Communications. "Nos données montrent que tous les chiens modernes dispersés à travers le monde ont été domestiqués à partir d'une seule population de loups", explique à l'AFP Krishna Veeramah de l'Université d'État de New York à Stony Brook, coauteur de l'étude.Basée sur des indices génétiques, cette nouvelle étude s'ajoute à d'autres hypothèses sur les origines controversées du meilleur ami de l'homme.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!