The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Sport Athlétisme: Kiprop renonce à se défendre des accusations de dopage

14:55  14 juin  2018
14:55  14 juin  2018 Source:   msn.com

Russie: dissimulation d'un cas de dopage en 2015

  Russie: dissimulation d'un cas de dopage en 2015 La Russie a camouflé en 2015 un cas de dopage concernant un de ses internationaux de football, Ruslan Kambolov, qui a ensuite quitté l'équipe nationale, affirme la chaîne de télévision publique allemande ARD, en s'appuyant sur les dires d'un lanceur d'alerte.Le joueur a fait l'objet d'un contrôle anti-dopage positif à la dexamethasone, une substance dotée de propriétés anti-inflammatoires, mais ce cas n'a jamais été communiqué à l'Agence mondiale antidopage (AMA), selon ARD qui cite des extraits du journal de bord du lanceur d'alerte Grigori Rodchenkov, à l'origine du scandale de dopage institutionnalisé en Russie.

Athlétisme : l’Agence mondiale antidopage troublée par des accusations de corruption envers le Kenya. Leur objectif : obtenir le licenciement des officiels accusés de corruption ainsi qu’un examen approfondi des allégations de dopage .

Après Teddy Tamgho, c'est au tour de Christophe Lemaitre de renoncer au second tour des Interclubs, ce dimanche à Aix-les-Bains. 04/05AthletismeContrôle positif confirmé pour Kiprop . 03/05AthlétismeSoupçonné de dopage , le triple champion du monde du 1 500m se défend .

L'athlète kényan Asbel Kiprop, lors du meeting Ligue de diamant de Zurich, le 3 septembre 2015 © Fournis par AFP L'athlète kényan Asbel Kiprop, lors du meeting Ligue de diamant de Zurich, le 3 septembre 2015

Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1500 m en 2008 et triple champion du monde, a annoncé jeudi qu'il s'était résigné à son sort et renonçait à se défendre des accusations de dopage portées à son encontre.

Kiprop avait subi en novembre 2017 un contrôle antidopage positif à l'érythropoïétine (EPO). Il encourt une suspension de quatre ans pour violations des règles antidopage de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Son cas doit être examiné le 28 juin à Londres par le Tribunal disciplinaire indépendant de l'IAAF. Mais, invoquant l'absence de soutien des autorités kényanes et un manque d'argent pour payer ses avocats, il dit avoir renoncé à se défendre devant ce tribunal.

La Russie aurait caché un cas de dopage en 2015

  La Russie aurait caché un cas de dopage en 2015 Scandale en vue ? La Russie enterre les Pharaons Selon les informations de la chaine allemande ARD, la Russie aurait dissimulé un contrôle de dopage positif sur Ruslan Kambolov, l’un de ses joueurs. Celui-ci a quitté l’équipe nationale depuis. Kambolov aurait été contrôlé positif à la dexamethasone, substance ayant des propriétés anti-inflammatoires. Pourtant, toujours selon l’ARD, ce cas n’aurait pas été signalé à l’Agence Mondiale Antidopage (AMA). L’ARD poursuit en affirmant qu’un flacon d’urine du joueur auraient été échangé par un agent des services secrets russes.

Asbel Kiprop , champion olympique du 1 500 m aux Jeux de Pékin et triple champion du monde sur la distance, se défend de toute accusation de dopage . La Ligue de diamant 2018, qui s'ouvre ce vendredi au Qatar, se serait bien passée des affaires qui agitent l' athlétisme . Du contrôle positif à

Les accusations d ’Asbel Kiprop démenties par l’IAAF. La France et l’ athlétisme , mauvaises élèves du dopage . Les liens entre Jama Aden et Salim Ghezielle, accusé pour le dopage de Laila Traby.

"Je suis complètement innocent. (Mais) ça ne sert à rien de me battre pour laver ma réputation sans le soutien de mes manageurs, de ma fédération et sans le gouvernement derrière moi. C'est injuste", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Même si je suis prêt à tout faire pour prouver mon innocence, il est évident que je ne pourrai pas retrouver ma crédibilité, bien que mes accusateurs devront sans l'ombre d'un doute reconnaître mon innocence", avait-il auparavant indiqué dans un communiqué diffusé dans la nuit.

Kiprop, 28 ans, a précisé n'avoir pas l'argent nécessaire pour payer des avocats ou des médecins spécialisés et se lancer dans une longue et coûteuse bataille juridique.

"Je suis financièrement faible pour affronter l'IAAF (...) J'en suis réduit à ne pas admettre m'être dopé mais à être la victime de mes accusateurs", a-t-il ajouté.

Marion Bartoli renonce à revenir sur le circuit

  Marion Bartoli renonce à revenir sur le circuit par Grégoire Duez (iDalgo)

Les accusations d ’Asbel Kiprop démenties par l’IAAF. Dopage : Asbsel Kiprop , contrôlé positif à l’EPO ? 3 mai 2018 / Dopage . C’est encore une bombe pour l’ athlétisme du Kenya, avec l’annonce d’un contrôle positif à l’EPO …

Champion du monde du 1500 m en 2011, 2013 et 2015, Kiprop avait été sacré champion olympique en 2008 après le déclassement pour dopage de Rachid Ramzi. Choisissez votre sport Football Tennis Cyclisme Rugby Basket NBA Athlétisme Handball Formule 1 Natation Golf Auto-Moto Ski/Glace

Le coureur kényan avait tenté de se défendre en affirmant que des irrégularités avaient été commises lors du contrôle. Mais l'Unité d'intégrité dans l'athlétisme (AIU), organe indépendant chargé des questions d'intégrité et de dopage dans la discipline, avait rejeté ses accusations.

Le contrôle positif à l'EPO de Kiprop a été un nouveau coup très dur porté à l'athlétisme kényan. Il a été l'un des maitres du demi-fond ces dernières années avec trois titres de champion du monde du 1500 m (2011, 2013, 2015) et un sacre olympique sur la même distance en 2008 à Pékin à la suite du déclassement pour dopage de Rachid Ramzi.

Plus de 40 athlètes kényans ont été déclarés positifs lors des cinq dernières années. Le Kenya a été placé en 2016 sur la liste des pays sous surveillance de l'IAAF. Et ce n'est qu'à la suite de l'adoption d'une nouvelle loi antidopage, juste avant les Jeux de Rio en 2016, que le pays a été retiré de la liste des nations "non conformes" de l'AMA.

Des soupçons de dopage au sein de l’équipe russe ? .
Tiens donc ? Le Telegraph a révélé ce jeudi soir que la Fifa a posé un refus net à toute publication du nombre de contrôles antidopage concernant l’équipe russe depuis le début du mondial. Travis Tygart, patron de l’agence américaine antidopage (AMA) souhaitait initialement que la fédération communique à ce sujet, ce à quoi elle lui a répondu, « quand il s'agit de tests pendant la compétition, comprenez que nous ne pouvons pas commenter ». Le même Tygart a expliqué au quotidien britannique que « des performances extraordinaires demandent des tests additionnels ».

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!