Monde Syrie: l’ONU échoue à imposer une trêve humanitaire

10:35  09 février  2018
10:35  09 février  2018 Source:   rfi.fr

À Sotchi, la Russie convoque un congrès pour la paix en Syrie sans réel espoir d'aboutir

  À Sotchi, la Russie convoque un congrès pour la paix en Syrie sans réel espoir d'aboutir Le Kremlin réunit mardi dans la station balnéaire russe de Sotchi des représentants de la société civile et politique syrienne. Les espoirs de "percée" vers la paix sont faibles, en l'absence des principaux opposants, des Kurdes et des Occidentaux. Le "Congrès du dialogue national syrien" s’ouvre mardi 30 janvier dans la station balnéaire de Sotchi, en Russie. À l’initiative de la Russie, de l’Iran et de la Turquie, cette grande conférence pour la paix en Syrie doit réunir plus de 1 500 représentants de la société civile et politique syrienne. Son objectif : mettre en place nouvelle Constitution syrienne, après près de sept ans de guerre civile.

Le Conseil de sécurité de l ’ ONU a été incapable de s’entendre jeudi 8 février sur l’opportunité d’ une trêve humanitaire d’un mois en Syrie . Les Russes ont estimé

Abdulmonam eassa / afp. Un répit au déluge de feu qui s’abat sur la Ghouta orientale et à Idlib, deux des dernières poches rebelles en Syrie , ne viendra pas de l ’ ONU . Les diplomates du Conseil de sécurité ont été incapables de s’entendre sur l’opportunité d’ une trêve humanitaire d’un mois lors

Le Conseil de sécurité de l’ONU a été incapable de s’entendre, jeudi 8 février, sur l’opportunité d’une trêve humanitaire d’un mois en Syrie.

Avec notre correspondante à New York,Marie Bourreau

Un enfant dans les rues de Douma, dans la Ghouta orientale, après un raid aérien, le 8 février 2018. © REUTERS/Bassam Khabieh Un enfant dans les rues de Douma, dans la Ghouta orientale, après un raid aérien, le 8 février 2018.

Les diplomates ne se faisaient guère d’illusion en rentrant dans la salle du Conseil de sécurité. Depuis des mois, l’aide humanitaire est devenue une nouvelle arme de guerre, souffle l’un d’eux. « Dès qu’on touche à cette question, les Russes se posent en défense du régime syrien. »

Syrie: «A Afrine, on ne sait pas combien de temps nous allons résister»

  Syrie: «A Afrine, on ne sait pas combien de temps nous allons résister» L'ONU réclame une trêve humanitaire d'au moins un mois en Syrie, pour venir en aide aux populations les plus vulnérables. Trois régions sont au coeur des combats : la Ghouta orientale où des frappes du régime syrien ont fait plus de 70 victimes civiles ce mardi, la région d'Idlib et enfin Afrine. Mohammed Billo habite la ville d'Afrine. Il travaille comme correspondant pour la webradio syrienne Rozana basée à Paris. Selon lui, la Turquie bombarde sans relâche les villages kurdes de la région, sans épargner les civils. « L'armée turque a utilisé tous les genres d'armes de façon arbitraire sur les villages sécurisés.

La Syrie toujours en guerre. Depuis la chute de l’Etat islamique, Damas s’attaque maintenant aux rebelles, alliés des Américains. Le Conseil de sécurité de l ’ ONU a échoué jeudi à imposer une trêve humanitaire .

Toutes les mains sont enfin levées pour réclamer une trêve humanitaire en Syrie . Mais derrière cette unanimité se cachent de fortes tensions autour de la table du Conseil de sécurité de l ' ONU . Chaque minute perdue à attendre la Russie, la souffrance humaine augmentait.

Sans surprise, Moscou s’est donc opposé à toute idée de trêve humanitaire pour une durée d’un mois en Syrie malgré l’exposé dramatique du coordinateur de l’aide humanitaire qui a, selon un diplomate occidental, décrit une situation horrible dans la Ghouta orientale où les centres de soin et les hôpitaux subissent des bombardements incessants en violation du droit international.

« Avec Idleb, c’est un nouvel Alep qui commence sous nos yeux », a jugé François Delattre, le représentant français, l’un des rares à accepter de prendre la parole, le visage fermé. « Nous retrouvons les heures les plus sombres du conflit syrien », a-t-il encore estimé.

Syrie : "C'est le moment d'agir", supplie le porte-parole des "Casques blancs", en visite à Paris .
Depuis Paris, mardi, Abdulrahman Almawwas a lancé un appel à la communauté internationale, et notamment à la France, pour intervenir en Syrie où une partie de la population vit sous les bombes. © Fournis par Francetv info Une partie de la communauté internationale est mobilisée, mercredi 14 février, au siège de l'ONU à New York où doit se réunit le Conseil de sécurité, pour obtenir un cessez-le-feu d'un mois en Syrie. Les combats se sont intensifiés ces derniers jours dans le pays.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!