Monde A Pyeongchang, des JO d’hiver toujours aussi peu universels

20:52  08 février  2018
20:52  08 février  2018 Source:   Liberation

JO-2018: 13 sportifs russes et 2 entraîneurs blanchis sont éligibles pour Pyeongchang

  JO-2018: 13 sportifs russes et 2 entraîneurs blanchis sont éligibles pour Pyeongchang Treize sportifs russes et deux entraîneurs, bannis pour dopage puis blanchis jeudi par le Tribunal arbitral du sport (TAS), sont éligibles pour participer aux jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang (Corée du Sud), a annoncé samedi le Comité international olympique (CIO). © Fournis par AFP Le secrétaire général du TAS Matthieu Reeb, livre le verdict sur la requalification des athlètes russes, le 1er février 2018 à Pyeongchang À six jours de l'ouverture du rendez-vous coréen (9-25 février), ces 15 cas vont désormais être examinés par un panel du CIO présidé par Valérie Fourneyron, ancienne ministre française des Sports.

«Mais c'est toujours délicat d'avoir des sportifs qui se tiennent dehors puis s'assoient pendant une heure et demie dans le froid», a-t-il ajouté. JO 2018 Kim Yong-Nam, un très haut dirigeant nord-coréen, doit se rendre vendredi à la cérémonie d'ouverture des JO de Pyeongchang .

Les visages des JO de PyeongChang Que leur discipline soit populaire ou pas, leur notoriété va attirer sur eux les projecteurs. Dossier nucléaire La question du nucléaire divise toujours les deux Corées, alors qu'elles ont entamé récemment un dialogue avant les JO de Pyeongchang , Plus

Malgré un record de 92 délégations participantes, obtenu en conviant des athlètes de faible niveau, l’édition 2018 des Jeux olympiques hivernaux reste une affaire qui se joue entre une vingtaine de pays.

La patineuse russe Adelina Sotnikova lors des JO d'hiver de Sotchi, le 20 février 2014. © ADRIAN DENNIS La patineuse russe Adelina Sotnikova lors des JO d'hiver de Sotchi, le 20 février 2014.

Quatre-vingt-onze pays et plus de 160 athlètes russes réunis sous la bannière olympique : 92 délégations vont défiler ce vendredi pour la cérémonie d’ouverture des JO de Pyeongchang. Jamais les JO d’hiver n’en avaient accueilli autant, ce dont le Comité international olympique (CIO) ne se prive pas de s’enorgueillir. Mais que vaut vraiment cette universalité ? 206 comités nationaux sont adhérents du CIO, et 204 d’entre eux participaient aux JO d’été de Rio en 2016. C’est donc moins de la moitié à Pyeongchang, et ça aurait dû être bien pire.

JO 2018 : combien rapportent les médailles aux athlètes français ?

  JO 2018 : combien rapportent les médailles aux athlètes français ? LE SCAN SPORT - 50 000 euros pour une médaille d'or, combien pour l'argent et le bronze aux Jeux d'hiver de Pyeongchang ?On évoque toujours les médaillés mais rarement ce que leurs récompenses rapportent. En France, ces primes sont très encadrées et fixées par arrêté ministériel puisque l'équipe de France olympique dépend du CNOSF, qui dispose lui-même d'une délégation de l'État.

18h08Excès de vitesse : trois astuces de gendarmes pour toujours éviter les amendes. Corps: À quelques jours de l'ouverture des Jeux Olympiques d ' hiver de Pyeongchang en Corée du Sud, Atos est sur le pied de guerre.

Soupçons de dopage: les JO s'annoncent mal. Ski nordique Des anomalies auraient été repérées dans les données sanguines d'une cinquantaine de fondeurs engagés à Pyeongchang . Mais pour ces champions, quelles que soient les difficultés, les Jeux valent toujours la chandelle. Plus

Pour atteindre 92 délégations en Corée du Sud, le CIO a déjà dû procéder à une croissance à marche forcée de son événement hivernal. Jusqu’aux JO de Sarajevo en 1984, jamais les Jeux d’hiver n’avaient accueilli plus de 50 pays ; le programme comptait 39 épreuves, réparties en 10 disciplines. Depuis, la croissance est exponentielle : pour ces JO 2018, on compte 102 épreuves pour 15 disciplines, ce qui accroît mécaniquement le nombre d’athlètes engagés.

En une vingtaine d’années, quelques sports ont vu leur nombre de titres olympiques doubler ou tripler, offrant des médailles dans des épreuves où le haut niveau se résume parfois à une dizaine de sportifs à l’échelle du globe. Le ski acrobatique n’était pas au programme des JO jusqu’en 1992, le snowboard y est apparu en 1998 ; ces deux disciplines offriront dix titres olympiques à Pyeongchang, presque autant que l’alpin ou le biathlon. Le CIO a aussi très récemment suscité la création d’épreuves mixtes dans bon nombre de disciplines où elles n’existaient pas : il y en a neuf au programme cet hiver, comme le ski alpin par équipes mixte, le double mixte en curling ou le relais mixte en luge…

JO-2018: l'Américaine Chloe Kim remporte son premier titre olympique en halfpipe

  JO-2018: l'Américaine Chloe Kim remporte son premier titre olympique en halfpipe L'Américaine d'origine coréenne Chloe Kim a remporté comme attendu la médaille d'or de snowboard halfpipe, mardi aux Jeux de Pyeongchang, décrochant à 17 ans son premier titre olympique. Kim a survolé la compétition en signant notamment un 3e run époustouflant qui lui a valu la note de 98,25, loin devant la Chinoise Liu Jiayu qui décroche l'argent (89,75) et une autre Américaine médaillée de bronze, Arielle Gold (85,75).

«Mais c'est toujours délicat d'avoir des sportifs qui se tiennent dehors puis s'assoient pendant une heure et demie dans le froid», a-t-il ajouté. JO 2018 Kim Yong-Nam, un très haut dirigeant nord-coréen, doit se rendre vendredi à la cérémonie d'ouverture des JO de Pyeongchang .

Elle ne se résume pas aux prochains JO d ’ hiver qu’elle accueillera en partie à partir du 9 février : sa culture, ses paysages et ses traditions valent aussi le détour. En Corée du Sud, Gnagneung, située en bord de mer, est l’une des villes qui accueillera les Jeux Olympiques d ’ hiver de PyeongChang en

Gonflement jusqu’à l’absurde

C’est le CIO qui le dit : pour être inscrit au programme olympique, un sport est censé être «largement pratiqué à travers le monde». Dans les différents critères d’évaluation des sports et disciplines qu’il a définis, le comité olympique consacre une large place à leur «universalité». On peut au bas mot douter du respect de ces critères quand on lit la liste des 102 épreuves au programme de Pyeongchang 2018. La présence des fameuses 92 délégations en Corée du Sud masque en fait très mal la réalité des sports d’hiver, qui ne sont pratiqués que par une poignée de pays au haut niveau.

Si l’on étudie le classement des différentes coupes du monde 2017-2018 de ski alpin, biathlon, saut à ski et de tous les autres sports au programme des JO de Pyeonchang, le constat est limpide : les athlètes qui y sont classés sont originaires de quelques dizaines de pays. Hommes et femmes confondus, on compte 21 pays pour le ski alpin, 31 pour la luge, 41 pour le snowboard, etc. Ces équilibres ont été respectés dans la plupart des disciplines au programme en Corée du Sud, sauf deux : le ski alpin et le ski de fond, les deux sports majeurs des JO d’hiver.

JO-2018: Pierre Vaultier en or en snowboardcross, 6e médaille française

  JO-2018: Pierre Vaultier en or en snowboardcross, 6e médaille française Pierre Vaultier a conservé jeudi son titre olympique en snowboardcross pour apporter à la France sa sixième médaille des Jeux de Pyeongchang. Le "rider" de Serre-Chevalier, âgé de 30 ans, a devancé l'Australien Jarryd Hughes et l'Espagnol Regino Hernandez, en bronze, qui a remporté la première médaille de son pays aux Jeux d'hiver depuis 1992."La journée s'achève très bien. C'est une belle deuxième médaille d'or. J'ai du mal à dire ce que je ressens, je suis au bord des larmes depuis que j'ai passé la ligne d'arrivée. Ce sont de grosses émotions", a-t-il réagi, tout sourire, au micro de France TV.

L’utilisation des sites a aussi été pensée sur le long terme. “Après les Jeux, assure Ignacio Lee, vice-président de l’association sud-coréenne pour le ski, on souhaite pouvoir ouvrir les infrastructures sportives et les cinq PyeongChang : des JO d ' hiver 2018 et bien d'autres choses encore. Sport.

Pyeongchang (Corée du Sud) - La soeur de Kim Jong-Un en approche, des pom-pom girls déjà là mais toujours pas de réponse définitive quant à la présence des La venue de la Corée du Nord à des JO d ' hiver n'est elle en revanche pas inédite, même si la dernière remonte à Vancouver-2010.

A Pyeongchang, 322 athlètes venus de 82 pays différents vont participer aux épreuves de ski alpin, des proportions qui s’élèvent à 313 sportifs et 65 nations en ski de fond. L’universalité des JO d’hiver passe donc par le gonflement jusqu’à l’absurde du nombre de pays participants dans ces deux sports, au gré d’invitations et de qualifications complaisantes, et au détriment d’une sélection de haut niveau qu’implique, quand même, le rendez-vous olympique. Mardi, l’Equipe racontait l’histoire improbable du Tongien Pita Taufatofua, qualifié en ski de fond alors qu’il en a fait pour la première fois il y a trois mois. Un cas extrême qui fait sourire, mais loin d’être isolé.

Classement des médailles ou classement du PIB ?

Car la réalité du ski alpin comme du ski de fond, dans leur routine hiver après hiver, est beaucoup plus prosaïque : une dizaine de nations majeures, une dizaine d’autres qui tentent d’exister voire de rivaliser, et rideau. Un constat qui ressurgit de façon spectaculaire si, au-delà de la liste des 92 délégations présentes à Pyeongchang, on se penche sur le nombre d’athlètes présents dans chacune d’entre elles. Vingt pays seulement se partagent plus de 80 % des quelque 3 000 sportifs conviés à l’événement sud-coréen. Et plus d’un athlète sur quatre qualifiés pour ces JO est canadien, suisse, russe ou américain. Que des nations prospères, ce que confirme la suite du classement des délégations les plus nombreuses (Allemagne, Japon, Italie, Corée du Sud, Suède, Norvège, France, etc.), aux airs de classement mondial du PIB par habitant.

Les JO d’hiver sont donc avant tout des Jeux de pays riches, plutôt que de pays de montagne et de neige (le Royaume-Uni aligne huit fois plus de concurrents que le Chili), et s’il fallait encore se convaincre de leur non-universalité, il suffit de se pencher sur le tableau des médailles. A Rio, aux derniers Jeux d’été, 86 nations avaient remporté au minimum une breloque, soit un peu moins de la moitié des délégations engagées. Aux derniers Jeux d’hiver, il y a quatre ans à Sotchi, le tableau des médailles avait affiché un record de 26 pays, total que les JO d’été ont toujours dépassé depuis… 1920. Car en dépit des efforts du CIO pour multiplier le nombre de pays participants et d’épreuves à son raout hivernal, seul un pays sur trois ramène au moins une médaille des Jeux d’hiver depuis trente ans. Et c’est moins qu’avant.

JO d'hiver 2018 : Martin Fourcade décroche l'or sur le fil en mass start et devient le Français le plus titré de l'histoire des Jeux olympiques .
La France totalise désormais 10 médailles au Jeux olympiques de Pyeongchang. © Fournis par Francetv info Martin Fourcade entre dans la légende. Dimanche 18 février, le biathlète a remporté l'or en mass start. Il gagne sur le fil, départagé à la photo finish face à l'Allemand Simon Schempp. Martin Fourcade avait déjà décroché la médaille d'or pendant ces Jeux olympiques de Pyeongchang, en poursuite de biathlon. Avec quatre titres, il devient le Français le plus titré de l'histoire des Jeux olympiques, à égalité avec Lucien Gaudin et Christian d'Oriola.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!