Monde Syrie: les offensives autour de Deir Ezzor font de nombreuses victimes civiles

17:40  13 septembre  2017
17:40  13 septembre  2017 Source:   RFI

«Daech va revenir au bercail, en Afghanistan»

  «Daech va revenir au bercail, en Afghanistan» VIDÉO - Pour le chercheur Karim Pakzad, la défaite de Daech en Irak et en Syrie provoquera une migration du groupe terroriste vers la région afghane. Au Levant, la fin de l'État islamique se profile. En Syrie, les derniers soldats du califat sont encerclés à Deir-Ezzor par les troupes gouvernementales, appuyées par la Russie. À Raqqa, quelques centaines de djihadistes résistent encore aux Forces démocratiques syriennes, soutenues par les Américains. En Irak, l'armée combat les ultimes poches de résistance, à Hawija notamment. Mais une défaite militaire est loin de signifier l'extinction d'une idéologie.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

En Syrie, trente-cinq personnes, dont des femmes et des enfants, ont péri, mardi 12 septembre, dans des frappes près de Deir Ezzor dans l’est du pays.

Un véhicule des FDS à l'est de Deir Ezzor, le 12 septembre 2017.© REUTERS/Rodi Said Un véhicule des FDS à l'est de Deir Ezzor, le 12 septembre 2017.

Avec notre correspondant dans la région,Paul Khalifeh

Ces lourdes pertes civiles interviennent alors que le groupe Etat islamique fait face à deux offensives distinctes, contre son dernier bastion en Syrie. La première offensive est menée à l’ouest de la province, sur la rive droite de l’Euphrate, par l’armée gouvernementale syrienne, appuyée par ses alliés du Hezbollah libanais et l’aviation russe. En quelques jours seulement, ces forces ont progressé de 100 kilomètres dans le désert, ont repris 4 000 kilomètres carrés aux jihadistes et brisé le siège qu’ils imposaient depuis trois ans à deux enclaves gouvernementales.

En réponse aux sanctions, la Corée du Nord promet "la douleur" aux Etats-Unis

  En réponse aux sanctions, la Corée du Nord promet La Corée du Nord a dénoncé les nouvelles sanctions à son encontre adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU en réponse à son dernier essai nucléaire. © REUTERS/Damir Sagolj Pour la Corée du Nord, les sanctions votées lundi à l'ONU sont une provocation des Etats-Unis. La Corée du Nord a dénoncé ce mardi les nouvelles sanctions adoptées la veille à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU à l'initiative de Washington. Par la voix de son ambassadeur, Tae Song Han, Pyongyang les a qualifiées de "scélérates".

Discussion autour du baccalauréat. Informations. Le forum que vous avez sélectionné n'existe pas.

Se faire des amis Recherche Trombino Voisins Ils sortent Nouveaux Membres d'Or Stat'Membres.

A l’est de la province, sur la rive gauche du fleuve, la coalition arabo-kurde a lancé sa propre offensive, sans coordination avec les troupes du régime. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par Washington, sont arrivées à six kilomètres de la rive du fleuve du côté de la partie de Deir Ezzor, occupée par les jihadistes.

Contrôle de l'est syrien

La course pour le contrôle de l’est syrien est donc sérieusement engagée. L’armée gouvernementale a acheminé d’importants renforts pour poursuivre son offensive. De longs convois de blindés et de matériel militaire ont été aperçus entrant à Deir Ezzor. L’intention de l’armée syrienne est de traverser le fleuve pour couper la route aux forces arabo-kurdes et encercler les jihadistes dans la ville.

Face à ces deux forces, la bataille est perdue d’avance pour le groupe Etat islamique, qui continue pourtant de résister. Mais l’organisation jihadiste, qui contrôlait plus de la moitié de la Syrie, un pays de 180 000 kilomètres carrés, a vu son territoire réduit à 27 000 kilomètres carrés, selon le ministère russe de la Défense.

Jordanie : "Mes enfants ont des rêves", témoigne une réfugiée syrienne .
LETTRES DE SYRIE - Comme cinq millions de Syriens, Hanan a fui la guerre qui déchire son pays. Elle assume seule sa famille réfugiée en Jordanie. L’ONG CARE lui apporte une aide financière mais cela ne suffit pas à couvrir tous ses besoins. Aujourd’hui, Hanan regrette sa vie en Syrie mais garde espoir de pouvoir offrir un meilleur avenir à ses enfants. © DR LETTRES DE SYRIE - Comme cinq millions de Syriens, Hanan a fui la guerre qui déchire son pays. Elle assume seule sa famille réfugiée en Jordanie. L’ONG CARE lui apporte une aide financière mais cela ne suffit pas à couvrir tous ses besoins.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!