Monde Hillary Clinton promet de «baisser la garde» dans son nouveau livre

16:48  12 septembre  2017
16:48  12 septembre  2017 Source:   Liberation

Hillary Clinton explique comment "ça s'est passé" dans son nouveau livre

  Hillary Clinton explique comment Battue il y a dix mois par Donald Trump, Hillary Clinton publie mardi aux Etats-Unis un récit personnel sur sa défaite. Elle y assume sa part de responsabilité mais refuse d'absoudre les protagonistes externes, en premier lieu le FBI, la Russie et les médias américains. L'ancienne candidate, qui fêtera en octobre ses 70 ans, ne mâche pas ses mots sur le successeur de Barack Obama: un "menteur", "sexiste", indigne et incompétent. Elle dit s'être "frappé le front" en l'entendant expliquer récemment que le problème nord-coréen n'était "pas si simple".

Bienvenue sur OpenClassrooms ! En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus ok.

Erreur. Le document que vous avez demandé n'est pas accessible.

Hillary Clinton le 6 avril 2017 à New York© ANGELA WEISS Hillary Clinton le 6 avril 2017 à New York

«What Happened», récit personnel de la campagne et de la défaite de l'ex-candidate démocrate, sort ce mardi aux Etats-Unis.

Pour digérer sa défaite à la présidentielle, Hillary Clinton a fait du yoga, de longues promenades en forêt, s'est occupée de ses chiens, a rangé frénétiquement ses placards, et bu pas mal de Chardonnay. C'est ce qu'elle a raconté lors d'une longue interview diffusée dimanche matin sur la chaîne CBS, premier acte de la tournée promotionnelle de son livre, What Happened, qui sort ce mardi aux Etats-Unis (il paraîtra en France le 20 septembre chez Fayard sous le titre Ça s’est passé comme ça). «C’est toujours très douloureux. Ça fait très mal», a confié l'ex-candidate démocrate, dix mois après l’élection de Donald Trump. Preuve qu'elle est tombée de haut, Hillary Clinton n'avait «pas préparé de discours de défaite», a-t-elle reconnu dimanche.

History s'empare du scandale politique de Bill Clinton

  History s'empare du scandale politique de Bill Clinton La tempête politique et médiatique dans laquelle le 42e Président des Etats-Unis s'est retrouvé à la fin des années 90 servira d'inspiration à "The Breach", une série en six épisodes a annoncé la chaîne américaine History. Narré à la manière d'un thriller politique, "The Breach" s'intéressera aux coulisses de l'"impeachment" de Bill Clinton, événement rare dans l'histoire américaine qui vise à destituer un président élu. La série débutera en 1998 Narré à la manière d'un thriller politique, "The Breach" s'intéressera aux coulisses de l'"impeachment" de Bill Clinton, événement rare dans l'histoire américaine qui vise à destituer un président élu.

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.


«J’ai ressenti un énorme sentiment d’abandon, une perte de sentiments, de direction et de tristesse» après la défaite, a insisté l’ancienne secrétaire d’Etat de Barack Obama, et sénatrice de l'Etat de New York pendant huit ans.

«Comme si j'étais suspendue à un fil»

D'après les extraits de l'ouvrage publiés dans la presse américaine, Clinton y concède des erreurs d'analyse, de discours et d'attitude. Mais le livre n'est pas un simple examen de conscience, puisqu'elle fait également porter la responsabilité de sa défaite au sexisme en politique, aux décisions de l'ex-patron du FBI, James Comey et à son adversaire aux primaires démocrates, Bernie Sanders. «Dans le passé, pour des raisons que j’essaye d’expliquer, j’ai souvent ressenti que je devais faire attention en public, comme si j’étais suspendue à un fil, sans filet. Maintenant, je baisse la garde», promet-elle en introduction.

La tête haute, Hillary Clinton règle ses comptes

  La tête haute, Hillary Clinton règle ses comptes Dans ses mémoires parus mercredi en France, Hillary Clinton revient sur les raisons de sa défaite contre Donald Trump. Entre règlements de compte et manifeste féministe, l'ouvrage ne laisse pas indifférent. "Ça c’est passé comme ça". Le titre français des mémoires de Hillary Clinton, parus chez Fayard mercredi 20 septembre, est aussi direct que l’original, "What Happened". L’ex-candidate à la présidentielle explique les raisons de sa défaite, tout simplement. Le livre, sorti une semaine plus tôt aux États-Unis, a eu une réception assez froide à Washington. Chez les journalistes, qui l’accusent de renvoyer la faute sur les autres.

Look de la semaine - Galerie photo - People. Météo - Emploi - Petites annonces - PMU - Cours des changes - Programme de Vol - Guide TV - Infos Services - Pharmacie - Réservation d'Hôtels. Moov Prépayé - Assistance MOOVnaute - Mon Compte - Nos coordonnées - Webmail

ERREUR. livre : Oiseaux de la Tunisie.

Son livre est le «récit intime» d'une campagne pour «l'élection la plus controversée et imprévisible de l'histoire», «marquée par la rage, le sexisme, des hauts grisants et des bas rageants», avec des «rebondissements qui dépassent la fiction, les interférences russes, et un adversaire qui brise toutes les règles», prévient de son côté l'éditeur, Simon & Schuster.

Erreurs et regrets

«Je n'ai pas toutes les réponses et ceci n'est pas un compte-rendu exhaustif de l'élection de 2016, écrit-elle dans un autre extrait. Dans ce livre, je raconte des moments de la campagne, sur lesquels je voudrais revenir, et refaire différemment. Si les Russes pouvaient pirater mon subconscient, ils verraient que la liste est longue.»

En tête de cette liste, l’affaire des mails, envoyés depuis un serveur personnel et non sécurisé quand elle était Secrétaire d'Etat, qui l’a poursuivie jusqu’à la veille de l'élection et a donné du grain à moudre à ses adversaires républicains. «Je crois que c'est la plus importante des erreurs que j'ai commises», a-t-elle affirmé lors de l'interview de dimanche.

Discours rémunérés à Wall Street : au tour de Barack Obama

  Discours rémunérés à Wall Street : au tour de Barack Obama Comme de nombreux anciens chefs d'Etat avant lui, Barack Obama se fait désormais rémunérer pour donner des conférences devant des banques de Wall Street. © Kevin Lamarque / Reuters Discours rémunérés à Wall Street : au tour de Barack Obama Après de longues vacances et l'écriture de ses mémoires, Barack Obama est de retour aux affaires. Mais ces dernières ne sont pas politiques : selon Bloomberg, l'ancien président américain a touché plus d'un million de dollars pour avoir donné trois conférences devant les employés de banques de Wall Street.

Plus grande exposition jamais vue de la garde -robe de la Reine Elizabeth pour

Par catégories. Par titre >>>. Par auteur >>>. Par maison d'édition. Éditions La Presse. Les Éditions Voix parallèles.

Autre erreur d'appréciation, celle de ne pas avoir su montrer qu'elle comprenait la colère d'une partie des Américains - que Donald Trump a, lui, su utiliser à son profit. «J'avais bien compris que de nombreux Américains, à cause de la crise financière, avaient de la colère. Et qu’il y avait du ressentiment, a-t-elle avancé sur CBS. Je le savais, mais je croyais qu'il était de ma responsabilité d'essayer de proposer des réponses à cela, pas de l'attiser. C'était une erreur, parce que beaucoup de gens ne voulaient pas écouter mes propositions. Ils voulaient que je partage leur colère. Et j'aurais dû faire un meilleur boulot en leur montrant que je les avais compris.»

«Recule, pauvre type»

Dans What Happened, Hillary Clinton semble également regretter son stoïcisme lors du dernier débat face à Donald Trump. Elle raconte comment ce dernier l'a déstabilisée, la suivant de près, la fixant du regard, grimaçant. «C'est l'un de ces moments où vous voulez mettre pause et demander à tout le monde: "et vous, que feriez-vous? Restez-vous calme, souriant, et continuez-vous comme s'il n'était pas en train d'envahir votre espace? Ou est-ce que vous vous tournez vers lui, le regardez dans les yeux et lui dites avec force et clarté, "Recule, pauvre type, laisse-moi tranquille. Je sais que tu adores intimider les femmes, mais moi tu ne peux pas m'intimider".»

Obama se fait payer (très) cher pour ses conférences à Wall Street

  Obama se fait payer (très) cher pour ses conférences à Wall Street Le prédécesseur de Donald Trump a déjà empoché 400.000 dollars avec, seulement, une intervention pour une banque privée. define("homepageFinanceIndices", ["c.deferred"], function () { var quotesInArticleFormCode = "PRMQAP"; var config = {}; config.indexdetailsurl = "/fr-fr/finance/details-de-l-indice"; config.stockdetailsurl = "/fr-fr/finance/details-de-l-action"; config.funddetailsurl = "/fr-fr/finance/funddetails"; config.etfdetailsurl = "/fr-fr/finance/etfdetails"; config.recentquotesurl = "/fr-fr/finance/getrecentquotes"; config.

L’ancienne candidate démocrate à l’élection présidentielle Hillary Clinton promet d ’expliquer «ce qui s’est passé» durant la dernière campagne dans son nouveau livre , à paraître le 12 septembre, qu’elle présente comme son ouvrage le plus personnel.

Votre navigateur ne permet pas d'afficher la page. Pour continuer à consulter l'Equipe, vous pouvez

L'ex-secrétaire d'Etat évoque également son statut de femme en politique pour cette seconde défaite dans une course à la présidentielle. «J'ai commencé la campagne en sachant que je devrais travailler très dur pour habituer les gens à l'idée qu'une femme pouvait devenir présidente, note-t-elle sur CBS. Cette idée ne colle pas aux stéréotypes qu'on a en tête. Et il y a eu beaucoup de sexisme et de misogynie dans ces attitudes.»

«Hillary la crapule»

Dans le livre, Hillary Clinton n'épargne personne ou presque. Barack Obama, à qui elle reproche de ne pas en avoir assez dit sur les interférences russes. Joe Biden, pour avoir critiqué son absence de message envers l'Amérique ouvrière. Surtout, elle étrille l'ancien patron du FBI, James Comey, et son annonce d'une réouverture de l'enquête sur les mails «à onze jours de l'élection», rappelle-t-elle. «Ca a stoppé mon élan». «Mr Comey apparaît comme le pire des méchants dans le livre de Mrs Clinton, écrit le New York Times, qui en a obtenu une copie en avance. Au-delà du directeur lui-même, elle affirme que le FBI était un foyer de fervents anti-Clinton, refusant de confirmer l'existence d'une enquête sur les liens entre Trump et la Russie alors qu'il faisait fuiter chaque détail de l'affaire des mails».

Autre bouc émissaire de la candidate démocrate, son adversaire aux primaires Bernie Sanders, qui aurait selon elle mutiplié des promesses intenables, et l'a attaquée à de nombreuses reprises pour ses liens avec Wall Street et le financement de sa campagne par des super-riches. Fourbissant les armes à Donald Trump. «Ses attaques ont fait des dégâts durables, rendant le rassemblement des progressistes plus difficile lors de l’élection, et pavant la voie au "Hillary la crapule" de la campagne de Trump», écrit Clinton. Les critiques sur son rapport à l'argent n'ont pas cessé. Plusieurs médias, et notamment l'anti-Clinton Fox News, n'ont pas manqué pas de souligner qu'il fallait parfois payer cher le ticket d'entrée à ses événements de lancement du livre - jusqu'à 2300$ à Toronto, 375$ pour une date en Floride début octobre, ou 750$ pour une soirée à New York en novembre...

Les loyers recommencent à baisser en France

  Les loyers recommencent à baisser en France Ce graphique indique les loyers de marché dans les principales villes de France en euros par m2 en 2017 ainsi que la variation 2017 en %. © Fournis par Statista GmbH Les loyers recommencent à baisser en France Dans un discours à l'Élysée, Emmanuel Macron a "appelé publiquement tous les propriétaires à baisser les loyers de cinq euros par mois" afin de compenser la baisse des APL prévue pour fin 2017.

Page en cours de maintenance.

Gérer son temps pendant l'épreuve. Demander gratuitement de l'aide en ligne à la communauté intellego ou aider les autres dans les forums, Recevoir la newsletter intellego avec une sélection de documents adaptés à ma situation.

Bernie Sanders, qui sort lui aussi un livre ces jours-ci, lui a déjà répondu. Preuve, s'il en fallait encore, d'un parti démocrate en plein désarroi : «La secrétaire d'Etat Clinton était face au candidat le plus impopulaire de l'histoire du pays, et elle a perdu, et elle est contrariée ce que je comprends, a-t-il déclaré la semaine dernière. Mais notre devoir n'est pas de regarder en arrière. Je crois qu'il est un peu idiot de continuer à parler de 2016.» Même son de cloche chez certains Démocrates, à l'instar du Sénateur du Minnesota, Al Franken : «J'adore Hillary, et je crois qu'elle a le droit d'analyser ce qu'il s'est passé. Mais on doit avancer.»

«J'en ai fini d'être candidate»

L'interview de dimanche a également été, pour Clinton, l'occasion d'affirmer que sa carrière politique était terminée, mais qu'elle continuerait à être engagée. «Comme femme politique active, oui (...) J’en ai fini d’être candidate, mais je n’en ai pas fini avec la politique car je pense que l’avenir de notre pays est en jeu», a-t-elle ajouté.

Son livre promet de raconter «ce qu'il s'est passé». «Je faisais une campagne traditionnelle, tandis que Trump faisait de la téléréalité», écrit-elle. Le titre de son livre ne s'embarrasse pas de point d'interrogation. Sa sidération devant la victoire de Donald Trump semble néanmoins intacte.

Donald Trump, vedette malgré lui des Emmy Awards 2017 .
L'émission «Saturday Night Live» a été l'une des grandes gagnantes des Emmy Awards, notamment grâce à l'imitation primée de Donald Trump par Alec Baldwin. Depuis son élection, Donald Trump est au centre de toutes les cérémonies hollywoodiennes. Dimanche, le président américain a été malgré lui une des vedettes des Emmy Awards, se retrouvant notamment au centre des discours et railleries des célébrités et du maître de cérémonie Stephen Colbert. Alec Baldwin est reparti avec la statuette du meilleur second rôle comique pour sa satire du chef d'Etat dans «Saturday Night Live» (SNL).

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!