Monde Kenya : des violences font trois morts, dont un enfant, au lendemain de la réélection du président Uhuru Kenyatta

17:50  12 août  2017
17:50  12 août  2017 Source:   Franceinfo

Élections au Kenya : la peur silencieuse des habitants de Kibera, l'épicentre des violences post-électorales de 2007

  Élections au Kenya : la peur silencieuse des habitants de Kibera, l'épicentre des violences post-électorales de 2007 Au Kenya, des élections générales se tiennent mardi, 10 ans après les violences post-électorales de 2007 qui avaient fait 1 200 morts. Le bidonville de Kibera, à Nairobi, avait été l’épicentre des violences. © Fournis par Francetv info Dix ans après les pires violences électorales de l'histoire du Kenya, près de 20 millions de Kényans sont appelés aux urnes mardi 8 août pour les élections générales. Ils doivent élire leurs président, gouverneurs, députés, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l'assemblée.

Brune au gros cul qui se fait baiser. Plan à trois Hardcore pour une teen affamée.

Cette page n'est pas visible actuellement. The Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l ’ enfant et sa

Les soutiens de l'opposition, qui dénoncent une "mascarade", ont manifesté leur colère dans la nuit de vendredi à samedi.

  Kenya : des violences font trois morts, dont un enfant, au lendemain de la réélection du président Uhuru Kenyatta © Fournis par Francetv info

Au moins trois personnes sont mortes, dont un enfant, depuis l'annonce de la réélection du président Uhuru Kenyatta, vendredi 11 août. Sitôt la proclamation par la Commission électorale (IEBC) de la réélection d"Uhuru Kenyatta, 55 ans, pour un second mandat de cinq ans, des violences ont éclaté dans les bastions de l'opposition, qui a dénoncé "une mascarade". Les soutiens de l'opposition ont laissé éclater leur colère, dans l'ouest du pays et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, tels Kibera, Mathare ou Kawangware.

Kenya : le président en tête, l'opposition rejette les résultats

  Kenya : le président en tête, l'opposition rejette les résultats L'opposition kényane a annoncé mercredi qu'elle rejetait les résultats provisoires de l'élection présidentielle donnant son candidat Raila Odinga nettement devancé par le chef de l'État sortant, Uhuru Kenyatta. Le chef de file de l'opposition au Kenya, Raila Odinga, a rejeté mercredi 9 août les résultats provisoires de l'élection publiés mardi soir par la commission électorale, qui attribuent au président sortant Uhuru Kenyatta 55% des suffrages. "Ils sont fictifs, ils sont faux", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, ajoutant que la commission électorale n'avait pas respecté l'obligation de fournir les formulaires de certification des rés

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

violences sexuelles.

Un enfant de 9 ans victime d'une balle perdue

A Kisumu (ouest), "nous avons une personne tuée et quatre autres admises à l'hôpital avec des blessures par balle", a déclaré à l'AFP le Dr Ojwang Lusi, responsable de la santé pour le comté. Dans le comté voisin de Siaya, un haut responsable policier a aussi confirmé la mort d'une personne : "Nous n'avons pas réussi à récupérer le corps de ce chauffeur de taxi-moto à cause de la résistance des manifestants" sur place.

A Nairobi, dans le bidonville de Mathare, c'est un enfant de 9 ans qui a été tué par balle, samedi matin, alors qu'il se trouvait sur un balcon au quatrième étage d'un immeuble, a rapporté un journaliste de l'AFP sur place. Médecins sans frontières (MSF) a par ailleurs annoncé avoir traité 19 blessés depuis vendredi soir dans ce même bidonville.

Les troubles ont repris samedi matin à Kisumu et dans ses environs, où les manifestants ont bloqué plusieurs axes routiers. A Kibera, des jeunes manifestants ont également commencé à allumer des feux et à bloquer des rues dans la matinée, avant d'être pourchassés par la police. La même scène a été observée à Mathare par un journaliste de l'AFP.

Présidentielle au Kenya: Odinga saisit la justice .
L'opposant Raila Odinga, qui conteste la victoire du président sortant, Uhuru Kenyatta, à la présidentielle du 8 août, a annoncé qu'il allait saisir la Cour suprême. Cette décision, attendue depuis des jours, écarte un peu plus le risque de violences. © SIMON MAINA/AFP Le leader de l'opposition, Raila Odinga, le 16 août 2017 à Nairobi. Après des jours à laisser planer le doute, Raila Odinga a enfin tranché. Mercredi, l'opposant kényan a annoncé son intention de saisir la Cour suprême pour contester l'issue de l'élection présidentielle.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!