Monde Syrie : ce que l'on sait de l'attentat-suicide contre des habitants évacués, qui a fait au moins 126 morts

09:40  17 avril  2017
09:40  17 avril  2017 Source:   Franceinfo

International - Attentat à Stockholm : «On nous a dit de ne pas rester dans la rue»

  International - Attentat à Stockholm : «On nous a dit de ne pas rester dans la rue» Amanda a été évacuée d'un bus alors qu'elle se rendait dans une boutique située à quelques mètres du lieu de l'attaque mortelle. Elle livre son témoignage au «Parisien» © AFP Tout le périmètre du centre-ville a été bouclé après l'attaque qui a fait au moins trois morts. Amanda Sporre, une Suédoise de 30 ans, était à quelques centaines de mètres du lieu où un camion a foncé dans la foule ce vendredi à Stockholm. «J’étais dans le bus pour me rendre dans une boutique de chaussures à deux pas du lieu de l’attaque, explique-t-elle au Parisien.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne vous inquiétez pas, des centaines d'autres sont disponibles sur notre homepage! Retour sur la page d'accueil.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Une opération d'évacuation d'habitants de localités loyalistes assiégées en Syrie a tourné au carnage avec la mort, samedi, de 126 d'entre eux dans un attentat-suicide. La moitié de ces victimes étaient des enfants, et le bilan reste provisoire.

  Syrie : ce que l'on sait de l'attentat-suicide contre des habitants évacués, qui a fait au moins 126 morts © Fournis par Francetv info

C'est l'un des attaques-suicides les plus meurtrières en six ans de guerre. Un attentat a visé, samedi 15 avril, un convoi de cars aux abords de la grande ville syrienne d'Alep. Au moins 126 personnes ont été tuées, selon un bilan donné dimanche par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Près de moitié d'entre eux étaient des enfants. Franceinfo revient sur cet attentat "condamné fermement" par la France dimanche.

Syrie : Boris Johnson annule une visite à Moscou prévue lundi

  Syrie : Boris Johnson annule une visite à Moscou prévue lundi Le ministre des Affaires étrangères britannique a décidé, samedi, d'annuler sa visite prévue lundi à Moscou, en raison des "développements en Syrie".La frappe américaine sur une base militaire syrienne dans la nuit du 6 au 7 avril bouscule les agendas. Boris Johnson ne se rendra pas comme prévu lundi à Moscou (Russie). Le chef de la diplomatie britannique a décidé, samedi 8 avril, d'annuler son déplacement en raison des "développements en Syrie" qui ont "fondamentalement changé la situation".

Le serveur mySQL-1 est down en ce moment, merci de revenir dans quelques minutes

Votre ordinateur provoque une activité anormale sur le serveur et nous sommes dans l'obligation de vous refuser la connexion pour préserver notre bande-passante. Peut-être avez-vous installé un logiciel comme l'antivirus AVP dont la nouvelle version scanne sauvagement le site pendant que vous le

Comment s'est produit l'attentat ?

Le kamikaze a lancé sa camionnette piégée contre un convoi de bus transportant des milliers d'habitants chiites évacués de Foua et Kafraya, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Ces localités, restées loyales au régime de Bachar Al-Assad, sont assiégées par les insurgés dans la province d'Idleb (nord-ouest). L'attaque, qui n'a pas encore été revendiquée, est survenue à Rachidine, une banlieue rebelle de la ville d'Alep, plus au nord, où avait été bloqué le convoi pendant plusieurs heures, en raison de désaccords entre les belligérants. L'évacuation se faisait dans le cadre d'un accord ponctuel entre rebelles et forces armées loyalistes.

Le départ d'Assad est une des priorités des Etats-Unis, déclare Nikki Haley

  Le départ d'Assad est une des priorités des Etats-Unis, déclare Nikki Haley Le renversement du régime syrien fait partie des priorités de l'administration Trump, déclare l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley, dans une interview à CNN dont la diffusion est prévue dimanche. Vaincre l'Etat islamique (EI), repousser l'influence iranienne en Syrie et évincer le président syrien Bachar al Assad, telles sont les priorités de Washington, annonce l'émissaire américaine dans cette interview sur l'"Etat de l'Union"."Nous n'envisageons pas une Syrie en paix avec Assad", explique-t-elle.

Vous surfez trop vite. Robot/Aspirateur détecté. Visite du site à nouveau possible dans 0jrs 0h 0m 28s.

Pour plus d'informations sur les prochaines sorties de jeux, rendez-vous sur : http://www.zylom.com/uk/blog/coming-soon/.

C'est à côté des dizaines de bus à l'arrêt à Rachidine que le kamikaze a fait exploser sa camionnette piégée.

"Il y a eu une énorme explosion"

Mayssa Al-Aswad, une habitante évacuée

à l'AFP

"J'ai entendu des cris et des pleurs (...) mon bébé, Hadi, pleurait beaucoup, ma fillette Narjes me regardait, complètement figée", a raconté à l'AFP Mayssa Al-Aswad, 30 ans, qui était assise dans un bus avec son bébé de 6 mois et sa fillette de 10 ans au moment de l'attaque. "La mort peut vous surprendre en quelques minutes".

Quelques heures après l'attaque, les convois des personnes évacuées ont repris la route pour rejoindre leur destination finale, dans une zone contrôlée par le régime.

Dans quel contexte s'est déroulé l'attentat ?

L'attentat-suicide visait l'opération d'évacuation qui concerne également des milliers d'habitants des localités rebelles de Madaya et Zabadani, près de Damas. Elle a été lancée, vendredi, en vertu d'un accord entre le Qatar, soutien de la rébellion, et l'Iran, allié du régime.

Syrie : l'EI attaque une base de la coalition

  Syrie : l'EI attaque une base de la coalition Les Américains et les rebelles syriens ont repoussé une attaque d'une trentaine de combattants, samedi, dans le sud du pays. © (AFP/DELIL SOULEIMAN) Des militaires américains en Syrie, à Raqa, capitale autoproclamée du groupe Etat Islamique, le 6 février 2017 Une trentaine de kamikazes portant des gilets explosifs et munis d'une voiture piégée : le groupe EI a lancé une attaque samedi contre la base de At-Tanf, dans le sud de la Syrie, près de la frontière jordanienne.

Bonjour, Kalligo.com, le magazine en ligne dédié aux assistant(e)s, est désormais fermé. Merci de votre fidélité pendant ces 7 années et à bientôt sur bruneau.fr. Natacha de Kalligo.

Je crée mon compte. Retrouvez dans votre compte, un accès rapide à vos gares favorites ainsi que leurs actualités et bons plans, le service Objets Trouvés. Si vous avez déclaré un objet perdu en gare où par téléphone, pensez à utiliser le même e-mail afin de retrouver votre dossier dans la rubrique

Plus de 7 000 personnes ont ainsi été évacuées vendredi et samedi des quatre localités. Quelque 5 000 personnes (civils et combattants) habitant à Foua et Kafraya, fidèles au régime, ont atteint Alep, d'où elles choisiront leur destination finale. Les 2 200 habitants évacués de Madaya et Zabadani, favorables pour leur part aux rebelles, ont rejoint la province d'Idleb contrôlée en grande majorité par les forces opposées au régime de Bachar Al-Assad.

On ignore si l'opération d'évacuation, qui concerne plusieurs autres milliers de personnes, pourra se poursuivre après l'attentat.

Qui sont les victimes ?

Au moins 68 enfants figurent parmi les 126 personnes tuées dans l'attentat-suicide, selon un nouveau bilan donné dimanche par une ONG. Ces victimes sont des musulmans chiites, restés dans leur immense majorité fidèles au régime de Bachar Al-Assad, lui-même alaouite (une branche rattachée au chiisme).

"Le bilan ne cesse de s'alourdir. Il y a des centaines de blessés", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui avait précédemment donné un bilan de 112 morts. Il a par ailleurs précisé que 109 des 126 tués sont des habitants de Foua et Kafraya, les deux localités pro-régime évacuées, tandis que les autres sont des rebelles qui gardaient les bus et des travailleurs humanitaires.

Attaque contre des civils évacués: Assad accuse Al-Nosra .
L'attaque contre des civils évacués de villages assiégés, le 15 avril, avait fait 126 morts dont 68 enfants. Elle n'a pas été revendiquée.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!