Monde Relations Etats-Unis/Russie : Donald Trump "a changé du tout au tout"

09:25  13 avril  2017
09:25  13 avril  2017 Source:   Franceinfo

Ivanka Trump : Nous n’avons pas les mêmes valeurs

  Ivanka Trump : Nous n’avons pas les mêmes valeurs Ivanka Trump : une de ses voisines fait sensation à une manif avec du vin et un manteau de fourrureLa maison d’Ivanka Trump est aussi un point de ralliement pour des opposants à la politique menée par son père. Ce week-end, samedi 1er avril, des militants favorables à la préservation de l’environnement ont manifesté devant chez elle pour signifier leur opposition au fait que Donald Trump s’attaque aux lois censées protéger la planète. D’après le magazine People, Ivanka Trump n’était pas chez elle au moment de la manifestation, mais une de ses voisines, Dianne Bruce, n’en a pas raté une miette. Et les témoins présents ne l’ont pas ratée non plus.

Maintenance Mode. News360xLe site Internet News360x est momentanément indisponible en raison d'un problème technique. Le site sera de nouveau accessible très prochainement. Please try back again soon.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Pour Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, la frappe américaine sur une base aérienne syrienne illustre "un revirement complet entre ce que disait le candidat et ce que dit maintenant le président".

  Relations Etats-Unis/Russie : Donald Trump © Fournis par Francetv info

Le président russe Vladimir Poutine a reçu mercredi 12 avril au Kremlin le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, dans un climat tendu. Les relations entre Washington et Moscou se sont détériorées, après la frappe américaine sur une base aérienne syrienne, en réponse à une attaque chimique présumée dans une zone rebelle de Syrie attribuée au régime de Bachar al-Assad.

Armes chimiques en Syrie: pourquoi Trump laisse planer la menace d'une riposte

  Armes chimiques en Syrie: pourquoi Trump laisse planer la menace d'une riposte Le président de Etats-Unis a reconnu un changement d'attitude contre Damas après une "attaque sur des enfants" à l'"énorme impact". Sans précision, il ouvre la voie à des actions d'envergure."Cette attaque sur des enfants mardi a eu un énorme impact sur moi." Donald Trump a ainsi évoqué ce jeudi l'attaque chimique qui a fait au moins 86 morts, dont 30 enfants, dans une zone rebelle de Syrie. "Il est très, très possible, et je dois dire que c'est déjà le cas, que mon attitude face à la Syrie et Assad change", a-t-il ajouté, évoquant également des "actes odieux" et un "affront à l'humanité" qui ne "peuvent être tolérés".

Next in Americas Presidential candidate Donald Trump said on Friday British

Ancienne basketteuse pro aux Etats - Unis , elle a tout plaqué pour le stand-up

Sur franceinfo, Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), estime que le président américain Donald Trump "a changé du tout au tout" et qu'il y a "une reprise en main des structures militaires sur Donald Trump".

franceinfo : A-t-on mal compris Donald Trump ou bien est-ce lui qui a changé du tout au tout ?

Pascal Boniface : C'est lui qui a changé du tout au tout, sur l'intervention des États-Unis dans le monde, sur l'Otan et la Syrie. Il y a une reprise en main des structures militaires sur Donald Trump. C'était prévisible mais c'est plus rapide que prévu.

Il y a un revirement complet entre ce que disait le candidat et ce que dit maintenant le président.

Pascal Boniface

à franceinfo

Donald Trump a frappé la Syrie : et après?

  Donald Trump a frappé la Syrie : et après? LE GRAND ANGLE DIPLO - Vingt-quatre heures après le bombardement américain sur la base syrienne d’où serait partie l’attaque chimique contre Khan Cheikhoun, la grande question est de savoir s’il s’agit d’une frappe ponctuelle punitive ou bien du début d’une intervention de plus grande ampleur contre le régime de Damas. Mais il s’agit en tout cas d’une riposte unilatérale et sans mandat des Nations Unies. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef international du JDD, François Clemenceau. Le raid aux 59 missiles mené par les Américains jeudi est illégal au regard du droit international puisqu’il n’a pas été autorisé par une résolution du conseil de sécurité de l’

Travel. Travel home page.

Video. Infos Donald Trump présentera son premier budget mi-mars.

Ce sont des généraux dans son entourage qui pèsent le plus. Les idéologues comme Steve Bannon ont été écartés. Les généraux sont à la fois un élément pour tempérer le caractère intempestif de Donald Trump, mais en même temps les anciens logiciels américains classiques reviennent.

C'est l'armée américaine qui pèse sur Donald Trump, alors qu'elle fait partie de l'establishment qu'il avait dénoncé pendant sa campagne ?

Exactement. Il avait également sur le plan financier dénoncé dans la campagne le secteur bancaire, qui revient en force dans son entourage. Il avait pris ses distances sur l'establishment militaire et l'industrie de défense et là il augmente le budget de la défense de 10%. Il fait tout à l'envers de ce qu'il avait dit comme candidat.

Les Russes sont-ils aussi désarçonnés par ce Donald Trump qu'ils n'attendaient pas vraiment ?

Les Russes aiment bien ce qui est prévisible. Ce qui est imprévisible leur déplaît fortement. Ils avaient misé beaucoup sur un rapprochement, un axe Moscou-Washington. Ce rapprochement n'existe pas, n'a pas eu lieu et il s'éloigne encore un peu plus. La rencontre entre le secrétaire d'État américain Rex Tillerson et le président russe Vladimir Poutine n'a débouché sur aucun résultat tangible.

Des spécialistes de la santé mentale américains assurent que Donald Trump souffre de "narcissisme malfaisant" .
Une association de psychothérapeutes américains met en cause la santé mentale de Donald Trump. Elle organise sa première conférence annuelle à l'université de Yale, jeudi.Le comportement impulsif et l'extrême pauvreté du vocabulaire de Donald Trump avaient déjà défrayé la chronique, dès les primaires américaines. Certains posent désormais ouvertement la question de la santé mentale du président américain même si l'histoire des États-Unis a déjà vu des présidents pour le moins originaux.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!