Monde Le Canada sollicite des alliés pour résoudre la crise avec Ryad

00:30  10 août  2018
00:30  10 août  2018 Source:   msn.com

Expulsion de l'ambassadeur canadien en Arabie: le Canada "sérieusement inquiet"

  Expulsion de l'ambassadeur canadien en Arabie: le Canada Le Canada s'est dit "sérieusement inquiet" lundi de l'expulsion de son ambassadeur à Ryad, annoncée par l'Arabie saoudite en réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'homme."Nous sommes sérieusement inquiets de ces informations de presse et nous cherchons à en savoir plus sur la récente déclaration du Royaume d'Arabie saoudite", a affirmé Marie-Pier Baril, porte-parole du ministère, dans un communiqué.

Le Canada a discrètement cherché conseil et soutien auprès de certains de ses alliés , dont l'Allemagne et la Suède, pour tenter de résoudre la crise sans précédent dans ses relations avec l'Arabie saoudite, a indiqué jeudi à l'AFP une source gouvernementale.

Le Canada a discrètement cherché conseil et soutien auprès de certains de ses alliés , dont l'Allemagne et la Suède, pour tenter de résoudre la crise sans Les deux pays ont aussi subi ces dernières années les foudres de Ryad pour avoir critiqué son bilan en matière de droits humains.

Le Canada a discrètement cherché conseil et soutien auprès de certains de ses alliés, dont l'Allemagne et la Suède, pour tenter de résoudre la crise sans précédent dans ses relations avec l'Arabie saoudite, a indiqué jeudi à l'AFP une source gouvernementale.

Selon un haut responsable gouvernemental ayant requis l'anonymat, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a échangé avec ses homologues allemand et suédois.

L'Allemagne et la Suède ont aussi subi ces dernières années les foudres de l'Arabie saoudite pour avoir critiqué son bilan en matière de droits de l'homme.

Mme Freeland a cherché à savoir comment ces pays étaient parvenus à régler leurs différends et leur a aussi demandé leur soutien, a ajouté le haut responsable.

Ryad expulse l'ambassadeur du Canada pour "ingérence", rappelle le sien

  Ryad expulse l'ambassadeur du Canada pour L'Arabie saoudite a annoncé lundi qu'elle avait décidé d'expulser l'ambassadeur du Canada à Ryad et de rappeler son propre ambassadeur à Ottawa après une "ingérence" commise selon elle par le Canada dans ses affaires intérieures. Les mesures décidées par Ryad comprennent également le gel des relations commerciales avec le Canada.Elles interviennent à la suite d'un appel de l'ambassade du Canada à la libération immédiate de militants des droits de l'Homme emprisonnés en Arabie saoudite.

» LIRE AUSSI - Ryad expulse l'ambassadeur du Canada pour "ingérence". " Le Canada défendra toujours les droits humains au Canada et dans le reste du monde", a déclaré Mme Freeland à l'ouverture d'une conférence sur l'égalité des sexes à Vancouver, en référence explicite à la crise

La crise diplomatique d'une virulence inédite entre l'Arabie saoudite et le Canada embarrasse les Etats-Unis, partenaires et alliés des deux pays. LIRE AUSSI : - Crise avec Ryad : le Canada «défendra toujours les droits humains».

Ottawa prévoit également de contacter les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni, qui entretiennent de solides liens historiques avec Ryad.

Le royaume saoudien avait créé la surprise lundi en annonçant l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, en rappelant son ambassadeur et en gelant tout nouveau commerce ou investissement avec ce pays après la dénonciation par Ottawa de l'arrestation de militants saoudiens des droits de l'homme.

Le Premier ministre Justin Trudeau a refusé mercredi de présenter des excuses à l'Arabie Saoudite: "Les Canadiens attendent de notre gouvernement qu'il parle fermement, clairement et poliment de la nécessité de respecter les droits humains, au Canada et dans le monde, c'est ce que nous allons continuer à faire".

L'Arabie saoudite menace le Canada après ses critiques sur les droits de l'homme, Trudeau refuse de s'excuser

  L'Arabie saoudite menace le Canada après ses critiques sur les droits de l'homme, Trudeau refuse de s'excuser Ryad, piqué au vif par une déclaration canadienne demandant la «libération immédiate» des militants des droits de l'Homme, a menacé le Canada de nouvelles mesures punitives ... © LANGSDON-POOL/SIPA Justin Trudeau lors du sommet du G7 à Charlevoix (Québec), le 9 juin 2018. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a refusé mercredi de présenter des excuses à l’Arabie saoudite et réaffirmé sa volonté de défendre les droits de l’homme partout dans le monde, quelques heures après que Ryad a menacé le Canada .

M. Trudeau réagissait pour la première fois à l'annonce lundi de l'expulsion pour "ingérence" de l'ambassadeur canadien à Ryad . "Une erreur devrait être corrigée. Le Canada sait ce qu'il a à faire", avait-il ajouté.

L’expulsion de l’ambassadeur canadien d’Arabie saoudite a provoqué une petite onde de choc. Comment expliquer cette brusque montée de tension entre les deux pays? Pour y voir clair, Sputnik s’est entretenu avec Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice au Canada

M. Trudeau a souligné que Mme Freeland avait eu "une longue discussion" mardi avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir pour tenter de résoudre la crise.

"Les discussions avec l'Arabie saoudite se poursuivent", a-t-il dit.

Le royaume saoudien a cependant encore haussé le ton mercredi excluant toute possibilité de médiation et envisageant même de nouvelles sanctions contre Ottawa.

Le Canada n'a pas caché sa déception que des puissances occidentales, dont les Etats-Unis --partenaires et alliés des deux pays--, ne lui expriment pas publiquement leur soutien.

"Les deux parties doivent résoudre ceci par la voie diplomatique", a déclaré mercredi Heather Nauert, porte-parole du département d'Etat américain. "Nous ne pouvons pas le faire à leur place".

Le Yémen enterre ses enfants, Ryad parle d'un raid "légitime" .
Des milliers de Yéménites ont assisté lundi aux funérailles des dizaines d'enfants tués la semaine dernière dans une frappe aérienne de la coalition sous commandement saoudien contre un autocar dans le nord du Yémen. Au moins 40 enfants ont été tués dans ce raid mené jeudi sur un marché de la ville de Dahyan, dans la province de Saada sous contrôle de la milice des Houthis opposée au gouvernement yéménite et à ses alliés arabes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!