Monde Gaza: la majorité des Palestiniens tués "étaient du Hamas"

09:00  17 mai  2018
09:00  17 mai  2018 Source:   lexpress.fr

Manifestations à Gaza : Au moins 55 Palestiniens tués par l’armée israélienne (Vidéo)

  Manifestations à Gaza : Au moins 55 Palestiniens tués par l’armée israélienne (Vidéo) Ce lundi 14 mai, des centaines de Palestiniens se sont rassemblés à la frontière de Gaza afin de protester contre le transfert de l'ambassade américaine d'Israël à Jérusalem. Au total, 55 d'entre eux ont été tués par l’armée israélienne dans l’opération. Non Stop Zapping vous en dit plus.La décision de Donald Trump a créé de vives tensions. En décembre dernier, le président des Etats-Unis a annoncé que l’ambassade américaine allait être transférée à Jérusalem. Un véritable affront pour les Palestiniens, puisqu’il s’agit pour l’homme d’Etat de connaître la ville sainte comme capitale d’Israël.

Un Palestinien a été tué par des tirs de soldats israéliens ce vendredi 11 mai, lors du septième vendredi consécutif de manifestations à la frontière entre Israël et la bande de Gaza , a annoncé le ministère local de la Santé.

Un Palestinien a été tué par des tirs israéliens dans la bande de Gaza , lors du quatrième vendredi consécutif de mobilisation massive dans le territoire, ont indiqué les autorités sanitaires gazaouies.

La très grande majorité des 59 Palestiniens tués cette semaine par l'armée israélienne dans la bande de Gaza appartenait au Hamas, a affirmé un responsable du mouvement islamiste: une affirmation dont Israël s'est immédiatement saisi pour contester le caractère pacifique de la contestation.

Manifestations palestiniennes à la frontière israélienne le 14 mai 2018 © REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa Manifestations palestiniennes à la frontière israélienne le 14 mai 2018

Le Hamas a dit soutenir la mobilisation des Palestiniens, tout en assurant qu'elle émanait de la société civile et qu'elle était pacifique. Mais un responsable du Hamas a affirmé à la télévision que sur les "62 martyrs, 50 d'entre eux étaient du Hamas". Israël, qui répète depuis lundi que le Hamas a utilisé les civils pour qu'ils manifestent à la frontière, s'est emparé de cette information. Salah al-Bardaouil, ce responsable du Hamas, "dévoile la vérité", a tweeté un porte-parole du gouvernement israélien, Ofir Gendelman. "Ce n'était pas une manifestation pacifique, mais une opération du Hamas", qui contrôle Gaza, a-t-il ajouté.

Gaza : l'Egypte ouvre sa frontière exceptionnellement un mois pour le ramadan afin "d'alléger les souffrances"

  Gaza : l'Egypte ouvre sa frontière exceptionnellement un mois pour le ramadan afin La décision intervient après les manifestations de lundi durant lesquelles près de 60 Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne.Le président égyptien a ordonné, jeudi 18 mai, l'ouverture exceptionnelle un mois de la frontière avec Gaza à l'occasion du ramadan. La décision intervient après des manifestations massives, accompagnés de jets de pierres, lundi, à la frontière entre Israël et la bande de Gaza. Durant ces manifestations, environ 60 Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne. Le Hamas a revendiqué le fait qu'une majorité des victimes étaient membres de son mouvement.

Sept Palestiniens ont été tués et 400 ont été blessés lors d'une nouvelle manifestation à la frontière entre Gaza et Israël. Plus de 20 000 de Gazaouis s'étaient rassemblés pour Pour le gouvernement israélien, ces violences ont un seul responsable : le Hamas , qui contrôle Gaza depuis 2007.

16 Palestiniens ont déjà été tués par les militaires Israéliens. L’armée israélienne s’est justifiée en prétendant que deux hommes s'étaient approchés de la clôture et avaient commencé «à agir de façon suspecte». «Marche du retour» : les Palestiniens de Gaza entament six semaines de protestation.

"La situation à Gaza (dirigé par le Hamas, ndlr) a très peu à voir avec le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem" lundi, a commenté le président du parlement israélien, Yuli-Yoel Edelstein, lors d'un déplacement à Paris. "C'est une action très bien planifiée du Hamas qui utilise les populations, y compris des femmes, des enfants, des adolescents, comme boucliers humains", a-t-il ajouté.

L'armée israélienne accuse également le Hamas, qu'il considère comme "terroriste", de s'être servi du mouvement pour mêler à la foule des hommes armés ou disposer des engins explosifs le long de frontière. Le compte twitter de l'armée israélienne ainsi que les officiels israéliens abreuvent les réseaux sociaux de messages pointant du doigt la responsabilité du Hamas dans le massacre de lundi. Une vidéo circule, montrant un Palestinien arrêté par Israël qui accuse le Hamas d'obliger les Gazaouis, femmes et enfants, à se rendre à la frontière, véritable zone de guerre.

Bande de Gaza : Des journalistes visés par des tirs de snipers et de gaz lacrymogène (Vidéo)

  Bande de Gaza : Des journalistes visés par des tirs de snipers et de gaz lacrymogène (Vidéo) Lundi 14 mai, les États-Unis déplaçaient officiellement leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Une décision très contestée par les Palestiniens vivant au niveau de la Bande de Gaza. Des échauffourées ont éclaté avec l'armée israélienne, tuant 55 Palestiniens. Lors de l'intervention, des journalistes ont également été pris à partie. Une vidéo à retrouver sur Non Stop Zapping.Hier, des manifestations en marge du déplacement de l'ambassade américaine ont éclaté au niveau de la Bande de Gaza.  L'armée israélienne a dû intervenir dans cette région très sensible, abritant beaucoup de Palestiniens. L'intervention a fait des dégâts puisque 55 Palestiniens ont perdu la vie.

Ces décès portent à 40 le nombre de palestiniens tués par Tsahal depuis le début du mouvement le 30 mars, selon les informations des autorités sanitaires de Gaza . La très grande majorité ont été tués par des tirs de soldats postés sur la barrière de sécurité entre Israël et la bande de Gaza .

le journaliste Thomas Gadisseux a alors demandé si elle considérait que tous les Palestiniens tués le 14 mai, parmi lesquels figuraient huit enfants dont un bébé, étaient des terroristes. «Il faut se rappeler que c'est le groupe terroriste Hamas qui a pris en otage la bande de Gaza .

Condamnation forte de l'étranger

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui jugé "blasphématoire" de comparer à des "terroristes" les dizaines de manifestants "pacifiques", tués à Gaza par des tirs israéliens. Le pape François s'est dit "très préoccupé par l'escalade des tensions en Terre Sainte" et le président russe Vladimir Poutine a appelé à "renoncer à la violence".

Trois jours après ce bain de sang, inédit par son ampleur depuis 2014, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui dénoncé le silence de la communauté internationale face à la "tyrannie israélienne". Si ce silence "persiste", le monde va s'enfoncer rapidement dans un chaos où les bandits feront la loi", a lancé M. Erdogan lors d'un dîner de rupture du jeûne à Ankara. Conséquence de cette tension, l'ambassadeur d'Israël en Turquie a regagné son pays jeudi, à la demande des aurorités d'Ankara. Eitan Naeh a pris un avion pour Tel-Aviv à l'aéroport d'Istanbul où son départ a été filmé par des médias turcs.

Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent tenir jeudi au Caire, à la demande de l'Arabie saoudite, une réunion "extraordinaire" qui portera sur "l'agression israélienne contre le peuple palestinien", a annoncé l'organisation panarabe. En attendant, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé Israël et les Palestiniens à s'abstenir de toute mesure qui pourrait conduire à de nouveaux morts.

Gaza: le ton monte entre la Turquie et Israël .
Le président turc, Tayyip Erdogan a condamné les violences dans la bande de Gaza, ou une soixantaine de Palestiniens ont été tués depuis lundi. Le premier ministre israélien lui a répondu qu'il n'avait pas de "leçons de morale" à recevoir.Les violences de ces derniers jours dans la bande de Gaza menacent fortement les relations entre Ankara et Israël. Mardi, la Turquie a demandé à son ambassadeur de quitter temporairement le pays. Une décision qui fait suite aux propos très virulents qu'a tenus le président Turc Tayyip Erdogan.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!