France Apprentissage : le financement des grandes écoles préservé par la réforme

17:20  12 février  2018
17:20  12 février  2018 Source:   Le Monde

Les propositions de La République en Marche sur la formation professionnelle

  Les propositions de La République en Marche sur la formation professionnelle Le parti d'Emmanuel Macron présentait, mercredi, 12 propositions pour améliorer le système de formation professionnelle et d'apprentissage. Des mesures qui ont pour vocation d'inspirer le gouvernement. Sans avoir valeur d'obligation. Trois mois après son élection à la tête de la République en Marche, Christophe Castaner commence enfin à relancer la machine intellectuelle macroniste. Le secrétaire général de LREM dévoilait ce mercredi les résultats de la consultation sur formation professionnelle et l’apprentissage lancée par le parti présidentiel. 12 propositions issues de 23.

La partie « hors quota » de l'actuelle taxe d' apprentissage qui sert à financer les grandes écoles serait « transformée » mais subsisterait sous un autre nom. Les grandes écoles se

L’ apprentissage dans les écoles conduit à l’emploi. 15% des diplômés des écoles de la Conférence des Grandes Ecoles sont formés par la voie de l’ apprentissage . Plus de 90% d’entre eux trouvent un emploi directement à la sortie de l’ école , pour certaines filières

Le gouvernement a annoncé le maintien, sous un autre nom, du « hors quota », la part de la taxe d’apprentissage que les entreprises affectent librement aux formations supérieures de leur choix.

La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et le premier ministre, Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme de l’apprentissage, vendredi 9 février à l’Hôtel Matignon. © STÉPHANE DE SAKUTIN / AFP La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et le premier ministre, Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme de l’apprentissage, vendredi 9 février à l’Hôtel Matignon.

Les décisions gouvernementales sur la réforme de l’apprentissage, présentées vendredi 9 février, ne diminueront pas les ressources des grandes écoles. Ces dernières s’étaient à plusieurs reprises inquiétées que soit supprimée la part dite « libre » de la taxe d’apprentissage. Aujourd’hui, les entreprises attribuent librement une part de leurs versements aux formations supérieures de leur choix, indépendamment des actions qu’elles mènent ou non en faveur de l’apprentissage. Ce « barème » ou « hors quota » finance notamment entre 5 % et 20 % du budget des grandes écoles.

Apprentissage : les grands axes de la réforme

  Apprentissage : les grands axes de la réforme Le premier ministre a présenté vendredi des mesures qui changeront radicalement la logique du dispositif. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Edouard Philippe et Muriel Pénicaud, le 9 février 2018. Après la réécriture du code du travail, le deuxième gros chantier social du gouvernement commence à prendre tournure.

Les projets de réforme risquent de diminuer de 5 à 20 % le budget des grandes écoles qui utilisent la taxe d’ apprentissage pour financer d’autres actions, telles l’innovation pédagogique ou l’ouverture sociale.

Apprentissage dans les grandes écoles : en finir avec une idéologie dévastatrice. Réforme du bac : ce qu'attend l'enseignement supérieur. Muriel Pénicaud : "L' apprentissage dans le supérieur ne doit pas être une bulle à part".

Le document gouvernemental sur la « Transformation de l’apprentissage » annonce officiellement le « maintien » de ce financement, sous un autre nom : « Pour plus de lisibilité, le « barème » (ou « hors quota »), renommé la « contribution au développement des formations professionnalisantes », est préservé et librement affecté par les entreprises », peut-on y lire.

La Conférence des grandes écoles (CGE) et la Conférence des directeurs d’écoles d’ingénieurs (Cdefi) semblent ainsi avoir été entendues. « Pour plus de clarté, la CGE et la Cdefi proposent que le hors quota puisse être distingué du dispositif d’apprentissage stricto sensu et qu’une nouvelle dénomination lui soit attribuée, telle que “contribution des entreprises au financement de l’enseignement supérieur” », plaidaient-elles dans un communiqué commun à la fin de janvier.

Le gouvernement défend, dans sa réforme, le principe de cette contribution : « Outre l’importante contribution financière que représente cette taxe, elle permet, bien au-delà, d’encourager les échanges et le dialogue constant entre les établissements de formation et les futurs employeurs, garantissant ainsi la pertinence des formations proposées », souligne son projet. Reste à connaître les modalités précises d’application des mesures annoncées par le gouvernement, qui doivent faire l’objet d’un projet de loi au printemps.

Somme : des parents d'élèves ont passé la nuit dans des écoles contre la future carte scolaire .
Baptisée "La nuit des écoles", l'initiative des parents d'élèves de la Somme vise à maintenir les classes qui pourraient être supprimées dans le département, à la rentrée 2018. © XAVIER LEOTY / AFP Somme : des parents d'élèves ont passé la nuit dans des écoles contre la future carte scolaire La mobilisation est venue de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Élèves) de la Somme, pour protester contre la future carte scolaire de la rentrée 2018.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!