France France Télévisions reconnaît un « bug » après le reportage sur un bar de Sevran

17:13  09 février  2018
17:13  09 février  2018 Source:   lemonde.fr

France TV lance Slash, un média numérique pour séduire les 18-30 ans

  France TV lance Slash, un média numérique pour séduire les 18-30 ans France Télévisions a présenté mardi Slash, sa toute nouvelle offre numérique avec laquelle elle espère attirer les 18-30 ans, de plus en plus accros à leurs téléphones et aux réseaux sociaux, en adoptant les codes propres aux "pure players" du net. En ligne depuis lundi, Slash est présenté par le groupe comme "un média numérique 100% gratuit de service public à destination des jeunes adultes". Il propose une palette de programmes généralistes adaptés au web et aux réseaux sociaux, publiés à la fois sur le site internet de France Télévisions (france.tv/slash) et sur différentes plateformes en ligne (Facebook, Youtube, Instagram...).

Plus d’un an après la diffusion d’un reportage du journal télévisé de France 2 sur le Jockey Club, un bar PMU de Sevran (Seine-Saint-Denis) prétendument interdit aux femmes, un responsable de France télévision reconnaît une erreur, évoque un « bug ».

Le reportage était intitulé "Lieux publics : Quand les femmes sont indésirables". Diffusé le 7 décembre 2016 dans le JT de France 2, il avait suscité

Des représentants des chaînes de télévision ont été auditionnés par les membres de la mission sur les quartiers prioritaires de la ville. Le Jockey Club y était présenté comme un bar interdit aux femmes.

Plusieurs contre-enquêtes — du Bondy Blog, de France Bleu ou du « Monde » — avaient démontré que le bar n’ostracisait pas les femmes. © ADAM PLOWRIGHT / AFP Plusieurs contre-enquêtes — du Bondy Blog, de France Bleu ou du « Monde » — avaient démontré que le bar n’ostracisait pas les femmes.

Plus d’un an après la diffusion d’un reportage du journal télévisé de France 2 sur le Jockey Club, un bar PMU de Sevran (Seine-Saint-Denis) prétendument interdit aux femmes, un responsable de France télévision reconnaît une erreur, évoque un « bug ».

Après Boyon, au tour de Martin Fourcade de craquer en direct

  Après Boyon, au tour de Martin Fourcade de craquer en direct LE SCAN SPORT - Le champion olympique a adressé un petit clin d'œil au journaliste de France Télévisions qui s'était complètement lâché à l'antenne samedi.Le champion olympique a adressé un petit clin d'œil au journaliste de France Télévisions qui s'était complètement lâché à l'antenne samedi.

Auditionné dans le cadre de la mission confiée à Jean-Louis Borloo sur la politique de la ville, Hervé Brusini, directeur en charge du numérique et de la diversité à France Télévisions , a reconnu que le reportage de France 2 sur le bar PMU de Sevran a été “ un bug ”.

Un an après la diffusion d'un reportage sur un bar prétendument interdit aux femmes à Sevran sur France 2, un responsable de France Télévisions s'est ouvert pour la première fois, vendredi, sur le sujet.

Entendu, le 29 janvier, dans le cadre de la mission confiée à l’ancien ministre de la ville Jean-Louis Borloo sur les quartiers prioritaires de la ville, Hervé Brusini, directeur chargé du numérique et de la diversité à France Télévisions, a fait cet aveu.

Il est revenu sur le reportage diffusé le 7 décembre 2016, titré Lieux publics : quand les femmes sont indésirables, rapporte le Bondy Blog. Dans une séquence du reportage, tourné en caméra cachée par Nadia Remadna et Aziza Sayah, deux militantes de la Brigade des mères, les clients du bar, des hommes, leur enjoignent de « patienter dehors », tandis qu’un autre leur lance : « Dans ce café, y a pas de mixité. (…) C’est comme au bled. »

« Il y a eu un bug, oui, et un problème qui s’est manifestement posé avec ce reportage. » Contacté par le Bondy Blog, Hervé Brusini a confirmé ses propos, sans s’avancer davantage : « Comment analyser ce bug ? Ça, je ne sais pas ? Je ne suis pas mandaté pour en parler. »

Vidéo : En larmes, Alexis Corbière est consolé par sa compagne Raquel Garrido

  Vidéo : En larmes, Alexis Corbière est consolé par sa compagne Raquel Garrido Invité de Thierry Ardisson dans les Terriens du dimanche, Alexis Corbière a pleuré à chaudes larmes après la diffusion d'un reportage sur la lutte des employés de Carrefour.Très ému par le témoignage de ces salariés, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon s'est difficilement exprimé : "Je suis très ému, c'est important. Quand on est député, on est privilégié par rapport aux autres (...) Ca m'a touché (...) Pardon, je suis ému par ce reportage". Heureusement le député de la France Insoumise a pû compter sur le soutien de sa compagne Raquel Garrido qui a tenté de le consoler en lui prenant tendrement la main.

Intitulé "Lieux publics : Quand les femmes sont indésirables", le sujet portait sur un bar dans la ville de Sevran , en Seine-Saint-Denis. après la diffusion d’un reportage , Hervé Brusini, directeur en charge du numérique et de la diversité à France Télévisions , a reconnu une erreur et évoqué un " bug " lors

www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/02/09/ reportage - sur - un - bar - de - sevran -pretendument-interdit-aux-femmes- france -telev.

Hervé Brusini et Marie-Anne Bernard, directrice de la responsabilité sociale et environnementale à France Télévisions, représentaient le groupe public de l’audiovisuel, et des responsables de TF1, de BFMTV et de Radio France étaient auditionnés, le 29 janvier, par un groupe de travail sur l’« image des quartiers ». Ils répondaient à des questions sur la manière dont leurs rédactions présentent la réalité dans les quartiers populaires et sur les difficultés qu’ils rencontrent pour mener à bien ce travail.

Dans le reportage diffusé dans le journal de 20 heures, présenté alors par David Pujadas, France 2 présentait un « bar où il n’y a que des hommes ». Plusieurs contre-enquêtes — du Bondy Blog, de France Bleu ou duMonde–, avaient démontré que le bar n’ostracisait pas les femmes.

Le 16 mars 2017, France Télévision écrivait dans un communiqué que « les règles de déontologie journalistiques [avaie]nt été respectées pour ce reportage ». Saisi par des téléspectateurs et par un sénateur, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait déclaré, le 31 juillet 2017, n’avoir « pas relevé de manquement de la chaîne ».

Selon le Bondy Blog, Amar Salhi, le propriétaire du bar, a porté plainte contre France Télévisions pour diffamation.

Encore marqué, Julien Courbet revient sur son éviction brutale de France 2 .
Invité d'On refait la télé sur RTL ce week-end, Julien Courbet a bien balancé sur l'ancien patron des programmes de France 2, Philippe Vilamitjana, qui l'avait viré de la chaîne sans ménagement en 2013. © capture écran RTL Encore marqué, Julien Courbet revient sur son éviction brutale de France 2 (VIDÉO) L'éviction de Tex, viré des Z'amours après sa mauvaise blague lors de son passage dans C'est que de la télé, a rappelé de douloureux souvenirs à Julien Courbet. En effet, lui aussi a été viré de façon expéditive par France 2.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!