France Législatives partielles : LREM prend le bouillon

09:13  05 février  2018
09:13  05 février  2018 Source:   Liberation

Les législatives partielles, un test pour l’exécutif

  Les législatives partielles, un test pour l’exécutif Les ministres et le patron de La République en marche, Christophe Castaner, se déploient auprès des candidats qui jouent leur réélection. © OLIVIER LABAN-MATTEI / M.Y.O.P POUR LE MONDE Réunion publique d’Isabelle Muller-Quoy, candidate La République en marche à la législative partielle de la 1re circonscription du Val-d’Oise. Un empilement de ballons de baudruche bleus, blancs et rouges floqués du logo d’En marche ! et quelques tee-shirts de soutien à Emmanuel Macron. La République en marche (LRM) a ressorti les gadgets de la campagne présidentielle, lundi 22 janvier, dans la salle du Dôme de Pontoise.

Le site Compta Online est en maintenance actuellement. Pas de panique, cela ne prendra pas beaucoup de temps, Nicolas s'occupe de tout ! En attendant, une petite vidéo pour patienter tranquillement

Désolé, vous ne pouvez pas lancer de recherche sur plus de 6 mots. Retour à la page précédente.

Un bureau de vote de Belfort le 4 février 2018 © SEBASTIEN BOZON Un bureau de vote de Belfort le 4 février 2018

Dans le Val d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

Avis de coup de froid pour la macronie. Dimanche, lors de deux partielles dans le Val d’Oise et à Belfort, les candidats LREM se sont inclinés face à leur adversaire des Républicains. À l’issue du dépouillement des deux législatives partielles, dans la première circonscription du Territoire de Belfort, le candidat Modem soutenu par la République En Marche, Christophe Grudler a essuyé une défaite sans appel dans la partielle qui l’opposait à son concurrent Les Républicains, Ian Boucard, sorti en pole position du premier tour. Avec 41,07% des voix contre 58,93% pour son adversaire LR, il échoue à emporter le siège de député, qui ne lui avait pourtant échappé en juin que de 269 voix. Surtout, alors même qu’elle était arrivée en pole position au terme du premier tour, la candidate LREM dans le Val d’Oise, Isabelle Quoy-Muller n’a réuni dimanche que 48,55% des suffrages abandonnant la victoire à son adversaire LR Antoine Savignat. Le parti macronien concède donc un siège de député au parti de Laurent Wauquiez.

A la tête de LREM, Christophe Castaner a retrouvé «l'envie»

  A la tête de LREM, Christophe Castaner a retrouvé «l'envie» A la tête du parti présidentiel depuis deux mois, le ministre des Relations avec le Parlement prépare activement les élections européennes, avec le lancement d'une «grande marche» le 24 mars, mais aussi les municipales. Ce fut long et laborieux mais le «plaisir» lui vient. Deux mois après son intronisation à la tête du parti présidentiel, Christophe Castaner commence à prendre goût à sa nouvelle fonction. Vendredi, à l’occasion de la conférence de presse de rentrée de La République en marche, il l’a glissé sur un ton badin : c’est avec «envie, plaisir et détermination» qu’il remplit sa mission de délégué général. Un revirement à 180 degrés : fin novembre, le même avait déclaré aux marcheu

Législatives françaises : quels résultats ? Date de diffusion : 23/06/2017 Dossier 530. Activité 1 : cochez le nom de chaque parti politique français ci-dessous. 1. LREM célèbre la victoire aux législatives . 2. Le nombre de députés LREM .

Les images de Frédéric Lorenzon de Tébéo. Plus d'infos sur www.letelegramme.fr.

Sans attendre de connaître les résultats des partielles à Belfort comme dans le Val d’Oise, le délégué général de la République En marche avait pris les devants, soulignant que des partielles n’avaient en aucun cas valeur de «test» national. Avec 349 députés, la majorité dont dispose l’exécutif reste confortable. Néanmoins, même ravalé au rang de «signaux faibles»- signaux que d’ordinaire, l’entourage d’Emmanuel Macron prend très au sérieux — tels résultats sont annonciateurs de lendemains qui déchantent pour le parti présidentiel et son allié centriste. Tout comme l’avaient été les revers successifs enregistrés par la République En Marche aux sénatoriales de septembre puis aux trois municipales partielles qui se sont déroulées en décembre.

Dans le Val-d'Oise, l'élection législative partielle vire au duel national

  Dans le Val-d'Oise, l'élection législative partielle vire au duel national LE SCAN POLITIQUE - Edouard Philippe et Christophe Castaner seront dans le Val-d'Oise jeudi pour soutenir la candidate LREM au deuxième tour de l'élection législative partielle. La visite des deux ministres interviendra au lendemain de celle de Laurent Wauquiez et de Valérie Pécresse présents aux côtés du candidat LR. © Szwarc Henri/ABACA Edouard Philippe et Christophe Castaner seront jeudi dans le Val-d'Oise pour soutenir la candidate LREM. Les deux premières élections législatives partielles sous l'ère Macron se transforment en événement politique national.

Deux élections législatives partielles se jouent ce week-end dans le Territoire de Belfort et dans le Val-d'Oise. En Île-de-France la candidate La République en marche tente de regagner le cœur des électeurs.

Vous allez être redirigé vers le lien suivant : Législatives : PS, LR, LREM quelle attitude face au Front national?

Témoin du flottement actuel de l’électorat: l’abstention est massive. Dans le Val d’Oise, plus de 80% des inscrits se sont détournés des urnes. Plus de 70% dans le Territoire de Belfort. A priori, rien d’inhabituel s’agissant de scrutins partiels, a fortiori après une année riche en rendez-vous électoraux. L’ennui, c’est que la désertion des électeurs n’a pas frappé les deux candidats en lice de la même façon.

Et pour la République En Marche et son allié Modem, la cote d’alerte est atteinte. À l’issue du premier tour, entre juin et janvier, plus de la moitié de l’électorat de Grudler et les deux tiers de l’électorat de Quoy Muller s’étaient évaporés, quand ceux de leurs concurrents des Républicains restaient quasi stables. Dimanche 8 février, le constat valait toujours, la candidate LREM dans le Val d’Oise comme son homologue de Belfort retrouvant moins de la moitié de leur électorat du 18 juin.

À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM

  À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM Les députés de La France insoumise fixaient l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, jeudi, sans parvenir à convaincre la majorité. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM Sans surprise, la "niche parlementaire" des Insoumis n'a pas donné de résultat dans l'hémicycle. Lors de chaque session parlementaire, les groupes d'opposition disposent d'une journée pendant laquelle ils fixent l'ordre du jour avec leur proposition de loi. Jeudi, la France insoumise a avancé ses textes sans rallier la majorité macroniste.

La République en Marche - MoDem arrive en tête des premières estimations avec 32,9% des voix.

PARIS (Reuters) - Nathalie Kosciusko-Morizet est largement devancée par le candidat de la République En Marche pour les législatives dans la au coude à coude (32% d'intentions de vote contre 31%) au premier tour avec la candidate LREM Marie Sara, qui bénéficie aussi du soutien du Parti socialiste.

Faux tracts

Le motif de l’annulation de l’élection de Boucard par le Conseil constitutionnel était pourtant de nature à le servir: la veille du second tour de juin, la droite avait en effet distribué de faux tracts, l’un au logo du FN, l’autre de la France Insoumise, appelant à voter en faveur du candidat Les Républicains. Venus soutenir Grudler en meeting à Belfort le 25 janvier, le patron du Modem, François Bayrou et le délégué du parti macronien Christophe Castaner n’avaient d’ailleurs pas manqué de rappeler la volonté présidentielle de «moraliser la vie publique», et opposé la «tricherie» du candidat de la droite à «l’honnêteté» du représentant de la majorité. À l’évidence, l’argument n’a pas suffi à remobiliser les troupes En Marche. Redoutant une double déculottée à Belfort et dans le Val d’Oise, Castaner a dans l’entre-deux tours changé d’angle d’attaque. Jeudi sur France Inter, c’est un appel à la «mobilisation» citoyenne au nom de l'«obligation» que s’est fixé Macron de «réhabiliter la politique» dont il s’est fendu. Sans trouver d’écho ni dans l’une ni dans l’autre circonscription.

Val-d'Oise: pour contrer Wauquiez, Macron sort la carte Philippe

  Val-d'Oise: pour contrer Wauquiez, Macron sort la carte Philippe Jeudi soir, lors du dernier rassemblement de campagne de la candidate LREM pour la législative partielle du Val d'Oise, le Premier ministre a appelé les marcheurs à mobiliser dimanche. Jusque-là, il s’était contenté d’être «le grand barbu sur l’affiche». Une caution de papier pour la candidate LREM en campagne dans le Val-d’Oise pour récupérer son siège de député. Jeudi soir, pour le dernier meeting d’entre deux tours d’Isabelle Muller-Quoy, Édouard Philippe a délaissé Matignon pour se matérialiser à ses côtés salle du Dôme à Pontoise. Tout comme Christophe Castaner, délégué général du parti macronien et toujours ministre. Un casting de nature à braquer les projecteurs sur le Val-d’Oise et partant

En direct devant le siège de La République en Marche, Astrid Mezmorian revient sur l'enjeu de LREM cette semaine de l'entre-deux-tours.

Christophe Castaner craint une faible participation aux législatives partielles de dimanche.@ Jean-philippe ksiazek / afp. Craignant une faible participation, le délégué général LREM a estimé que les législatives partielles de dimanche n'avaient pas valeur de "test national".

Victimes de la volatilité de leurs électeurs, qu’ils soient réservés vis-à-vis des réformes en cours, ou simplement las de se rendre aux urnes dans un contexte où le chef de l’État dispose déjà d’une majorité confortable à l’Assemblée nationale, les deux candidats de la majorité présidentielle le sont aussi de l’isolement de son parti. Dans le Val d’Oise, le refus de la gauche d’appeler à voter pour LREM avait ouvert large le jeu. Même configuration dans la partielle de Belfort où seul le candidat EELV avait donné une consigne de vote en faveur de Grudler au second tour. Ni Savignat, ni Boucard n’ont rencontré telle difficulté: dans le Val d’Oise comme à Belfort, les électeurs d’extrême droite mobilisés au premier tour se sont largement reportés sur les candidats LR. De quoi conforter la stratégie nationale de Laurent Wauquiez, même s’il a dimanche soir, préféré lire dans les résultats un «désaveu qui sanctionne la politique du gouvernement». Et asseoir son statut de premier opposant à Emmanuel Macron.

Municipales : La République en marche lance déjà l'assaut contre les mairies PS .
Selon des informations d'Europe 1, le mouvement d'Emmanuel Macron a déjà identifié les villes à prendre lors des municipales de 2020 et celles avec lesquelles il peut envisager une alliance avec les majorités sortantes. Les bastions PS, en particulier, font partie de la première catégorie. © Sipa Selon des informations d'Europe 1, le mouvement d'Emmanuel Macron a déjà identifié les villes à prendre lors des municipales de 2020 et celles avec lesquelles il peut envisager une alliance avec les majorités sortantes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!