France Juppé, Pécresse... Wauquiez pris au piège des européennes !

17:48  13 novembre  2017
17:48  13 novembre  2017 Source:   Challenges

Juppé prône un "grand mouvement central" avec Macron, les LR voient rouge

  Juppé prône un Alain Juppé tend la main à Emmanuel Macron en prônant un "grand mouvement central" avec le chef de l'Etat aux élections européennes, une idée qui ne convainc pas des ténors des Républicains, en particulier Laurent Wauquiez. 

Err Connexion. Prendre son temps sur le tchat.

SITE FERMÉ

Juppé, Pécresse... Wauquiez pris au piège des élections européennes ! © AFP Juppé, Pécresse... Wauquiez pris au piège des élections européennes !

La possibilité d'un "bloc central" réunissant juppéistes et macronistes aux élections européennes fragiliserait encore un peu plus la droite et Laurent Wauquiez, pressenti pour prendre la tête des Républicains.

Alain Juppé n’aura fait qu’armer avant l’heure le piège « européennes » dans lequel va tomber la droite, et dont elle ne se sortira qu’en s’arrachant un membre et même plusieurs, ainsi qu’une partie de la tête. Car comme l’a lâché benoitement le maire de Bordeaux : « Emmanuel Macron mouille sa chemise…et il n’y a que peu de choses à changer à son discours sur l’Europe ». Alerte bleu,blanc, rouge chez les Républicains, ce qu’il en reste, qui voyaient se confirmer la perspective d’une liste centrale pro-européenne qui les diviserait encore une fois, et les condamnerait à une présence croupion, écrabouillée d’un côté par le bloc central européiste, de l’autre par les anti-européens d’extrême gauche et d’extrême droite. Ne parlons même pas des socialistes hors d’état de réagir : ces Européennes pour eux seront un nouveau laminoir mais comme pour la droite « tradi » !

Alain Juppé réfute songer à une coalition avec Macron pour mai 2019

  Alain Juppé réfute songer à une coalition avec Macron pour mai 2019 Alain Juppé a nié dimanche souhaiter la constitution d'une liste commune avec La République en Marche aux élections européennes de mai 2019, soulignant qu'on n'en était "pas là" quelles que soient ses marques de sympathie envers Emmanuel Macron. Le maire (Les Républicains) de Bordeaux a adressé vendredi un satisfecit au chef de l'Etat, lors d'une rencontre avec la presse diplomatique, louant notamment son discours sur l'Europe du 26 septembre, auquel il aurait "peu de choses à changer". L'ancien Premier ministre aurait confié à cette occasion à Sud Ouest son souhait de voir se constituer un "grand mouvement central" pour les élections européennes. "La question est de savoir qui en prendra le leadership. Mais si Macron reste dans la ligne de son discours à la Sorbonne, je ne vois pas d'incompatibilité", aurait-il dit selon le quotidien régional. Des propos relayés dimanche par Le Figaro, notamment. "Liste commune avec E.Macron aux européennes ? On n'en est pas là, quoi que me prête Le Figaro. Fausse nouvelle, une fois de plus !", a écrit Alain Juppé dimanche après-midi sur son compte Twitter, une réponse qui toutefois ne ferme pas la porte à une telle perspective. Les "Constructifs" pro-Macron ont salué l'idée d'une coalition pour le scrutin européen par la voix du député Thierry Solère, président du groupe des "Constructifs" à l'Assemblée nationale.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

La page que vous essayez de consulter n’est pas accessible. Nous vous invitons à nous communiquer plus d’information si besoin.

Vers une "Europe en marche"?

Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ont assuré l’un et l’autre qu’ils ne seraient pas de cette aventure puisqu’ils ne partageaient pas la même vision europhile qu’Emmanuel Macron. Laquelle a pourtant reçu l’imprimatur, et parfois le soutien enthousiaste de la droite modérée européenne et d’abord d’Angela Merkel, qui était jusqu’ici « leur référence suprême ». Il sera particulièrement difficile pour les Républicains de s’opposer à une « Europe en marche » qu’ils ont pourtant depuis si longtemps appelé de leurs vœux sans être capables le moins du monde de la faire avancer. Voudraient-ils alors la faire reculer ?

Cette marche arrière toutes, c’est ce qu’a laissé entrevoir Lauren Wauquiez, qui affirme qu’il faudra revenir « sur l’élargissement ». Quand il était secrétaire d’État aux affaires européennes, et pro-européen, il plaidait ardemment pour cet élargissement. Mais il est candidat maintenant à la présidence des Républicains, et souhaite faire main basse sur les électeurs souverainistes frontistes. Mais Valérie Pécresse ne va pas jusqu’à ces extrémités, de même que l’électorat modéré, ancien comme moderniste qui ne souhaite pas renoncer à l’Europe, et surtout pas au moment où la France en la personne de son président s’efforce de la remettre en mouvement !

Pas de hausse d'impôts, baisse des dépenses... Wauquiez édicte ses «règles d'or»

  Pas de hausse d'impôts, baisse des dépenses... Wauquiez édicte ses «règles d'or» LE SCAN POLITIQUE - Interrogé dans Les Échos, le candidat à la présidence des Républicains dévoile un projet économique dans la droite ligne des fondamentaux portés par son parti. Pas d'augmentation d'impôts et poursuite de l'effort sur la baisse de la dépense publique: c'est, sans grande surprise, la ligne directrice déployée ce lundi par Laurent Wauquiez, dans un entretien au journal Les Échos. Ce plan d'action s'inscrit dans la droite ligne de celui déjà porté par Nicolas Sarkozy notamment, dans le passé. «La droite doit se donner une règle d'or simple: pas d'augmentation d'impôt dans nos programmes.

Impossible de trouver cette page. Retour à la page d'accueil.

Edouard Philippe tête de liste achèverait la démolition de la droite

Alors certes, Alain Juppé, effrayé par cette perspective qu’il avait soulevée a précisé : « une liste commune ? On n’en est pas là. » Mais qu’a fait l’ancien premier ministre lorsque nombre de ses proches ont décidé de participer au gouvernement, et en force ? Il a suivi, et même complimenté  publiquement Édouard Philippe chef de gouvernement pour « ses qualités, sa compétence, sa bonne humeur » ! Que fera-t-il si ce dernier est appelé à prendre la tête d’une liste pro européenne ? Il lui souhaitera « de réussir » comme il l’a fait pour sa gouvernance matignonesque.

Et au fond, Édouard Philippe tête de liste « l’Europe en Marche » en mai 2019, c’est peut être une excellente idée pour Emmanuel Macron, qui achèverait la démolition de la droite classique. Mais pour le chef de gouvernement ce serait une judicieuse sortie, par le haut, et l’occasion rêvée de faire un nom de son double prénom !

En Rhône-Alpes, la SNCF paiera des pénalités pour ses trains en retard .
Une convention signée avec la région va soumettre la SNCF à des malus en cas de retard ou d'annulation de trains. Le système pourrait être étendu à toute la France. © REUTERS/Charles Platiau La région Rhône-Alpes vient de signer une convention très contraignante avec la SNCF. Photo d'illustration: une horloge SNCF à la Gare de Lyon. Pour le directeur général des trains régionaux (TER), Franck Lacroix, "c'est un véritable changement culturel" que la SNCF s'apprête à accomplir.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!