France Ce qu’il faut retenir de l’ouverture des négociations sur le chômage et la formation

14:21  13 octobre  2017
14:21  13 octobre  2017 Source:   Le Monde

Assurance-chômage : la réforme pourrait coûter plus cher que prévu

  Assurance-chômage : la réforme pourrait coûter plus cher que prévu Élargir l'indemnisation aux démissionnaires, comme le prévoit le gouvernement, pourrait coûter à l'Unedic jusqu'à 14 milliards d'euros la première année, selon Les Échos. Un chiffre très éloigné des premières estimations d'Emmanuel Macron.La promesse de campagne d'Emmanuel Macron visant à étendre l'assurance-chômage à tous les salariés démissionnaires ressemble de plus en plus à un cadeau empoisonné.

Cette page n'est pas visible actuellement. CONSULTEZ LE SITE DU SERVICE DE LA FORMATIOn Continue.

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l 'immobilier.

Le président de la République Emmanuel Macron a lancé jeudi la deuxième phase de son projet pour « rénover le modèle social » en recevant à l’Elysée les partenaires sociaux.

L’essentiel

Le président de la République, Emmanuel Macron, a lancé jeudi 12 octobre la deuxième phase de son projet pour « rénover le modèle social ».

Le chef de l’Etat reçoit à tour de rôle jeudi et vendredi, à l’Elysée, les principaux partenaires sociaux, qui seront tous reçus la semaine prochaine à Matignon.

Le gouvernement souhaite apporter de nouvelles protections aux différentes catégories d’actifs (salariés, indépendants, demandeurs d’emploi…) et faciliter les parcours professionnels.

En Corrèze, Macron lance le chantier de la formation et de l’apprentissage

  En Corrèze, Macron lance le chantier de la formation et de l’apprentissage Ce deuxième volet des réformes du marché du travail doit compléter le plan global d’investissements pour la formation du gouvernement présenté par le premier ministre le 25 septembre, d’un montant de 15 milliards d’euros sur cinq ans. C’est le deuxième étage prévu de la réforme Macron du travail. Le président de la République s’est rendu mercredi 4 octobre en Corrèze pour présenter le futur grand chantier gouvernemental après la refonte par ordonnances du Code du travail : la réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance-chômage.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document.

Oups Cet album est périmé ou a été désactivé. C'est le vôtre ? Contactez vite focale31 ! Ici, notre moteur de recherche pour trouver modèles ou photographes ! Je visite focale31

L’objectif du gouvernement

Avec ce nouveau chantier social, l’exécutif compte ouvrir l’assurance-chômage aux démissionnaires et aux indépendants, rendre l’apprentissage plus attractif et simplifier la formation professionnelle.

La même méthode que pour le projet de réforme du code du travail est mise en place : le président ouvre le bal des concertations avec les partenaires sociaux avant de passer le relais au premier ministre, Edouard Philippe, et à la ministre du travail, Muriel Pénicaud.

Le sujet le plus sensible de ce projet de loi concerne l’extension de l’assurance-chômage. Sur les deux autres volets de la réforme, le gouvernement va mettre en place quatre groupes de travail pour décider des changements à apporter à l’apprentissage. En parallèle, des labels devraient être mis en place pour assurer la qualité des formations professionnelles et les potentiels débouchés qu’elles permettent.

Le chômage recule légèrement en Grèce

  Le chômage recule légèrement en Grèce Le taux a reculé à 21% au mois de juillet Le taux de chômage en Grèce a légèrement reculé à 21% en juillet contre 21,3% le mois précédent, selon les chiffres publiés jeudi par Elstat, l'institut national de la statistique.Le nombre officiel de personnes sans emploi, corrigé des variations saisonnières, s'élève à un million. La catégorie la plus touchée est celle des jeunes de 15 à 24 ans, avec un taux de chômage de 42,8%, contre 43,2% un an plus tôt.

Communiqué supprimé de l 'Espace Datapresse.

Le support n'existe pas.

La citation

« Si c’est une négociation, cela veut dire qu’on a un texte, qu’on discute d’un texte (…), que notre texte va être versé à la négociation. Si c’est juste pour nous voir une heure sept fois dans le mois d’octobre-novembre et qu’à la fin le texte soit celui du gouvernement et qu’on le découvre deux heures avant vous [les journalistes], nous ne sommes pas d’accord. »

A la sortie de son tête-à-tête avec Emmanuel Macron, le leader de la CGT, Philippe Martinez, a critiqué la méthode choisie par le gouvernement pour mener cette réforme. Devant la presse, il a ainsi fait savoir qu’il avait « rappelé au président de la République que se voir c’est bien, discuter ça sert toujours, mais que nous n’avons pas des têtes d’alibi ».

La crainte des syndicats

Sur l’extension de l’assurance-chômage, les syndicats craignent que ces nouveaux droits n’entraînent une baisse des allocations pour les personnes actuellement au chômage. Rien que pour les personnes qui quittent volontairement leur emploi, l’effort financier serait faramineux : de 8 à 14 milliards d’euros la première année, puis de 3 à 5 milliards les suivantes, selon des chiffres récemment révélés par Les Echos. Des chiffres jugés « fantaisistes » par la ministre du travail.

Macron croit en l'apprentissage, les Français aussi

  Macron croit en l'apprentissage, les Français aussi Le gouvernement souhaite recentrer l'apprentissage sur les jeunes moins qualifiés et redonner du pouvoir aux branches professionnelles. Plus de quatre citoyens sur cinq considèrent l’alternance comme un remède efficace contre le chômage. © De la Moissonnière/IP3/Maxppp Le gouvernement souhaite recentrer l'apprentissage sur les jeunes moins qualifiés et redonner du pouvoir aux branches professionnelles.

Bob l 'éponge, le film : un héros sort de l 'eau.

Le chiffre

30 milliards d’euros

C’est la dette de l’Unédic, organisme qui gère l’assurance-chômage et qui est dirigé à parts égales par les organisations syndicales et patronales. En 2016, le trou de l’Unédic a atteint 4,2 milliards d’euros. Et la situation financière pourrait s’aggraver si l’assurance-chômage était étendue.

L’image

Les partenaires sociaux reçus jeudi 12 octobre par Emmanuel Macron à l’Elysée : Philippe Louis (CFTC), Alain Griset (U2P), François Hommeril (CFE-CGC), Pierre Gattaz (Medef), Philippe Martinez (CGT), Jean-Claude Mailly (FO) et François Asselin (CGPME). © Fournis par Le Monde Interactif Les partenaires sociaux reçus jeudi 12 octobre par Emmanuel Macron à l’Elysée : Philippe Louis (CFTC), Alain Griset (U2P), François Hommeril (CFE-CGC), Pierre Gattaz (Medef), Philippe Martinez (CGT), Jean-Claude Mailly (FO) et François Asselin (CGPME).

Ouverture économique de la Chine : les entreprises françaises ont "une carte à jouer" .
Mary-Françoise Renard, spécialiste de l'économie chinoise, a expliqué, mercredi sur franceinfo, que l'ouverture économique promise par le président chinois Xi Jinping pouvait profiter aux entreprises françaises. À l'occasion de son discours d'ouverture du XIXe congrès du Parti communiste chinois, mercredi 18 octobre, le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, a promis une ouverture économique de la Chine.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!