France Des lits connectés dans une cité universitaire à Rennes : "Une collecte de données qui ne dit pas son nom"

20:25  07 septembre  2017
20:25  07 septembre  2017 Source:   Franceinfo

SCPI : les gérants regardent de plus en plus vers l’étranger

  SCPI : les gérants regardent de plus en plus vers l’étranger Face à une collecte toujours importante, les sociétés de gestion ont nettement accru leurs investissements hors de France. Un moyen de soutenir les rendements sans étrangler le marché françaisDes indicateurs toujours satisfaisants

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Des capteurs ont été installés dans des lits d'une résidence universitaire de Rennes afin d'en surveiller la dégradation. Le Crous de Bretagne a finalement renoncé à cette initiative, qui pose le problème de la collecte de données et du respect de la vie privée.

  Des lits connectés dans une cité universitaire à Rennes : © Fournis par Francetv info

"Etudiants à Rennes. Dormez, vous êtes surveillés..." Le titre de l'article de Ouest France, publié mercredi 6 septembre, fait froid dans le dos. De quoi s'agit-il ? Des capteurs ont été installés sur certains lits de la résidence universitaire Maine 1 de Rennes (Ille-et-Vilaine) : "Lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes, nous sommes au courant", détaille le créateur de cette invention destinée à des lits escamotables.

Nav+, la nouvelle arme de Coyote pour lutter contre Waze

  Nav+, la nouvelle arme de Coyote pour lutter contre Waze Avec le Nav+, Coyote s’adresse une nouvelle fois aux grands rouleurs, prêts à payer pour des services d’information trafic et alertes de zones de danger. Equpé d'un écran de 5 pouces, ce GPS propose tous les services connectés de Coyote. © 01net.com Nav+, la nouvelle arme de Coyote pour lutter contre Waze Cette année encore Coyote est présent à l’IFA de Berlin où il présente son nouveau produit le Nav+. Cette référence ne vous est peut-être pas complètement inconnue. En effet, ce n’est pas la première fois que le constructeur dévoile un appareil qui prend la forme d’un GPS, intégrant ses services connectés.

Découvrez nos activités sur Agence Okarina.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Des données récoltées transmises au Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Paris (Crous). "En cas d’urgence, un SMS est envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre." L'objectif de ce dispositif "témoin d'usure" est d'empêcher la dégradation des lits. Mais la question de la vie privée des étudiants se pose : "C’est vraiment limite. On dirait de l’espionnage", proteste l'un d'entre eux, interrogé par Ouest France. D'autant que les résidents affirment ne pas avoir été prévenus de l'installation de ces lits connectés.

"Un lit correspondra à un numéro et donc à un locataire

Pour Olivier Iteanu, avocat et enseignant, cette initiative "relève de la collecte de données sous un prétexte de maintenance". Contacté par franceinfo, ce spécialiste du droit du numérique estime que "ces données peuvent aider à la construction d'un profil et c'est évidemment très intrusif". Autrement dit, les lits connectés pourraient être utilisés "à d'autres finalités que la maintenance mais qui ne sont pas avouables". L'avocat rappelle qu'une "donnée anonyme ne peut pas remonter".

L’assurance-vie retrouve les faveurs des épargnants

  L’assurance-vie retrouve les faveurs des épargnants La collecte a nettement rebondi en juillet dernier, à 2,1 milliards d’euros. Reste à savoir s’il s’agit d’un sursaut ou d’une tendance durableDans le détail, il apparaît que les versements (11,1 milliards d’euros) ont été au niveau de ceux des derniers mois. En revanche, les épargnants ont beaucoup moins puisé dans leurs contrats qu’au cours des mois précédents. Les prestations réglées par les assureurs n’ont pas dépassé 9 milliards d’euros (contre 10,9 milliards d’euros en juin).

Le Renne .

Site officiel Orange Côte d’Ivoire. Leader de la téléphonie mobile, fixe et Internet en Côte d’Ivoire

Cela ressemble à du pseudonyme. Un lit pourra correspondre à un numéro par exemple, mais évidemment que l'on peut remonter au locataire.

Olivier Iteanu, avocat à franceinfo

Par ailleurs, le juriste explique qu'un dispositif de collecte de données doit faire l'objet d'un encadrement strict et contrôlé par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Enfin, les étudiants concernés doivent avoir été prévenus à l'avance de l'introduction de ces lits connectés dans leur résidence.

Le Crous de Bretagne demande le retrait des capteurs

Face à l'émoi suscité par la publication de l'article par Ouest France, le créateur du dispositif de capteurs dans les lits escamotables tente de relativiser, évoquant un "programme pilote" auprès d'étudiants volontaires. "Le produit a été mal compris, nous ne collectons aucune donnée personnelle, il s’agit seulement de limiter les coûts pour les organismes publics", se défend Paul Malignac, directeur général d’Espace Loggia, interrogé par Next Inpact. "On est très loin de l’espionnage dont il est question dans Ouest France", dénonçant une lecture "sensationnaliste".

"Nous avons simplement accepté que des témoins d’usure soient installés pour optimiser les interventions préventives sur les lits escamotables", se défend aussi le Crous de Bretagne, auprès de Next Inpact. "En total désaccord avec ce qu’on a découvert dans Ouest France", le Crous de Bretagne annonce toutefois qu'il "annule l'expérimentation" et demandera le retrait des capteurs "dans la semaine".

Les urgences malades du système de santé français .
Souvent accusées de défaillances, les urgences hospitalières françaises souffriraient surtout de l’accroissement du nombre de missions qui lui sont confiées, selon un rapport du Sénat © Fournis par Francetv infoEntre une médecine de ville qui se désinvestit des soins non programmés et des lits d'hôpitaux surchargés, les urgences explosent. C'est la conclusion d'un rapport du Sénat publié ce 13 septembre.Pour les auteurs, les ugences ne sont pas en cause en tant que telles.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!