France Politique - Financement public des partis politiques : qui perd, qui gagne ?

08:55  17 juillet  2017
08:55  17 juillet  2017 Source:   Le Parisien

Politique - Maintenant, la République en marche veut devenir un média

  Politique - Maintenant, la République en marche veut devenir un média Le mouvement veut créer ses propres contenus médiatiques pour faire connaître les initiatives de ses adhérents. © AFP/Guillaume Souvant Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. Illustration. La République en marche (LREM) veut se créer sa propre équipe de journalistes. Le mouvement veut «se constituer comme un média» en développant sa propre production de contenus pour relayer ses messages sur le terrain, y compris «là où les médias ne vont pas», a indiqué vendredi une porte-parole du mouvement.

FAQ du portail vie- publique sur Les partis politiques . Les partis politiques ont souvent une mauvaise image dans l'opinion publique mais ils ( ) Comment un parti politique est-il financé ? Quelles sont les règles du financement public des partis politiques ?

Le système de financement public des partis politiques fait que les résultats des élections législatives ont des conséquences financières importantes pour ces derniers.

Le Parisien: Paris - Assemblée Nationale - Fort de 400 députés, LREM peut engranger 100 millions d'euros de financement public. © LP / Arnaud Dumontier Paris - Assemblée Nationale - Fort de 400 députés, LREM peut engranger 100 millions d'euros de financement public.

Le grand chambouletout politique aura des retombées sonnantes et trébuchantes. Sonnantes pour les partis sortis victorieux des dernières législatives, trébuchantes pour les formations défaites. Car, depuis 1988 et le scandale « Urba » qui avait éclaboussé le PS jugé coupable de financement occulte, les partis politiques vivent essentiellement de subventions publiques. Un effort d'assainissement salutaire doublé d'un grand élan démocratique : plus une formation est légitimée par le suffrage populaire (en voix et en nombre de sièges), plus la manne publique est généreuse.

Ne parlons plus de Manuel Valls

  Ne parlons plus de Manuel Valls Les candidats Insoumis, Farida Amrani et Ulysse Rabaté, défaits par l'ancien Premier ministre lors des législatives, tirent leurs enseignements de cette élection. Les dernières élections législatives sur la 1re circonscription de l’Essonne, qui ont vu un ancien Premier ministre désemparé face à la candidature des deux jeunes élus locaux que nous sommes, ont suscité beaucoup de commentaires et de réactions. De la part de nos adversaires bien évidemment, mais aussi parfois de nos amis, nous avons pu souffrir d’une forme d’hystérie du débat qui a masqué ce qui se passait en réalité, sur le terrain, le long de cette campagne particulière. A lireLes dernières élections législatives sur la 1re circonscription de l’Essonne, qui ont vu un ancien Premier ministre désemp

Liseuse documents eyrolles. Chapitre 17 : Les politiques d'égalité professionnelle entre femmes et

Alors, le réveil, au lendemain du 18 juin, ne pouvait être que douloureux pour les deux principaux partis de l'Assemblée élue en 2012 mais devenus l'ombre d'eux-mêmes en 2017. Avec une trentaine de sièges contre 295 députés dans l'Assemblée sortante, le PS risque bel et bien la cale sèche. Avec la possible mise en vente de l'emblématique siège de la rue de Solferino, dans le prestigieux VIIe arrondissement de Paris, acheté en 1986 l'équivalent de 8 M€ et estimé aujourd'hui à... 53 M€.

Même cataclysme chez les Républicains (LR). Réduit à une centaine de députés contre 200 précédemment, le parti gaulliste, privé de capitaine, éparpillé en plusieurs groupes dans l'hémicycle et lesté d'une dette himalayenne de 55 M€, est aujourd'hui à la dérive, en difficulté pour rembourser ses emprunts bancaires. Les cadres du parti, en quête du moindre centime, espérant bien récupérer le « trésor de guerre » de 3 M€ collecté par François Fillon pendant la campagne présidentielle, un pécule que les dirigeants LR estiment devoir revenir au parti, quitte à, pour cela, en appeler à la justice. Ambiance...

Laurence Haïm : la porte-parole d'Emmanuel Macron recrutée par l'ancien stratège de Barack Obama

  Laurence Haïm : la porte-parole d'Emmanuel Macron recrutée par l'ancien stratège de Barack Obama Laurence Haïm : la porte-parole d'Emmanuel Macron recrutée par l'ancien stratège de Barack Obama Il y a six mois, Laurence Haïm avait tout plaqué aux États-Unis pour revenir en France. Derrière le leader du mouvement En Marche, la journaliste de Canal+ était devenue la porte-parole de celui qui allait devenir le plus jeune président de la Cinquième République française. Une reconversion très commentée, qu'elle avait expliquée par de la lassitude : « J'ai pratiqué le jour­na­lisme avec passion pendant vingt ans, et à un moment donné, j'ai eu envie de chan­ger de vie ».

D’une année à l’autre, une municipalité gagne ou perd des résidants. Qu’arrive-t-il à celle dont la population passe à moins de 5 000 habitants ? En dépit de l’augmenta-tion substantielle du financement public , les partis politiques et les candidats n’ont cessé de compter sur le soutien

En créant votre compte, vous acceptez de recevoir les newsletters de beauteprivee et acceptez nos conditions générales de vente et notre politique cookies et publicité.

C'est en revanche le jackpot pour la République en marche (LREM). Le mouvement du président, parti de rien il y a un an et demi, et fort désormais de près de 400 députés, peut ainsi espérer engranger quelque 100 M€ sur le quinquennat ! Autres gagnants des urnes, le MoDem, l'allié centriste de LREM, et la France insoumise, ancrée, elle, dans l'opposition, dont les caisses à l'un et à l'autre devraient s'enrichir de quelques millions dans quelques mois.

Un système encore à améliorer

Malgré sa plus grande transparence, le système, estime René Dosière, ex-député PS, grand scrutateur de l'utilisation des deniers publics, « permet encore de nombreuses dérives ». Comme par exemple les dizaines de milliers d'euros versés à des microformations tels le Parti animalier (90 000 € par an) ou Régions et peuples solidaires (246 000 € par an).

Pour dépasser ce système de financement, le projet de loi sur la moralisation de la vie publique prévoit, notamment, la nomination d'un « médiateur » entre un candidat, un parti et les banques privées facilitant l'accès à des prêts bancaires publics pour tous les partis. « Quelle que soit sa forme, un système donnant à un candidat ou à une formation des possibilités de se financer plus importantes et plus diversifiées que les simples dotations publiques est indispensable, estime un député de gauche. Il en va de notre démocratie. »

Brexit : le co-financement de la PAC proposé par Bruxelles suscite l’ire française

  Brexit : le co-financement de la PAC proposé par Bruxelles suscite l’ire française Le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne va créer un trou de 10 milliards d'euros (sur 150) dans les finances de l'UE, ce qui va notablement impacter son premier poste de dépense : la politique agricole commune (PAC). Pour compenser, l’exécutif européen a suggéré que les Etats membres en co-financent une partie. La solution séduit l’Allemagne, mais exaspère la France.Aucun Etat membre n'a l'intention de contribuer plus

Crise au sein des partis politiques au Bénin : nécessité d’une veille stratégique (1 sur 2). Bénin: les premiers mots de Talon après son apparition publique ce dimanche.

Pour toute demande concernant cette interdiction, veuillez contacter un administrateur : webmaster@radioscoop.com en spécifiant la réference [97358] dans votre mail.

Des règles compliquées

Ce sont les lois du 11 mars 1988 et du 15 janvier 1990 qui ont mis en place le financement public des partis politiques. La loi prévoit donc un financement public accordé aux différents partis, en fonction de deux critères cumulatifs :

- les résultats aux élections législatives, pour ceux qui ont présenté des candidats ayant obtenu au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions, chaque parti perçoit alors 1,42 € par voix ;

- et le nombre de parlementaires élus. Chaque député rattaché à un parti lui rapporte ainsi 37 731,14 € par an.

Il faut noter que ces aides sont rognées lorsque les partis ne respectent pas la parité. Les subventions étant versées en février, les aides distribuées au titre de la précédente Assemblée courent jusqu'à la fin de l'année et celles versées au titre de l'Assemblée élue en juin dernier ne seront distribuées qu'en début d'année prochaine.

Les investisseurs jugent les politiques monétaires mondiales trop accommodantes .
Les investisseurs n'avaient plus été aussi nombreux à sous-pondérer les actions américaines depuis janvier 2008! Selon la dernière enquête "FundLa part de cash en portefeuille recule de 0,1 point en juillet, à 4,9%, mais reste bien au-dessus de sa moyenne à 10 ans de 4,5%. 25% des gérants interrogés précisant qu'ils détiennent plus de cash en raison de leur vision baissière du marché.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!