France Politique - Législatives : les règlements de compte commencent chez les Républicains

13:55  19 juin  2017
13:55  19 juin  2017 Source:   leparisien.fr

Législatives : La République en marche réalise "un raz-de-marée inédit sous la Ve République"

  Législatives : La République en marche réalise Interrogé sur franceinfo lundi, le politologue Jean Peteaux retient le triomphe de La République en marche plutôt que l'abstention record après le premier tour des élections législatives. © Fournis par Francetv info Le premier tour des élections législatives, qui a placé dimanche la formation du président Emmanuel Macron largement en tête, a été marqué par une très forte abstention (51,29%). "C'est un record", mais "cette abstention est en progression constante depuis 2002", a commenté le politologue Jean Petaux, professeur à Sciences Po Bordeaux, lundi 12 juin sur franceinfo.

PseudoOuverture menu mon compte . Chez Les Républicains , la rentrée politique se fait en ordre dispersée. Au soir du raz-de-marée macroniste au premier tour des législatives , François Baroin a voulu mobiliser les électeurs des Républicains avec un argument choc.

* UploaderUploader une vidéo. Créez un compte ou connectez-vous pour des recommandations personnalisées. Connexion.

Après le second tour des élections législatives, les langues se délient chez les Républicains. Les élus qui ont choisi de se rapprocher d'Emmanuel Macron sont très critiqués.

Le Parisien: ILLUSTRATION. Nadine Morano qualifie les Républicains qui se rapprochent d'Emmanuel Macron de «démolisseurs». © (LP/OLIVIER LEJEUNE.) ILLUSTRATION. Nadine Morano qualifie les Républicains qui se rapprochent d'Emmanuel Macron de «démolisseurs».

«Naïfs», «démolisseurs», «tireurs dans le dos»... les Républicains qui ont choisi d'être Macron - compatibles ont les oreilles qui sifflent après le second tour des élections législatives.

Dès dimanche soir, le secrétaire général de LR Bernard Accoyer a estimé que sans leur attitude, le parti aurait obtenu plus d'élus. Et ce lundi matin, le même refrain est repris par d'autres ténors. Ainsi, Eric Ciotti, qui a réussi à conserver son siège de député des Alpes-Martimes, a dénoncé sur France Inter ceux qui ont voulu «à la fois être dans un parti et dans un autre».

Législatives : quel impact sur les finances des partis?

  Législatives : quel impact sur les finances des partis? Les partis politiques touchent des aides annuelles pour chaque bulletin de vote attribué à leurs candidats au premier tour, puis pour chaque élu. L'abstention record et l'ascension de LREM annoncent de lourdes pertes financières pour le PS et Les Républicains. Outre la bataille politique, les législatives sont un enjeu majeur pour le financement des partis. En effet, depuis la loi du 11 mars 1988, l'État accorde chaque année, sous certaines conditions, une subvention directe aux formations politiques. Initialement, cette aide était circonscrite aux seuls partis représentés à l'Assemblée nationale et au Sénat.

La droite, qui s'apprête à essuyer un net revers aux élections législatives après son élimination d'une présidentielle jugée "imperdable" il y a un an, a déjà fixé la date de son grand règlement de compte : ce sera le 21 juin, lors d'un bureau politique des Républicains

Au menu, moins de parlementaires et 15% de proportionnelle pour les législatives . Chaque semaine, des maires et autres élus locaux quittent les Républicains Alors que le compte -à-rebours pour l'évacuation de la zone a commencé , Sébastien Lecornu se rend sur place la semaine prochaine.

Morano : «Macron va bien les essorer et après les jeter»

«Si certains ne nous avaient pas tiré dans le dos, nous aurions une centaine d'élus de plus», a encore regretté Eric Ciotti. Un peu plus tard, sur France Info, c'est Nadine Morano qui a sorti la sulfateuse. «Ceux qu'on dit constructifs, sont surtout des naïfs supplétifs, je comprends pas pourquoi on les appelle constructifs car ce sont des démolisseurs de notre famille politique», a-t-elle taclé. Constructifs est le terme trouvé par Jean-Pierre Raffarin pour appeler les élus de droite prêts à travailler avec le président Macron. «Ils sont les artisans de la défaite de certains de nos amis parlementaires», a-t-elle lancé, estimant que Macron «allait s'en servir, bien les essorer et après les jeter». 

Législatives: Philippe réitère son soutien à Bournazel face à El Khomri

  Législatives: Philippe réitère son soutien à Bournazel face à El Khomri Edouard Philippe a réitéré mardi son soutien à Pierre-Yves Bournazel (LR), qui se réclame, comme son adversaire PS Myriam El Khomri, de la majorité présidentielle à l'occasion du 2e tour des législatives dans la 18e circonscription de Paris. "Je connais Pierre-Yves depuis longtemps, j'ai travaillé avec lui dans le cadre de la primaire de la droite et du centre pour soutenir Alain Juppé et je sais que ce sera un très bon parlementaire", a déclaré M. Philippe sur franceinfo.

Devant le raz-de-marée annoncé de La République en marche, Les Républicains et le Parti socialiste abordent les législatives avec inquiétude. Le séisme politique provoqué par la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle devrait faire des dégâts.

Les Républicains ont adopté mardi en bureau politique leur nouveau projet pour les élections législatives . "Depuis dimanche soir" et la victoire d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, "on se livre à des règlements de compte importants au sein du FN.

VIDEO. Morano s'en prend aux «naïfs» qui ont rejoint Macron

«Les plus faibles d'entre nous sont partis, cédant à la tentation de rejoindre un gouvernement pour faire le contraire de ce qu'ils croient», a ajouté l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, s'en prenant encore à «ceux qui ont choisi leur destin personnel plutôt que de choisir le destin de la France». 

Accoyer : «Nous resterons unis»

Malgré cette ambiance, Bernard Accoyer a assuré qu'il «n'y aura pas d'explosion de LR». «Je pense que nous resterons unis», veut croire le secrétaire général. Il n'a pas exclu qu'il y aurait un «débat » sur le vote de confiance au gouvernement. 

Politique - Les Républicains : Valérie Pécresse tentée par la présidence du parti .
La patronne de la région Ile-de-France pourrait bien briguer la présidence du parti. © (AFP/Valery HACHE) Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Ile-de-France, le 23 mai 2017 à Cannes Ira, n'ira pas ?Briguer la présidence des Républicains ? Valérie Pécresse y réfléchit sérieusement depuis la présidentielle, mais elle hésite... et, depuis quelques jours, plus encore.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!