France "Il n'est pas normal d'interdire le redoublement", affirme le ministre de l'Education

08:55  08 juin  2017
08:55  08 juin  2017 Source:   Europe 1

Classes à 12 élèves dès la rentrée : "On reste dans la tradition délétère du ministère de l'Education qui empile les réformes"

  Classes à 12 élèves dès la rentrée : Emmanuel Macron a annoncé la mise en oeuvre progressive, à partir de la rentrée de septembre, de la limitation à 12 du nombre d'élèves par classe de CP et CE1 dans les zones les plus prioritaires. Une mise en place jugée irréalisable par plusieurs syndicats d'enseignants de Haute-Garonne, qui appellent à manifester mardi.Le premier volet de cette mesure concernera quelque 2 200 classes primaires en France dès la rentrée 2017, a indiqué lundi le nouveau ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, conformément aux engagements du président qui, pour ce faire, compte procéder dans un premier temps par redéploiement de milliers de postes.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n ' est plus active, mais ne

erreur aucun n° de mandat trouvé.

© RHONA WISE / AFP "Il n'est pas normal d'interdire le redoublement", affirme le ministre de l'Education

Le ministre rappelle toutefois que le redoublement doit rester un dernier recours dans l'intérêt de l'enfant, et en complément d'autres mesures de lutte contre l'échec scolaire. 

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer souhaite "autoriser à nouveau le redoublement" dès l'année scolaire 2017-2018, jugeant "absurde" son interdiction dans un entretien au Parisien de jeudi.

Une interdiction "absurde". "Il n'est pas normal d'interdire le redoublement", estime le ministre. "Il y a quelque chose d'absurde à laisser passer de classe en classe des élèves accumulant des retards." Jean-Michel Blanquer veut marquer ainsi un infléchissement par rapport à la politique de la socialiste Najat Vallaud-Belkacem qui l'a précédé et qui avait pris en novembre 2014 un décret affirmant "le caractère exceptionnel du redoublement". "Le redoublement doit rester possible quand c'est dans l'intérêt de l'élève, et dans des cas qui doivent rester rares", affirme aujourd'hui Jean-Michel Blanquer.

Faits divers - Bondy - Livry-Gargan : émotion après le suicide d’une institutrice-stagiaire

  Faits divers - Bondy - Livry-Gargan : émotion après le suicide d’une institutrice-stagiaire Le 22 mai, une enseignante mettait fin à ses jours en se jetant du haut d’un pont dans la Seine. Un geste de désespoir qui donnera lieu ce jeudi, à 10 h 30, à un hommage à l’établissement supérieur du professorat et de l’éducation (ESPE) de Livry-Gargan. La victime âgée d’une quarantaine d’années était étudiante fonctionnaire stagiaire (EFS) dans cette structure chargée de la formation continue des professeurs des écoles.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Accompagner les élèves. Pour le ministre, "la première des réponses réside dans l'accompagnement tout au long de l'année et dans les stages de soutien que nous créons" pendant les vacances d'été pour les élèves qui entrent en sixième. "Autoriser à nouveau le redoublement, ce n'est pas un virage absolu mais c'est une inflexion importante", martèle-t-il, annonçant que ce changement a "vocation à s'appliquer dès l'année scolaire 2017-2018". 

Des chorales dans toutes les écoles. Dans ce long entretien au Parisien/Aujourd'hui en France, Jean-Michel Blanquer fait part également de son intention de développer l'apprentissage de la musique dont il juge la place "insuffisante". Il compte "faire en sorte qu'il y ait des chorales dans toutes les écoles et collèges" et "encourager les pratiques instrumentales et les concerts". Parmi les initiatives envisagées, "on fera la rentrée en musique, dans un maximum d'endroits dès cette année, en mobilisant les élèves de l'année précédente ou des orchestres extérieurs", déclare le ministre.

Rythmes scolaires : le retour à la semaine de 4 jours possible dès la rentrée

  Rythmes scolaires : le retour à la semaine de 4 jours possible dès la rentrée Ce projet de décret devrait être présenté le 8 juin pour avis consultatif et pourrait entrer en vigueur au lendemain de sa publication au journal officiel. © LP/Simon Gourru Illustration. Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, avait déjà évoqué cette possibilité. Les écoles devraient pouvoir revenir à la semaine de 4 jours. Selon un projet de décret dévoilé par le site spécialisé ToutEduc, ce texte pourrait permettre un retour à une semaine de 4 jours dans les écoles maternelles et élémentaires par dérogation et ce, dès la rentrée 2017.Mardi, le texte a été transmis aux syndicats.

Site Officiel du château de Fontainebleau : histoire, présentation des circuits, appartements, renseignements pratiques, réservation, tarifs, horaires, conditions d'accès et éléments de confort de visite.

Erreur! Vous tentez d'accèder à un Sujet qui n'existe plus.

Les Français semblent adhérer aux propositions du gouvernement sur l'Education

Selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio Classique jeudi, 52% des Français font confiance à l'exécutif sur l'éducation. Le rétablissement des classes bilangues fait partie des mesures qui remportent la plus grande adhésion auprès des Français : 87% des sondés y sont favorables. Franche adhésion, aussi, sur les devoirs faits à l'école (84% d'opinions favorables). Sur la possibilité de revenir à la semaine de quatre jours à l'école, 77% des personnes interrogées approuvent la mesure.

Le dérapage budgétaire français aura bien lieu selon le Premier ministre .
Le déficit public de 2,8% du PIB prévu pour 2017 ne sera probablement pas tenu. Il y a un fort risque qu’il soit dépassé, a estimé ce 13 juin le Premier ministre Edouard Philippe rejetant la faute sur le précédent gouvernement. Pour le Premier ministre le dérapage budgétaire est très probable. «Avant de devenir Premier ministre, j'avais des doutes. Maintenant que je suis Premier ministre, j'ai des doutes encore plus sérieux», a-t-il expliqué. Pour le Premier ministre le dérapage budgétaire est très probable. «Avant de devenir Premier ministre, j'avais des doutes. Maintenant que je suis Premier ministre, j'ai des doutes encore plus sérieux», a-t-il expliqué.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!