Entreprise Bâtiment: le CSTB lance un accélérateur pour les startups du numérique

08:18  13 octobre  2017
08:18  13 octobre  2017 Source:   La Tribune

UBS se voit "en Apple ou en IBM des services financiers"

  UBS se voit Le patron de la banque suisse, Sergio Ermotti l'a redressée en la repositionnant sur la gestion de fortune. Il estime que la technologie aura un impact aussi important que la régulation sur le métier dans les dix ans à venir, notamment sur les effectifs de la banque qui pourraient diminuer de 30%. Aux commandes depuis 2011, le patron de la banque suisse UBS, Sergio Ermotti, a livré le fond de sa pensée sur l'avenir du secteur dans un entretien fleuve au magazine Bloomberg Markets.

Vous n'avez pas les droits d'accéder à ce document.

Cette page n'existe pas.

Le Centre scientifique et technique du bâtiment partagera avec quelques dizaines de startups, les résultats de ses recherches ainsi que ses équipements. Il s'est associé dans la démarche avec la société Impulse Partners, experte dans le développement d'écosystèmes dans les secteurs de la construction, de l'énergie, du BTP et de l'immobilier.

Elle arrive enfin dans le bâtiment. Après avoir bouleversé le monde des médias, du commerce, du tourisme etc., la révolution numérique souffle son vent de renouveau aussi sur ce secteur traditionnellement attaché aux anciens modèles. Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) a fait le choix d'en saisir les opportunités. Mercredi 11 octobre, cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont la création remonte à 1947, a lancé son premier accélérateur de startups, le CSTB'Lab, consacré aux entreprises qui innovent au croisement du numérique et du bâtiment.

B-part Consulting, accélérateur de FinTech

  B-part Consulting, accélérateur de FinTech B-part Consulting est un cabinet de conseil spécialisé dans la création d’entités réglementées, établissements bancaires ou FinTech, en Europe et en Afrique. « Le cœur de notre métier peut sembler étonnant : nous créons des banques et des FinTech, depuis la page blanche » annonce Kenza Berrada, cofondatrice du cabinet. Le cabinet se considère comme un accélérateur de projets, en accompagnant ses clients de la conception stratégique du business model à l'obtention effective de l'agrément requis par ce nouveau modèle d'affaire.

Cliquez ici pour être redirigé.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

"L'accompagnement de l'innovation a toujours été l'une de nos missions, et déjà depuis quelques années nous mettons nos travaux de recherche à la disposition de startups, dont certaines (comme Partnering Robotics, spécialisée dans la qualité de l'air, qui compte aujourd'hui 47 salariés, NDLR) sont devenues de belles réussites industrielles", souligne le président de l'institution, Etienne Crépon. "L'objectif de ce Lab et de désormais mieux structurer cet accompagnement", explique-t-il.

"Le Lab veut être un trait d'union entre la recherche et le marché, puisqu'il facilitera le transfert de nos technologies au monde économique, et leur transformation en produits et services", précise sa future directrice, Sophie Moreau.

Hesus Store, quand le numérique se met au service de l'économie circulaire du bâtiment

  Hesus Store, quand le numérique se met au service de l'économie circulaire du bâtiment En facilitant les échanges entre les entreprises du BTP et l'industrie de la valorisation des ressources, la plateforme vise à simplifier les démarches des chefs de chantier. Un enjeu crucial pour améliorer la gestion des déchets du secteur. C'est l'un des secteurs clés en matière d'économie circulaire. Plus gros producteur de déchets de France -plus de 70% du total, selon des chiffres publiés par l'Ademe en 2016-, le BTP peine toutefois à atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique, à savoir un taux de valorisation de 70% en 2020.

Cette page n'est pas visible actuellement.

Oups Cet album est périmé ou a été désactivé. C'est le vôtre ? Contactez vite focale31 ! Ici, notre moteur de recherche pour trouver modèles ou photographes ! Je visite focale31

Une offre unique

Les quelques dizaines de jeunes entreprises qui auront accès à l'accélérateur profiteront ainsi de l'ensemble des actifs du CSTB: ses 900 chercheurs -dont certains seront parrains d'une startup- et leur "masse de compétences"; les résultats des recherches; ses ressources matérielles telles que les moteurs de calcul, les plateformes numériques, les bases de données; sa notoriété et son réseau, académique comme commercial, ainsi que sa visibilité lors des principaux salons du secteur. "Aucune offre de ce genre n'existe encore à notre connaissance en France. Et les startups du bâtiment, que nous avons interrogées, ont montré un vif intérêt à l'idée de travailler avec nous", observe Etienne Crépon.

Pour compléter son offre d'un accompagnement aussi business, le CSTB a d'ailleurs choisi de s'appuyer sur une société spécialiste de ce domaine, Impulse Partners, qui développe déjà des écosystèmes startups/grands donneurs d'ordres dans les secteurs de la construction, de l'énergie, du BTP et de l'immobilier. Elle aidera notamment les jeunes entreprises à chercher des financements, à développer leur business plan, à établir des synergies entre elles voire à trouver des clients et à se développer à l'international.

La French Fab veut fabriquer des ETI à la chaîne

  La French Fab veut fabriquer des ETI à la chaîne La mobilisation pour réindustrialiser la France n'a jamais été aussi intense. Le ministre de l'Économie et des Finances veut doubler le nombre des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et créer un « Mittelstand » français. Un plan global incluant réformes fiscales, actions de formation et création d'accélérateurs dans les régions et les filières industrielles est en préparation. Sur le modèle de la French Tech, initiée par Fleur Pellerin, qui a transformé la France en l'une des plus grandes fabriques mondiales à startups du numérique, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, vient de lancer la French Fab pour dupliquer ce su

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Le support n'existe pas.

Crédibilité et garanties techniques

La douzaine de startups qui seront accompagnées en 2017-2018 (pour une trentaine sur trois ans) "seront sélectionnées au fil de l'eau, en fonction de la crédibilité et de la maturité de leur projet", indique Etienne Crépon. Et "le numérique ne sera qu'une porte d'entrée par rapport à la finalité de trouver des idées innovantes permettant de mieux construire concrètement", souligne Sophie Moreau. Parmi les candidates présentes à la soirée de lancement, XtreeE, spécialisée dans l'impression 3D à grande échelle, Snapskin, qui a développé un logiciel de modélisation des bâtiments via un scanneur 3D, ou encore Syscobat, qui fabrique d'un système de construction mélangeant bois, béton et éléments digitaux.

Toutes ont souligné leur intérêt pour l'apport du CSTB, notamment en termes de mise à l'épreuve de leurs produits vis-à-vis des normes, d'obtention des garanties techniques et des certifications, d'assurabilité, et de crédibilité pour investir les marchés internationaux.

"Pour nous, la collaboration que nous avons lancée en 2014 avec le CSTB a été essentielle afin de valider scientifiquement notre offre d'un premier robot anti-pollution", a également témoigné Ramesh Caussy, fondateur de Partnering Robotics.

Bâtiment: "Le numérique apportera de la valeur aux immeubles"

  Bâtiment: En retard par rapport à d'autres secteurs, le BTP voit enfin lui aussi arriver la révolution numérique. Pour Souheil Soubra, directeur des technologies de l'information du CSTB - qui vient de lancer son incubateur de startups - ce défi est également l'opportunité de revoir des modèles qui ont trop longtemps stagné. LA TRIBUNE - La révolution numérique semble atteindre le bâtiment.

ACMAT TPK 4-25-SH tôlé équipé pour le transport de shelter.

Le site aroma-zone.com est actuellement inaccessible. Nos équipes techniques sont prévenues et font le maximum pour rétablir la situation. Nous vous conseillons de vous reconnecter d'ici quelques minutes. Nous sommes sincèrement désolés pour les désagréments occasionnés.

La douzaine de startups qui seront accompagnées en 2017-2018 (pour une trentaine sur trois ans) © Fournis par La Tribune La douzaine de startups qui seront accompagnées en 2017-2018 (pour une trentaine sur trois ans) "seront sélectionnées au fil de l'eau, en fonction de la crédibilité et de la maturité de leur projet", précise le président du CSTB, Etienne Crépon.

Un effet bénéfique en interne

Le Lab sera toutefois aussi une source d'enrichissement pour l'ancien acteur public qu'est le CSTB, lit-on entre les lignes du communiqué annonçant le lancement de l'incubateur, où l'on insiste sur la "valorisation des résultats de recherches", mais aussi sur l'"ouverture du processus de collaboration" et la "dynamique de co-développement" attendues de la démarche.

"Je suis convaincu que le fait que nos chercheurs soient confrontés à la culture des jeunes entreprises aura aussi un effet bénéfique en interne", confirme Etienne Crépon.

Le lancement du Lab' est d'ailleurs la deuxième action destinée à promouvoir le numérique dans le bâtiment lancée par l'institution en moins d'un mois. Le CSTB vient en effet d'ouvrir aussi une salle de simulation virtuelle interactive, équipée d'un écran 4K tactile et rétroéclairé, d'un système de vision immersive en 3D, d'une fonction Picture in Picture, d'équipements de visio-conférence et d'immersion sonore... L'objectif est de promouvoir l'utilisation du BIM (Building Information Management), processus de collecte et de gestion de l'information qui s'impose progressivement à l'ensemble des acteurs du bâtiment, mais aussi de faciliter la coordination des acteurs des projets à l'échelle du bâtiment comme de la ville. Les startups accueillies dans le CSTB'Lab y auront elles aussi accès.

Ofo, oBike, Indigo Weel... La nouvelle concurrence de Vélib' pour 2018 .
Importés de Chine, les vélos en libre-service et sans borne devraient déferler en France d'ici à la fin de l'année. Ils sont présentés comme plus pratiques pour les utilisateurs et gratuits pour les collectivités. Mais les startups devront relever un défi : limiter le stationnement anarchique de leurs vélos en l'absence de bornes.2018 s'annonce comme l'année du "free floating" - ces vélos en libre-service sans borne. Ce concept, venu de Chine, a engendré un peloton de startups, prêtes à s'installer en France d'ici à la fin de l'année. Parmi elles, Ofo, le leader mondial en la matière.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!