Entreprise À Francfort, l'industrie automobile espère trouver son salut dans l'électrique

08:35  12 septembre  2017
08:35  12 septembre  2017 Source:   La Tribune

Bruxelles veut un "Airbus des batteries" électriques

  Bruxelles veut un Le vice-président de la Commission européenne appelle à une collaboration des constructeurs européens afin de concurrencer les Etats-Unis et la Chine dans le domaine de la voiture électrique.Dans un entretien lundi au Süddeutsche Zeitung, Maros Sefcovic propose la création d'un consortium européen pour la fabrication de batteries afin que l'Europe ne soit pas à la traîne.

Automobile . Éco-industries. Équipements industriels. DÉCOUVREZ toute l'actualité, la veille technologique GRATUITE, les études de cas et les événements de chaque secteur de l ' industrie .

Il y a un an, au Mondial de l'automobile de Paris, les esprits avaient été marqués par l'absence de quelques marques... Une première ! Le salon de Francfort qui ouvre ce mardi à la presse et aux professionnels (jeudi pour le grand public) sera davantage frappé par les absents, et pas des moindres. À Volvo qui s'était déjà distingué l'an passé par son forfait, il faudra cette année ajouter Nissan, Fiat, Alfa Romeo, Jeep et même Tesla. Côté français on retrouvera bien Renault, mais le groupe PSA se contentera d'être représenté par Citroën, mais également Opel, sa dernière acquisition et qui joue donc à domicile. Pas moins de neuf marques ont annoncé qu'elles ne se rendraient pas à Francfort. Trop cher, et à entendre certaines d'entre elles, trop allemand...

Mise en garde de Carlos Tavares sur l'électromobilité

  Mise en garde de Carlos Tavares sur l'électromobilité Le patron de PSA veut interroger sur l'écosystème global de cette technologique qui pourrait ne pas être aussi vertueuse qu'on le croit. Désireux de dérouler un ambitieux programme autour de la voiture électrifiée (voiture électrique, hybride), Carlos Tavares a également insisté sur l'aspect industriel stratégique pour l'Europe qui est en jeu face à la puissance chinoise dans ce domaine.Au contraire, il a rappelé que l'objectif de son groupe était bien d'électrifier 80% de sa gamme à horizon 2022.

Notre groupe tient sa force dans sa volonté à investir dans des projets innovants, ayant un potentiel fort, mais aussi parfois un risque élevé. Activité: Produits chimiques pour l ’ industrie agroalimentaire Pays: Danemark | CEI.

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez les cookies.

La voiture électrifiée sera la star du salon automobile de Francfort.© Fournis par La Tribune La voiture électrifiée sera la star du salon automobile de Francfort.

Des stands pharaoniques à l'humilité...

Il est vrai que les marques allemandes ont l'habitude d'occuper l'espace médiatique avec des stands pharaoniques : des pistes suspendues, des compartiments sous forme de glaçons géants pour accueillir les visiteurs... Rien n'est trop beau pour consacrer la puissance de l'industrie automobile allemande. Une des plus puissantes au monde tant en volumes qu'en valeur.

Sauf que cette année, l'ambiance pourrait être à l'humilité et à l'introspection. Tout l'été aura été gâché par les polémiques en Allemagne autour des questions d'émissions polluantes, sans parler d'un soupçon d'un gigantesque cartel qui aurait commencé dans les années 1990.

BMW relance sa gamme électrique face à une concurrence très agressive

  BMW relance sa gamme électrique face à une concurrence très agressive Le groupe a présenté une nouvelle stratégie produit dans la voiture électrifiée qui doit doter la marque de 25 modèles (dont 12 cent pour cent électriques) d'ici à 2025. BMW avait été pionnier dans les voitures électriques avec son i3 mais a tardé à réagir face à la montée en puissance de Tesla mais également face aux ambitions de Mercedes et Audi.BMW veut maintenir son leadership dans le domaine de la voiture électrique premium, domaine dans lequel il a été pionnier en lançant dès 2013 son i3, là où ses principaux concurrents s'en défiaient.

Europacorp à la croisée des chemins après la déception Valérian. Zone euro: la BCE abaisse ses prévisions d'inflation pour 2018 et 2019. Strasbourg: un marché flottant à la rencontre des habitants du centre-ville.

Retrouvez notre catalogue de livres jeunesse, pratique et spiritualité. Actualité des auteurs, nouveautés, titres à paraître. Acheter en ligne.

Lire aussi: Automobile : les seuils de température, un scandale en sommeil...

Angela Merkel, candidate à sa succession en septembre, s'est elle-même emparée du sujet pour ne pas se laisser déborder par l'opposition qui voulait l'attaquer sur une éventuelle complaisance de la chancelière avec les constructeurs automobiles sur la question de la pollution automobile. Angela Merkel a ainsi convoqué début août les constructeurs nationaux dans le cadre d'un séminaire inédit afin de sauver ce qui reste de la technologie diesel. Ce qui reste puisque cette technologie pourrait bien être au crépuscule de sa carrière.

Le virage de l'électrique

Depuis le scandale des moteurs truqués de Volkswagen qui a éclaté il y a tout juste deux ans, les constructeurs ont pris un véritable virage dans leur stratégie de motorisation. Ainsi, après avoir longtemps moqué la voiture électrique, les constructeurs automobiles devraient cette année lui faire une véritable haie d'honneur. Tous les groupes automobiles ont désormais un programme autour de la voiture électrique. Mais pas fous... Ils parlent de voitures « électrifiées », comprendre des voitures 100% électriques, mais également des voitures hybrides.

BMW s'impose dans le car-sharing avec le succès de DriveNow

  BMW s'impose dans le car-sharing avec le succès de DriveNow La marque premium allemande est parvenue à construire un écosystème de services autour des nouvelles mobilités avec un certain succès. Avec 925.000 abonnés pour un parc de 5.700 voitures, DriveNow fait de BMW un acteur majeur dans le partage de voiture. Cette branche permet à la marque de compléter son offre et d'élargir sa base clientèle, sans empiéter sur son activité de constructeur automobile.Des dirigeants eux-mêmes surpris

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Consultez le Bulletin national. Informations sur les crues : Consultez la carte et les bulletins de Vigicrues.

Le salon de Paris avait été l'occasion de marquer un premier virage avec des concepts cars, celui de Francfort devrait amplifier le mouvement. BMW vient ainsi d'annoncer un plan de 25 modèles électrifiés d'ici 2025, dont 12 100% électriques. La marque premium allemande veut reprendre la main sur une technologie où elle avait été pionnière en 2013 avec l'i3, mais qui doit aujourd'hui faire face à Tesla, mais également Mercedes et Audi qui ont annoncé des produits puissants sur le même horizon. Un an après avoir divulgué le concept EQ qui avait donné le ton de sa stratégie dans l'électrique, Mercedes a donc décidé d'accélérer en annonçant que chaque modèle de sa gamme sera disponible dans une version électrifiée d'ici 2022.

Ces marques ont admis l'idée qu'il était possible de proposer des voitures conformes à leur vocation premium avec une technologie 100% électrique : autonomie de 500km et performances sur route, comme la Tesla Model S capable de faire un 0 à 100 km/h en moins de 3,5 secondes.

Le plug-in, le 48 volts ou l'hydrogène ?

L'hybride plug-in, c'est à dire rechargeable contrairement à l'hybride normal qui ne se recharge qu'en roulant et ne dispose que d'une autonomie de moins de 10 km en 100% électrique, va également s'imposer, y compris chez les marques généralistes. C'est la meilleure façon pour elles de proposer une gamme acceptable d'un point de vue environnementale. Mais cette technologie reste encore chère. Heureusement, les équipementiers automobiles sont en train de lancer le 48 volts, une technologie qui permet d'apporter une assistance électrique au moteur dans les moments les plus énergivores (démarrage, accélération, côte...) afin de limiter la consommation de carburant. Cette technologie a l'avantage d'être beaucoup moins lourde et beaucoup moins cher que la technologie hybride tout en faisant économiser environ 1 à 1,5 litre sur 100 km, soit une économie considérable. Enfin, l'hydrogène pourrait enfin s'imposer dans le débat alors que cette technologie était encore considérée comme une niche exclusive avec à peine deux modèles disponibles dans le monde : la Toyota Miraï et la Hyundai ix35 Fuel Cell.

La Chine songe à son tour à interdire les voitures à essence ou diesel

  La Chine songe à son tour à interdire les voitures à essence ou diesel Pékin se dit prêt à emboîter le pas à la France et au Royaume-Uni, qui ont récemment fait part de leur intention d'interdire la vente des voitures diesel ou essence sur leurs marchés d'ici à 2040. Quel que soit le calendrier envisagé par les autorités chinoises, le défi à relever s'annonce herculéen: 28 millions de véhicules (dont 24,38 millions de voitures individuelles) ont été vendus l'an dernier en Chine, en hausse de 14%. Sur ce total, les voitures propres représentent encore une goutte d'eau (1,7%), mais le créneau est attractif: les ventes de véhicules "à énergie nouvelle" ont ainsi bondi de 53% en Chine en 2016, à 507.

© Dexero eCommerce. Tous droits réservés. 5.7.65 #167. Politique de confidentialité.

Votre ordinateur provoque une activité anormale sur le serveur et nous sommes dans l 'obligation de vous refuser la connexion pour préserver notre bande-passante.

L'influence décisive de la Chine

L'industrie automobile est au pied du mur et le contexte sera très particulier cette année. L'opinion publique est clairement échaudée par la vague d'ouragans qui sème la désolation dans les Caraïbes et le Sud des États-Unis, et dont les météorologues imputent l'exceptionnelle violence au réchauffement climatique. En outre, la Chine, premier marché automobile mondial, vient d'en rajouter une couche en annonçant son intention d'en finir avec les motorisations essence. Aucun horizon temporel n'a été donné, et les constructeurs prient pour que celui-ci se rapproche de ceux envisagés par Londres et Paris qui ont été les deux premiers à dégainer cette mesure, mais qui ont arrêté une échéance suffisamment lointaine, 2040.

Lire aussi: Opel, Fiat, Mitsubishi... Consolidation en vue dans l'industrie automobile ?

Cette annonce de la Chine est un véritable tremblement de terre pour l'automobile européenne. Le pays aux 24 millions de voitures (et 42 millions en 2024 selon AlixPartners) est d'ores et déjà le premier producteur et vendeur de voitures électriques du monde, et le pays ne veut pas s'arrêter là. Cette seule annonce a propulsé l'action BYD, le premier constructeur chinois de voitures électriques, à la Bourse de Shanghai (+4,55%). En réalité, la Chine était déjà le pays le plus ambitieux en matière de voiture électrique. Elle avait déjà opposé de nombreuses restrictions encourageant les constructeurs à emprunter cette voie. La plus forte étant l'objectif d'atteindre 8% du mix énergétique des ventes en électrique et ce, dès l'année prochaine.

A Francfort, les marques chinoises prennent date avec l'Europe

  A Francfort, les marques chinoises prennent date avec l'Europe Plusieurs marques automobiles chinoises ont établi des stands au salon de Francfort, affichant ainsi leur ambition commerciale en Europe. La réalité de cette offensive serait en fait beaucoup plus relativeGreat Wall Motors à la manoeuvre

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

Télécharger l'application PMU Hippique. Disponible pour iPhone et Android ou continuez sur. Le site mobile PMU.fr.

L'industrie automobile européenne affaiblie

Pour l'industrie automobile européenne, l'enjeu est potentiellement catastrophique, car la Chine fabrique l'essentiel des pièces de la traction électrique. Le groupe motopropulseur représente 35% de la valeur ajoutée d'une voiture, si celle-ci devient 100% électrique, c'est autant de valeur qui disparaitra de l'industrie automobile européenne... « Les équipementiers seront les premiers touchés », explique Laurent Petizon, analyste chez Alixpartners. L'impact social sera également considérable. Rien qu'en Allemagne, la technologie diesel représente près de 800.000 emplois directs et indirects. En France, des usines entières ne sont consacrées qu'à la production moteur comme Tremery pour PSA en Moselle, ou encore l'usine Bosch de Rodez, premier employeur privé de l'Aveyron...

Derrière les traditionnels shows et autres stands tout en lumière sur fond de concepts-cars et de nouveautés exclusives propres à chaque salon automobile (200 nouveautés attendues cette année), ce qui se joue cette année à Francfort n'est rien de moins que l'avenir de l'industrie automobile européenne.

Renault-Nissan: Carlos Ghosn donne un nouvel élan à l'Alliance et reste le chef .
L'arrivée de Mitsubishi dans l'Alliance Renault-Nissan permet à la nouvelle structure d'envisager de nouvelles perspectives de croissance et de rentabilité. Carlos Ghosn veut ainsi doubler les synergies industrielles à 10 milliards d'euros par an, et augmenter le chiffre d'affaires de 30% d'ici 2022. Il n'a, en revanche, donné aucune indication quant à un éventuel plan de gouvernance ou de succession afin de pérenniser l'allianceEn réalité, ce changement de nom veut faire entrer l'alliance dans une nouvelle ère de son histoire notamment avec l'arrivée de Mitsubishi dont Nissan a pris le contrôle en 2016 avec 34% du capital.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!