Entreprise Citigroup alerte d'une chute du trading

18:55  11 septembre  2017
18:55  11 septembre  2017 Source:   La Tribune

Taux bas, poids de la dette et entreprises "zombies" : la BRI met en garde

  Taux bas, poids de la dette et entreprises Après la crise financière de 2008, "le désendettement n'a pas vraiment eu lieu", souligne le rapport trimestriel de la Banque des règlements internationaux. Profitant des taux bas, entreprises et États ont largement emprunté sur les marchés, avec le risque de ne plus pouvoir couvrir les intérêts de leur dette en cas de remontée des taux, souligne celle qui est considérée comme la banque centrale des banques centrales .

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Votre navigateur ne permet pas d 'afficher la page. Pour continuer à consulter l'Equipe, vous pouvez : vérifier que JavaScript est bien activé. mettre à jour votre navigateur. ouvrir l'adresse https://m.lequipe.fr avec un autre navigateur.

Entre le Brexit et l'élection américaine, l'été 2016 avait été porteur pour les grandes banques sur les marchés. S'il n'y a pas eu le coup de chaud redouté, dix ans après le début de la crise financière mondiale, les deux derniers mois n'ont pas été aussi favorables : Citigroup prévient ainsi s'attendre à une baisse de 15% du revenu de ses activités trading au troisième trimestre par rapport à l'an dernier.

La volatilité © Fournis par La Tribune La volatilité "assez modérée" pèse sur l'activité de courtage de Citigroup, qui sera en repli de 15% au troisième trimestre.

Le directeur financier de la banque américaine, John Gerspach, l'a indiqué lors d'une réunion avec les investisseurs, invoquant "une volatilité assez modérée". Cette prévision est en ligne avec celle d'un repli de 12% estimée par l'analyste de la Barclays couvrant la banque, Jason Goldberg, et qui organisait cette réunion. Ce recul des activités de courtage était anticipé et l'action Citigroup s'affiche en hausse de 1,8% à Wall Street ce lundi.

Crédit Agricole se désengage (en partie) d'Arabie Saoudite

  Crédit Agricole se désengage (en partie) d'Arabie Saoudite La Banque verte va céder au prince Al-Walid pour 1,3 milliard d'euros un bloc de 16,2% de Banque Saudi Fransi. Elle conserve 14,9% de cette participation héritée d'Indosuez.La filiale de banque d'investissement CACIB de Crédit Agricole S.A, l'entité cotée de la banque mutualiste, réduit ainsi sa participation dans Banque Saudi Fransi (BSF) à 14,9%. Cette participation est dans le giron du Crédit Agricole depuis 1996 : il en a hérité au rachat d'Indosuez, qui avait participé à la création de cette banque franco-saoudienne en 1977 par décret royal. L'essentiel du capital était d'ores et déjà aux mains d'intérêts saoudiens (69,9%).

a raison d ' une section de 4 engins ,

Veuillez saisir le code pour accéder au lien de téléchargement.

Au deuxième trimestre, déjà, la plupart des grandes banques d'investissement américaines avait essuyé un repli de ces activités, en particulier Goldman Sachs, qui avait connu le pire trimestre de son histoire en Bourse dans ce domaine. En France, c'est la Société Générale qui avait le plus souffert de cette "volatilité historiquement faible" sur les marchés.

Jimenez quitte Novartis après avoir radicalement changé la stratégie du labo .
Le directeur général de Novartis quittera la société en 2018. Durant ses huit années de mandat, le laboratoire s'est recentré sur une poignée d'activités pour tenter de retrouver une croissance qui fait défaut depuis quelques années.Panne de croissance

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!