The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Entreprise Que signifie la nomination de Nicolas Hulot ?

18:20  17 mai  2017
18:20  17 mai  2017 Source:   latribune.fr

Macron président devra se défaire de son image de banquier

  Macron président devra se défaire de son image de banquier Le nouveau président, taxé de « candidat des banques » tout au long de la campagne par ses rivaux, devra prouver qu’il n’est pas « soumis » aux grands acteurs de la finance, comme il l’affirme.Emmanuel Macron y a travaillé pendant près de quatre ans, de 2008 à 2012, battant le record de précocité (détenu jusqu'ici par Grégoire Chertok) en étant promu associé-gérant à seulement 32 ans, s'illustrant dans un certain nombre de « deals » de fusions et acquisitions, comme le rachat de Siemens IT par Atos ou celui des laits infantiles de Pfizer par Nestlé, qui l'a mis à l'abri du besoin (plus de 2 millions d'euros).

17:50 18 mai 2017 Source: Franceinfo. Que signifie la nomination de Nicolas Hulot ? Conformément aux rumeurs qui circulaient depuis quelques jours, Nicolas Hulot , journaliste puis militant associatif, est devenu le nouveau ministre à la la Transition écologique et solidaire".

ABONNEZ-VOUS pour plus de vidéos : http://www.dailymotion.com/Europe1frLa nomination de Nicolas Hulot en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire a été accueillie de façon mitigée à Fessenheim, dont Emmanuel Macron a promis de fermer la centrale.Retrouvez "La matinale

C'est à lui qu'on doit l'idée d'un grand ministère unique consacré à l'écologie, proposé en 2007 dans le contexte du Grenelle de l'Environnement. Son "Pacte écologique", qu'il avait fait signer aux candidats à l'élection présidentielle de l'époque, évoquait même un "vice-Premier ministre" à l'Environnement. Si ce dernier n'a jamais été nommé, le ministère unique, lui, a vu le jour, et au fil des années pris du poids, s'élargissant, selon les divers gouvernements, à des questions étroitement imbriquées les unes aux autres: les transports, le logement, l'aménagement du territoire, la mer et la biodiversité, mais surtout -sauf entre 2010 et 2012, lorsqu'elle est confiée à Eric Besson au sein du ministère de l'Economie de Christine Lagarde- l'énergie. Aujourd'hui, Nicolas Hulot prend lui-même la tête de ce ministère, désormais dénommé "de la Transition écologique et solidaire".

Ce qu'il faut savoir sur le nouveau Velib' parisien version Smoove

  Ce qu'il faut savoir sur le nouveau Velib' parisien version Smoove Hausse des tarifs, augmentation de la capacité des stations La Tribune fait le point sur les nouveaux Vélib' qui seront déployés dans la capitale à la fin de l'année.Pour rappel, le tribunal administratif de Paris a confirmé le 4 mai l'attribution du marché des Vélib' à Smoovengo, rejetant un recours en référé de JCDecaux. Mais l'entreprise a immédiatement riposté en indiquant qu'elle allait "saisir le Conseil d'Etat".

Après l'annonce du nouveau gouvernement mercredi 17 mai, l'action EDF a dévissé en bourse.Retrouver toutes les infos sur la vidéo sur : http://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/ nicolas - hulot -la-filiere-nucleaire

L’annonce de la nomination de Nicolas Hulot en tant que ministre d'Etat en charge de la Transition écologique le 17 mai 2017 avait immédiatement suscité l’incrédulité chez les militants ou les personnes sensibles au développement durable.

La politique pas "partie de son métabolisme"

La rumeurs circulait depuis plusieurs jours, et elle a quelque peu surpris. Elle marque un retour inattendu de Nicolas Hulot à la politique, alors que son éviction à la primaire des écologistes de 2012, à laquelle il s'était présenté sous l'étiquette écologiste, lui avait laissé un goût amer. "Je suis étonné qu'autant de gens souhaitent exercer le pouvoir. C'est un exercice très dur [...] Il faut être solide", a-t-il affirmé, confiant que le stress de la vie politique "ne fait pas du tout partie de [son] métabolisme"...

L'ancien journaliste a d'ailleurs refusé d'entrer au gouvernement de François Hollande. Il s'est limité à accepter la mission d'"envoyé spécial pour le climat", dans une période particulièrement importante pour la France, qui organisait alors la COP21, la grande conférence internationale sur le changement climatique. Pour 2017, il avait de nouveau réfléchi à se présenter à la présidentielle, avant de jeter l'éponge."En ce qui me concerne, ce n'est pas le moment", avait-il finalement déclaré à l'été 2016, suscitant une vive déception à gauche. Aux yeux de beaucoup, c'en était alors terminé du flirt entre Nicolas Hulot et la politique, au profit d'une action dans la durée au sein de la société civile.

Gouvernement : Macron nomme Elisabeth Borne, "Madame RATP", ministre des Transports

  Gouvernement : Macron nomme Elisabeth Borne, Elisabeth Borne, Pdg du groupe RATP récupère le domaine des Transports. Un portefeuille rattaché à celui de Nicolas Hulot, nommé ministre de la Transition écologique et solidaire. Elle est cependant nommée "Ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports", pour être précis. Si elle n'a pas de ministère à proprement parler, elle a au moins un titre...

Alexis Corbière a réagi, ce mercredi sur BFMTV, à l'annonce de la composition du gouvernement et notamment de la nomination de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique. Le soutien de Jean-Luc Mélenchon ne comprend pas cette décision: "J'espère qu'il n'a pas cédé à cette ambiance

Denis Baupin et Nicolas Hulot en 2011, photo ©BERTRAND GUAY / AFP. Après l'annonce de la nomination de Nicolas Hulot à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, le géant de l'énergie français a été chahuté en bourse.

Des "convergences" et des points à clarifier avec Macron

La nomination surprend aussi pour l'attitude jusqu'à présent tenue par Nicolas Hulot vis-à-vis du candidat Emmanuel Macron, et interroge sur le rôle qu'il pourra jouer dans le gouvernement présidé par Edouard Philippe. En contact depuis longtemps avec le nouveau président, avec lequel il avait "commencé à dialoguer avant même qu'il déclare sa formation", il reconnaît "des convergences", mais aussi des points à clarifier notamment sur sa "conception du libéralisme". Pour cette raison, en avril 2016, il avait réfuté l'idée d'un "ticket" avec Emmanuel Macron. Il avait réaffirmé cette position au soir du premier tour: tout en appelant à la mobilisation en faveur du candidat d'En Marche, Nicolas Hulot avait tenu des propos graves sur les enjeux écologiques et formulé une espèce de mise en garde à l'intention du prochain président.

Agnès Buzyn, une ministre de la Santé proche de certains lobbies ?

  Agnès Buzyn, une ministre de la Santé proche de certains lobbies ? L'hématologue, qui venait d'être reconduite à la tête de la Haute autorité de la Santé, a été nommée ministre de la Santé. Ces dernières années, Agnès Buzyn a fustigé le poids des lobbies de l'alcool et du tabac. Mais sa position sur la questions des liens d’intérêts des experts institutionnels avec les laboratoires pharmaceutiques est beaucoup plus souple.En mars 2016, cette quinqua est devenue la première femme à prendre la tête de la Haute autorité de santé, après avoir été désignée par François Hollande. Elle venait d'être renouvelée à ce poste le 10 avril pour un  mandat de six ans.

Nicolas Hulot à l'environnement,Stéphane Bern monsieur patrimoine,et prochainement Line Renaud à la culture et Michel Platini aux sports. D'autres encore, ont reproché à Emmanuel Macron de préférer la «communication» au «savoir», considérant que la nomination de vrais professionnels à des

ABONNEZ-VOUS pour plus de vidéos : La nomination de Nicolas Hulot en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire a été accueillie de façon mitigée à Fessenheim, dont Emmanuel Macron a promis de fermer la centrale.

Au soir du premier tour, tout en appelant à la mobilisation en faveur du candidat d'En Marche, Nicolas Hulot avait tenu des propos graves sur les enjeux écologiques et formulé une espèce de mise en garde à l'intention du prochain président. © Fournis par La Tribune Au soir du premier tour, tout en appelant à la mobilisation en faveur du candidat d'En Marche, Nicolas Hulot avait tenu des propos graves sur les enjeux écologiques et formulé une espèce de mise en garde à l'intention du prochain président.

Ses relations avec le nouveau Premier ministre posent aussi question: "C'est un homme de droite et, en matière d'écologie, ce n'est pas son truc", résumait mercredi matin Cécile Duflot sur France Info. Ancien cadre d'Areva, Edouard Philippe y a eu pour activité principale de "s'assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l'atome", a expliqué au Monde l'Observatoire du nucléaire. Il a également voté contre les deux principaux textes soutenus par le ministère de l'Environnement pendant le quinquennat de François Hollande -comme les autres députés LR: la loi du 17 août 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte et la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Le maire du Havre aurait été à l'origine de la décision de Ségolène Royal de revenir sur la date de la fermeture de la centrale thermique d'EDF de la ville, reportée de 2023 à 2035. Et devant le blocage du dossier de Notre-Dame-des-Landes, il avait appelé en octobre sur France Info à passer à l'action, en espérant qu'on puisse "engager les travaux avant mai ou juin 2017".

Sylvie Goulard, l'inattendue ministre des Armées

  Sylvie Goulard, l'inattendue ministre des Armées Européenne convaincue, Sylvie Goulard arrive dans un ministère des Armées accompagné d'un certain scepticisme. Pour se faire respecter, elle devra montrer qu'elle en impose en interne mais surtout à l'extérieur.Sylvie Goulard arrive dans un ministère dur et très éprouvant en raison du temps passé loin de Paris. Jean-Yves Le Drian, qui a fait plusieurs tours du monde, a fini son quinquennat épuisé, lui qui s'y était pourtant préparé de longs mois. Elle devra être souvent aux côtés des militaires engagés dans des opérations extérieures très intenses. Ce sont des expériences qui changent souvent les femmes et les hommes politiques qui prennent leur quartier à l'Hôtel de Brienne.

Cette liste comporte 522 noms, ce qui signifie qu'aucun candidat n'est investi dans 55 circonscriptions. Le Monde mercredi 17 mai 2017 à 18:01. EELV se félicite de la nomination de Nicolas Hulot mais dénonce "les nombreuses promesses non tenues".

Si les ONG se félicitent de l'arrivée de Nicolas Hulot au gouvernement, ce n'est pas le cas d'EDF. Le titre a accéléré nettement sa descente après l'annonce à 15h de la nomination de l'ancien animateur de TF1 au poste de ministre.

Un porte-feuille à part entière

Cette nomination ne sera-t- elle qu'un "trophée", ou Nicolas Hulot parviendra-t- il "avec sa sincérité et sa détermination à faire radicalement changer les choix actuels du président?", s'interrogeait alors Cécile Duflot mercredi matin, alors que le nom de l'ancien animateur n'était encore qu'une rumeur. L'intitulé du ministère attribué à Nicolas Hulot semble en ce sens être destiné à rassurer. En répondant favorablement à l'appel lancé par diverses associations il y a quelques jours, Emmanuel Macron a en effet choisi de faire de la transition écologique un porte-feuille à part entière, en y intégrant par ailleurs le domaine des transports -confié à  Elisabeth Borne, "ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports". Et en ajoutant aux compétences de Nicolas Hulot  la "transition solidaire", le nouveau président reconnaît par ailleurs officiellement l'importance de l'autre cause embrassée par le militant associatif, qui dans une tribune publiée dans Le Monde le 29 avril lui demandait de prendre "la mesure de l'exigence de solidarité dans laquelle se trouvent le pays, l'Europe et le monde".

Pour Pascal Canfin, ancien ministre de François Hollande délégué au développement, aujourd'hui directeur général du WWF France, personne n'a intérêt à ce que cette nomination soit purement médiatique.

"C'est pour cela qu'il faut construire les conditions politiques en termes de responsabilités gouvernementales, en termes de situation et du cap des priorités pour que l'arrivée de Nicolas Hulot soit clairement un symbole d'une ambition gouvernementale sur l'écologie", insiste-t-il.

Dans le digital, BNP Paribas veut "passer à l'ère industrielle" .
La banque va investir "rapidement et beaucoup", l'essentiel de son plan de 3 milliards dans ses systèmes d'informations, a expliqué le directeur général de la banque, Jean-Laurent Bonnafé, lors de l'assemblée générale des actionnaires ce mardi. Elle accueille au conseil le patron de Valeo, modèle de transformation numérique réussie.Le directeur général Jean-Laurent Bonnafé a insisté sur la dimension de transformation numérique du plan stratégique 2020:

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!