Entreprise Autoroutes : Peugeot sort du capital de Sanef, au profit d'Albertis

11:25  21 avril  2017
11:25  21 avril  2017 Source:   La Tribune

Autoroutes : vers la création d'un géant italo-espagnol pesant plus que Vinci ?

  Autoroutes : vers la création d'un géant italo-espagnol pesant plus que Vinci ? Le groupe autoroutier espagnol Albertis, gestionnaire des autoroutes françaises Sanef, a annoncé mardi avoir reçu une offre de rapprochement de la part de l'italien Atlantia. Les deux entreprises ignorent encore pour l'heure la forme que pourrait prendre ce rapprochement.Les dirigeants des deux groupes ont évoqué au cours d'une réunion "la possibilité de structurer l'opération comme une offre publique d'achat d'actions sur Abertis [...] sans parvenir à une proposition concrète" pour l'instant, explique Abertis dans un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Albertis renfonce son contrôle sur Sanef. Le groupe autoroutier espagnol, qui détient déjà environ 90% du français, va encore monter à son capital en rachetant pour 238 millions d'euros à FFP sa participation de 5,1%, selon un communiqué diffusé vendredi.

La holding de la famille Peugeot était actionnaire de Sanef, via la société Holding d'Infrastructures de Transport (HIT) qui détient 100% de Sanef, depuis sa privatisation par l'Etat français en 2006, rappelle le document.

C'est la quatrième fois qu'Abertis rachète des participations dans Sanef depuis le début de l'année, après avoir acquis celle de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) en janvier pour 700 millions d'euros et celles d'Axa République et de l'assureur Predica en mars.

En Chine, la descente aux enfers de PSA s'accélère

  En Chine, la descente aux enfers de PSA s'accélère Après une année 2016 très difficile, la baisse des ventes du groupe automobile français s'accélère de manière vertigineuse en ce début d'année: entre 39% et 64% de baisse selon les marques. PSA ne souhaite pas pour autant céder à la guerre des prix qui a cours en Chine et compte sur la réorganisation de son réseau et sur le renouvellement de sa gamme pour sortir de l'ornière. Un pari qui n'est pas pour autant gagnéDS va-t-il disparaitre des radars ?

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

Le groupe espagnol se présente comme le premier gestionnaire mondial d'autoroutes, avec plus de 8.600 kilomètres dans 14 pays en Europe, Amérique et Asie. Son premier marché est la France avec Sanef, qui gère quelque 1.760 km d'autoroutes à péages en France, essentiellement dans le Nord.

Rapprochement envisagé avec l'italien Atlantia

Il envisage actuellement de se rapprocher de l'italien Atlantia pour créer un géant mondial du secteur, via éventuellement une offre publique d'achat (OPA) amicale d'Atlantia sur Abertis. Le chiffre d'affaires cumulé des deux groupes dépasserait celui de la branche concessions du français Vinci, leur grand concurrent, qui a facturé environ 6,3 milliards d'euros en 2016.

Abertis se présente comme le premier gestionnaire mondial d'autoroutes, avec plus de 8.600 kilomètres dans 14 pays en Europe, Amérique et Asie. Son chiffre d'affaires a atteint 4,9 milliards d'euros en 2016. © Fournis par La Tribune Abertis se présente comme le premier gestionnaire mondial d'autoroutes, avec plus de 8.600 kilomètres dans 14 pays en Europe, Amérique et Asie. Son chiffre d'affaires a atteint 4,9 milliards d'euros en 2016.

Ils avaient déjà failli fusionner en 2006, mais l'opération avait échoué à cause de l'opposition du gouvernement italien.

(avec AFP et Reuters)

Créances douteuses : ce trou noir dans le bilan des banques européennes .
Le Fonds monétaire International (FMI), la Banque centrale européenne (BCE), le Mécanisme européen de stabilité (MES), l'Autorité bancaire européenne (ABE) : tous demandent aux dirigeants européens d’accélérer le délestage des 921 milliards d'euros de prêts non remboursables qui grèvent depuis des années le bilan des banques. Sans beaucoup d’effet jusqu’à présent…« C'est l'ancienne avocate qui parle à travers moi... Un régime de faillite approprié, au moins au niveau national, de la façon aussi harmonisée que possible (en Europe)... pour que l'on n'ait pas des économies qui ploient sous la charge d'entreprises zombies », a-t-elle ajouté.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!