Entreprise Real Estech : WeMaintain, l'ascensoriste qui monte

10:25  10 juillet  2018
10:25  10 juillet  2018 Source:   latribune.fr

Le BTP se convertit à son tour à la révolution numérique et énergétique

  Le BTP se convertit à son tour à la révolution numérique et énergétique Les 3 et 4 juillet 2018, les promoteurs immobiliers, réunis par le réseau RICS, et les cimentiers, rassemblés par le laboratoire Cement Lab, ont « pitché » sur les révolutions énergétiques et numériques désormais indispensables dans la conduite de leurs métiers. 0,002 %. C'est le pourcentage de l'investissement dans la recherche et le développement dans le domaine de l'immobilier. Pendant longtemps, les professionnels ont considéré que leur métier consistait à trouver un terrain et à obtenir le permis de construire avant de s'associer avec des constructeurs et de livrer le produit fini. Désormais, cette époque est terminée.

Real Estech est un nouveau média spécialisé dans les nouvelles technologies qui bouleversent le secteur immobilier. WeMaintain , la plateforme SaaS dédiée à la maintenance des ascenseurs La profonde transformation de la chaîne de valeur dans.

Un jour dans un centre commercial pour la modernisation d'un monte -charge, un autre dans un immeuble ancien pour un dépannage L 'Education nationale a aussi créé en 2006 un diplôme spécialisé qui forme directement au métier d' ascensoriste :la mention complémentaire de technicien

La start-up WeMaintain au grand complet. © Fournis par La Tribune La start-up WeMaintain au grand complet.

Remarquée dans le livre blanc 2019 de la Real Estech, la startup WeMaintain ambitionne de devenir la première plateforme nationale et internationale à mettre en relation directe les gestionnaires de parcs immobiliers et les ascensoristes.

Près de 100 millions de trajets par jour. L'automobile en France ? Eh bien non, il s'agit des données de la gestion des ascenseurs rien que dans l'Hexagone, avec un marché de 1,5 milliard d'euros. La start-up WeMaintain est ainsi née de cette rencontre entre deux Français expatriés à Shanghaï : Jade Francine, juriste en cabinet d'avocat d'affaires, qui voit alors « beaucoup d'argent s'investir dans des projets qui n'ont pas trop de fond » lorsqu'un compatriote, son futur co-fondateur, vient lui présenter le sien.

Un hélicoptère électrique pour aller au bureau ?

  Un hélicoptère électrique pour aller au bureau ? Une start-up toulousaine, Eva, fait la promesse de faire voler dans les trois ans un mini-hélicoptère urbain, 100% autonome et électrique, pour décongestionner le trafic des grandes villes. Il est 15h09. Vous vous apprêtez à quitter votre logement en centre-ville. Vous êtes attendu dans 30 minutes à 20 kilomètres d'ici. Vous décidez alors de prendre votre hélicoptère deux places, de la taille d'un SUV, garé sur une place de parking, juste devant. Vous entrez l'adresse de destination. En quelques instants, on vous réserve un couloir aérien.

WeMaintain , la plateforme SaaS dédiée à la maintenance des ascenseurs La profonde transformation de la chaîne de valeur dans le domaine de la maintenance professionnelle des bâtiments n’épargne pas. S'inscrire à la newsletter Real Estech .

Les adhésions à l ’association Real Estech sont désormais officiellement ouvertes pour les startups ! L ’adhésion vous offre : Un accès à une CVthèque. Pretto, la startup qui vous aide à trouver le meilleur crédit immobilier.

« C'est une industrie où il y a peu d'innovation et de concurrence, explique le désormais président de WeMaintain Benoît Dupont, aujourd'hui, il y a une chaîne de personnes entre le gestionnaire et le technicien : souvent, le commercial, le contremaître et le chef d'équipe ».

Or, les ascenseurs tombent en panne en moyenne trois fois par an et les interventions se réalisent très souvent dans le stress et l'urgence.

Un quart des ascenseurs français a plus de 40 ans

En mettant en relation directe le gestionnaire et le technicien, la jeune pousse assure ainsi faire gagner du temps et de l'argent à toutes les parties prenantes.

« Les gestionnaires de biens immobiliers rencontrent les mêmes problématiques partout dans le monde, assure la directrice des opérations Jade Francine, des contrats annuels pour lesquels on ne sait pas bien ce qui est fait, de la maintenance sans visibilité alors qu'un quart du parc français a plus de 40 ans et nécessite des travaux, et des surcoûts pour le client final. »

Découvert bancaire : près d'un Français sur 4 dans le rouge une fois par mois

  Découvert bancaire : près d'un Français sur 4 dans le rouge une fois par mois Si la tendance est à l'amélioration, nombreux sont les Français à se retrouver en difficulté financière en fin de mois. Ils sont 60% à dépasser leur limite autorisée de découvert au moins une fois par an, 24% une fois par mois. Une situation coûteuse, surtout pour les clients en situation de fragilité bancaire. Bonne nouvelle pour les ménages français : ils sont de moins en moins nombreux à dépasser leur découvert autorisé, une tendance qui semble se confirmer sur plusieurs années. Pourtant, rares sont les personnes qui peuvent se targuer de n'avoir jamais connu cette situation coûteuse.

un technicien dédié à vos ascenseurs et une plateforme numérique qui fournit des informations en temps réel sur votre parc. WeMaintain met le client en relation avec la personne au coeur du service : le technicien.

Pour toute installation, entretien, réparation d’un ascenseur, d’un monte -escalier ou encore d’un monte -charge, il est impératif de s’adresser à un ascensoriste . Vous recevrez gratuitement toutes les offres qui répondent à vos exigences et choisirez celle qui vous convient le mieux.

Concrètement, WeMaintain propose aux syndics et autres acteurs de créer un compte en deux clics : ils rentrent l'adresse du ou de leurs biens et enregistrent le nombre d'ascenseurs. Un technicien, formé en interne aux techniques commerciales, vient faire une pré-visite gratuite, propose un montant de contrat, via un algorithme, et suggère des travaux. Le client n'a plus qu'à signer électroniquement s'il le souhaite.

Une commission sur chaque contrat de maintenance

De leur côté, les opérateurs travaillent en EURL, ont minimum dix ans d'expérience et doivent être passés par deux entreprises avant de rejoindre le vivier de l'ascensoriste. Après avoir choisi leur zone géographique, ils prennent des photos sur place, rédigent leur compte-rendu et planifient leur prochain rendez-vous, en général six semaines plus tard.

Assurés par Axa, les ascensoristes travaillent pour des grands comptes comme cet assureur, le groupe de protection sociale AG2R-La Mondiale ou encore l'administrateur de biens Foncia.

Si les professionnels sont payés directement, comment la startup vit-elle ? « Nous nous rémunérons via une commission sur chaque contrat de maintenance, répond Jade Francine. Ça permet de doubler le salaire du technicien pour un nombre d'ascenseurs raisonnable à maintenir. S'il perd un client en revanche, c'est sur son chiffre d'affaires. »

1,8 million d'euros levés en 2018

Outre la plateforme de contact et l'algorithme déterminant le prix de la prestation, il semble que les outils numériques soient peu présents.

« Le métier n'est pas remplaçable par une machine, rétorque Benoît Dupont. 75% des tâches ne sont pas automatisables. Si les majors mettent des capteurs et des objets connectés, cela ne touche que 25% du travail. »

Avec Tristan Foureur, directeur technique informatique et troisième co-fondateur, ainsi qu'avec Jade Francine, le président de WeMaintain, qui a levé 1,8 million d'euros en février 2018, ambitionne de devenir la première plateforme française et mondiale du genre. Et ce, sur un marché où quatre multinationales - Otis, Schindler, Thyssen et Koné - se partagent la plus grosse part du gâteau estimée à 35 milliards d'euros.

Un an et demi après leur lancement, les trois startuppers demeurent encore et toujours secrets sur l'étendue de leur parc. Seul chiffre qu'ils consentent à donner : un terrain de jeu francilien estimé à 225.000 ascenseurs, dont 96% dans l'existant et 4% dans le neuf.

Découvert bancaire : près d'un Français sur 4 dans le rouge une fois par mois .
Si la tendance est à l'amélioration, nombreux sont les Français à se retrouver en difficulté financière en fin de mois. Ils sont 60% à dépasser leur limite autorisée de découvert au moins une fois par an, 24% une fois par mois. Une situation coûteuse, surtout pour les clients en situation de fragilité bancaire. Bonne nouvelle pour les ménages français : ils sont de moins en moins nombreux à dépasser leur découvert autorisé, une tendance qui semble se confirmer sur plusieurs années. Pourtant, rares sont les personnes qui peuvent se targuer de n'avoir jamais connu cette situation coûteuse.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!