Finance Société Générale fait le point sur l'impact de la réforme fiscale américaine

21:01  11 janvier  2018
21:01  11 janvier  2018 Source:   Boursier

Larcher prêt à bloquer Macron sur la réforme de la Constitution

  Larcher prêt à bloquer Macron sur la réforme de la Constitution Emmanuel Macron a besoin d'un accord avec le président du Sénat pour faire passer la réforme constitutionnelle. Mais Gérard Larcher pose ses conditions. © Abaca Emmanuel Macron a besoin d'un accord avec le président du Sénat pour faire passer la réforme constitutionnelle. Mais Gérar Gérard Larcher, vu de l’Élysée, c’est "Monsieur Trois cinquièmes".  Comprendre : l’homme qui a les clés de la majorité élargie dont Emmanuel Macron a besoin pour faire passer sa réforme de la Constitution.

Le site Compta Online est en maintenance actuellement. Pas de panique, cela ne prendra pas beaucoup de temps, Nicolas s'occupe de tout ! En attendant, une petite vidéo pour patienter tranquillement www.compta-online.com S'informer, partager, évoluer Média communautaire 100

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l 'immobilier.

Une charge de 307 millions de dollars au quatrième trimestre suite à la réforme fiscale

Société Générale fait le point sur les impacts d'éléments fiscaux, pour le quatrième trimestre 2017. La réforme fiscale aux États-Unis, promulguée le 22 décembre 2017, a réduit le taux d'impôt fédéral sur les sociétés à 21% avec prise d'effet dès janvier 2018. L'impact comptable à court terme de ce changement de taux ainsi que la valorisation des impôts différés actifs du groupe fiscal Etats-Unis d'Amérique vont conduire la banque à enregistrer, au T4 2017, une charge de 307 millions de dollars.

A compter de 2018, la réduction du taux d'impôt fédéral aura un impact favorable sur la profitabilité des opérations du Groupe aux Etats-Unis. S'agissant des autres effets de cette réforme fiscale, et plus spécifiquement du nouvel impôt sur les services et paiements d'intérêts effectués à des filiales en-dehors des Etats-Unis, Société Générale "examine actuellement les impacts potentiels en restant attentif aux éléments d'analyses qui pourraient être communiqués par les autorités américaines".

La Société Générale lestée par la réforme Trump et un redressement fiscal

  La Société Générale lestée par la réforme Trump et un redressement fiscal La banque française passe une charge de 256 millions d'euros liée à la réforme fiscale de Trump et une autre de 200 millions suite à un contrôle fiscal en France et la confirmation d'une amende de l'Autorité de la concurrence sur la dématérialisation des chèques. L'effet n'est certes pas aussi fort que chez Goldman Sachs, qui a annoncé que son bénéfice serait amputé de 5 milliards de dollars à cause de la réforme fiscale de Trump, mais tout de même : la Société générale indique ce jeudi soir qu'elle doit enregistrer une charge de 307 millions de dollars (environ 256 millions d'euros) au quatrième trimestre reflétant "l'impact com

L'artiste n'a pas été trouvé.

Hommages à Peter Sutherland, ex-patron de l 'OMC décédé dimanche. Mercedes-Benz se présente comme le champion 2017 du haut de gamme. Bras de fer social en Allemagne sur la semaine de 28 heures.

Société Générale annonce par ailleurs la réception d'une proposition de rectification à la suite d'un contrôle fiscal de l'administration française sur divers impôts d'exploitation et tire les conséquences de l'arrêt de la cour d'appel de renvoi de Paris du 21 décembre 2017 sur la dématérialisation du traitement des chèques. Société Générale enregistrera, au T4, une charge d'environ 200 millions d'euros dans les frais de gestion, sans préjudice des éventuels recours que le Groupe pourrait intenter pour contester ces décisions.

La banque rappelle que ces éléments n'auront pas d'impact sur la politique de dividende communiquée précédemment.

Reuters © Reuters Reuters

American Express dans le rouge, une première en près de 25 ans .
L'émetteur de cartes de crédit American Express (AmEx) est tombé dans le rouge au quatrième trimestre, une première depuis près de 25 ans, en raison d'une lourde charge liée à la réforme fiscale adoptée récemment aux Etats-Unis.Il a dans la foulée suspendu son programme de rachats d'actions prévu au premier semestre, expliquant que cette décision était motivée par le fait qu'il entendait d'abord reconstituer ses niveaux de capitaux règlementaires.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!