Finance Les énergéticiens suisses renoncent à leur droit de tirage sur la centrale EDF de Fessenheim

08:45  13 septembre  2017
08:45  13 septembre  2017 Source:   logc279.xiti.com

Prêts toxiques : BNP Paribas en correctionnelle pour présentation trompeuse

  Prêts toxiques : BNP Paribas en correctionnelle pour présentation trompeuse La filiale de crédit à la consommation de la banque est renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir dissimulé les risques de ses prêts en francs suisses Helvet Immo vendus en 2008-2009. Plus de 4.600 emprunteurs sont concernés.Destinés à de l'investissement locatif défiscalisé, ces prêts aux particuliers, étaient alloués en francs suisses, se sont révélés toxiques lorsque l'euro a dévissé par rapport au franc suisse, faisant flamber les capitaux à rembourser par les emprunteurs.

Les énergéticiens suisses renoncent à leur droit de tirage sur la centrale EDF de Fessenheim . ** LES MARCHÉS à la clôture de Wall Street **. LEAD 1-Fujitsu élargit son centre français de recherche IA à l'Europe. L'OL file en demi-finales, pas de miracle pour Montpellier.

Mon enfant, ma soeur, Songe à la douceur D'aller là-bas vivre ensemble ! Aimer à loisir, Aimer et mourir Au pays qui te ressemble ! Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes.

Le consortium CNP, qui n'a rien à voir avec l'assureur français puisque ses initiales signifient "Centrale Nucléaire en Participations", a mis un terme à un contrat vieux de 46 ans avec EDF, par lequel il avait le droit d'acheter 15% de la production d'énergie des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim, ont annoncé ce matin les parties dans un communiqué. Le capital de CNP est détenu à parts égales par les suisses Alpiq, Axpo et BKW. Depuis 1971, le consortium possédait un accord d'approvisionnement en électricité avec l'énergéticien français sur la centrale alsacienne. Le principe des contrats d`allocation de production est de mettre à disposition de partenaires une part de l`énergie produite en contrepartie du règlement d`une quote-part des coûts de la centrale.

La Suisse veut jouer un rôle de médiateur dans la crise nord-coréenne

  La Suisse veut jouer un rôle de médiateur dans la crise nord-coréenne La présidente de la Confédération helvétique entend proposer ses "services" pour faire baisser la tension dans la région. © afp.com/PETER KLAUNZER Le président chinois Xi Jinping (g) et la présidente suisse Doris Leuthard, le 16 janvier 2017 à Berne. La Suisse est neutre et se sent donc en position privilégiée pour jouer un rôle de médiateur dans la crise nord-coréenne. C'est le message de la présidente de la Confédération helvétique Doris Leuthard. Elle a déclaré ce lundi, selon des propos rapportés par Reuters, que les Suisses étaient "prêts à proposer nos services [...] en tant que médiateur".

Centrale de Fessenheim : EDF reporte et acte la fermeture, Royal se réjouit. Moins consommer d'énergie et se passer du nucléaire sans renoncer à sa qualité de vie: les énergéticiens de l'association négaWatt persistent et signent dans leur vision de la transition énergétique française d'ici

Chaque année, le parc produit en moyenne 415 milliards de kWh et assure plus de 87% de la production d’ électricité d’ EDF en France . Dotée de deux réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MW chacun, la centrale nucléaire de Fessenheim constitue un des outils de

EDF a pris acte de cette décision qui est conforme à la documentation contractuelle. Le contrat s'achèvera le 31 décembre prochain. L'impact financier est jugé "non significatif" par le Français. Par ailleurs, le contrat qui le lie à CNP pour la centrale de Cattenom, en Moselle, se poursuit. Alpiq a précisé dans son propre communiqué que le droit de tirage de CNP représentait environ 1.700 GWh par an à Fessenheim.

Reuters© Reuters Reuters

Uber n'aura plus le droit d'opérer à Londres .
L'autorité des transports à Londres a retiré sa licence à la firme californienne qui dispose de 40.000 chauffeurs dans la capitale britannique ...© ReutersC'est une belle victoire pour les 'black cabs' londoniens... mais un gros coup dur pour Uber. L'autorité des transports à Londres a retiré sa licence à la firme californienne qui dispose de 40.000 chauffeur .Critiqué de toutes partsLe numéro un des véhicules de transport avec chauffeur n'aura ainsi plus le droit d'exercer à Londres à partir du 30 septembre. Il dispose de 21 jours pour faire appel.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!