Finance Essilor : Bruxelles exigerait des concessions sur la fusion avec Luxottica

08:45  13 septembre  2017
08:45  13 septembre  2017 Source:   Boursier

Logiciels : Schneider Electric va fusionner avec Aveva

  Logiciels : Schneider Electric va fusionner avec Aveva Plus rien ne semble arrêter Schneider Electric. En quelques mois, le spécialiste des équipements électriques a acquis Asco Power Technologies et désormais, l'éditeur britannique Aveva.Les logiciels des deux groupes sont notamment utilisés par les industriels pour des opérations de maintenance et de suivi en temps réel de leurs productions.

Essilor : Bruxelles exigerait des concessions sur la fusion avec Luxottica . Victoria Adam, publié le 11/09/2017 à 23h45. Crédit photo © Essilor . (Boursier.com) — Les autorités européennes de la concurrence doivent rencontrer cette semaine les dirigeants d' Essilor International et de Luxottica

Accès bloqué. Votre accès au site PAP.fr a été bloqué car votre adresse IP présente les caractéristiques d'un robot. Pour obtenir le déblocage de votre accès, veuillez contacter notre service clients : au 01 40 56 33 33, du lundi au samedi de 9h à 18h. ou par e-mail à l'adresse

Les autorités européennes de la concurrence doivent rencontrer cette semaine les dirigeants d'Essilor International et de Luxottica, en vue de leur faire part de leurs inquiétudes concernant le rapprochement des deux géants de l'optique, selon des sources citées lundi soir par l'agence 'Reuters'.

La tenue de cette réunion suggère que la Commission européenne va exiger des concessions de la part des deux groupes, et que faute d'actions suffisantes de leur part, elle n'exclut pas d'ouvrir une enquête approfondie sur la fusion, selon une source proche du dossier.

Le groupe italien Luxottica est le premier fabricant mondial de lunettes (marques Ray Ban, Oakley...) tandis que le français Essilor est le premier producteur mondial de verres correcteurs. Aucun des deux groupes n'a pour l'instant commenté les informations de 'Reuters'.

Autoroutes : l'État aurait validé des hausses de tarifs jusqu'en 2023

  Autoroutes : l'État aurait validé des hausses de tarifs jusqu'en 2023 France 2 a dévoilé, hier, le contenu d'un accord conclu en 2015, entre l'État et les sociétés d'autoroutes. Ces dernières pourront augmenter leurs tarifs chaque année entre 2019 et 2023. Pour les automobilistes, le surcoût s'élèverait à 500 millions d'euros.Le prix des péages va-t-il fortement augmenter jusqu'en 2023? France 2, a confirmé hier l'existence d'un accord entre l'État et les sociétés gestionnaires d'autoroutes. Le document signé du 9 avril 2015 précise que les sociétés d'autoroutes se seraient engagées à financer 3.2 milliards d'euros de travaux sur 10 ans. En échange, l'État leur aurait garanti une stabilité fiscale et un allongement de la durée des concessions.

Liseuse documents eyrolles. Partie II - Section 7 - Notions de bases sur la conception web.

Site Officiel du château de Fontainebleau : histoire, présentation des circuits, appartements, renseignements pratiques, réservation, tarifs, horaires, conditions d'accès et éléments de confort de visite.

Fin juillet, les deux partenaires avaient fait savoir qu'ils poursuivaient leur projet de rapprochement, annoncé le 16 janvier dernier, précisant que "les procédures d'autorisation des autorités de la concurrence progressaient".

L'objectif commun des deux compagnies, en coopération avec les autorités concernées, est de finaliser "autour de la fin de l'année" la procédure d'approbation des cinq autorités de concurrence dont l'accord est une condition suspensive (Europe, Etats-Unis, Canada, Brésil et Chine).

  Essilor : Bruxelles exigerait des concessions sur la fusion avec Luxottica © Fournis par Boursier

La presse allemande évoque une fusion possible entre BNP Paribas et Commerzbank .
Vers une fusion possible entre BNP et Commerzbank?Berlin est favorable à une fusion de Commerzbank, dont l'Etat allemand est actionnaire, avec BNP Paribas, rapporte jeudi l'hebdomadaire WirtschaftsWoche, qui cite des sources financières. Les discussions au ministère des Finances en sont à un stade préliminaire et le gouvernement allemand n'abordera pas la question avec la direction de Commerzbank avant novembre, poursuit le journal.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!