Finance Concurrencés par l'Espagne, les producteurs de melons français traversent une crise de surproduction inquiétante

16:55  15 juillet  2017
16:55  15 juillet  2017 Source:   Franceinfo

Jeremy Meeks, ancien détenu le plus sexy au monde, nouveau Vin Diesel ? Des producteurs se l'arrachent !

  Jeremy Meeks, ancien détenu le plus sexy au monde, nouveau Vin Diesel ? Des producteurs se l'arrachent ! L'ancien détenu le plus sexy du monde devenu mannequin va-t-il bientôt faire carrière au cinéma ? Selon le Daily Star, Jeremy Meeks aurait été approché par plusieurs producteurs et serait considéré comme le nouveau Vin Diesel.Jeremy Meeks bientôt sur grand écran ? Cela ne parait pas insensé. Selon le Daily Star, l'ancien détenu le plus sexy du monde, serait en train d'envisager une carrière dans le cinéma. Et attention, tenez vous-bien : il serait même considéré par les producteurs comme le nouveau Vin Diesel, star de la saga Fast and Furious. Jeremy Meeks "se rend à Los Angeles pour y rencontrer les plus grands producteurs de films.

Communiqué supprimé de l'Espace Datapresse.

Erreur! Vous tentez d'accèder à un Sujet qui n'existe plus.

Dans le Sud-Ouest, les producteurs de melons peinent à vendre leur production. En cause, une surproduction liée notamment à la concurrence du melon espagnol.

  Concurrencés par l'Espagne, les producteurs de melons français traversent une crise de surproduction inquiétante © Fournis par Francetv info

Une consommation en panne, des prix en chute libre et la concurrence toujours plus aiguisé venue d'Espagne notamment... Les producteurs de fruits français sont inquiets et certains craignent même de ne pas passer l'été. C'est le cas notamment des producteurs de melons dans le Sud-Ouest de la France, comme Bernard Borredon. Producteur dans le Lot et président de l'Indication géographique protégée (IGP) Melons du Quercy, il décrit une filière en souffrance. "On doit être à 8 000 tonnes de melons produits depuis une semaine à peu près. Le melon espagnol représente 3 000 tonnes de plus." Avec une consommation de l'ordre de 4 à 5 000 tonnes, "la surproduction est réelle", constate-t-il.

L'Espagne crée 4.200 postes de fonctionnaires, une première depuis la crise

  L'Espagne crée 4.200 postes de fonctionnaires, une première depuis la crise Le gouvernement conservateur espagnol a annoncé vendredi plus de 22.000 offres d'emplois de fonctionnaires dont 4.200 nouveaux postes, la moitié au fisc, une première en près de dix ans après une cure d'austérité draconienne.Il s'agit d'une "offre d'emplois historique", estime dans un communiqué le principal syndicat de fonctionnaires CSIF.

Le contexte auquel cette requête fait référence (-2) est inconnu. Le serveur a peut-être été redémarré depuis votre dernière requête.

erreur aucun n° de mandat trouvé. copyright 2015 - © A la lucarne de l'immobilier.

Certains ne s'en sortent déjà plus

Conséquence, des prix en baisse et des producteurs français qui ne s'y retrouvent plus économiquement, "sauf sur certains créneaux où ils livrent en direct". Certains sont même obligés de jeter leurs melons, qui après quatre ou cinq jours ne sont plus vendables. "C'est de l'argent perdu pour nous", déplore Bernard Borredon.

Ça faisait quarante ans qu'on était producteurs de melons et on a arrêté cette année parce que depuis trois ans c'était trop compliqué.

Gilles, ancien producteur de melons à franceinfo

Ce scénario n'est pas nouveau. Depuis plusieurs années maintenant, l'Espagne produit trois à quatre fois plus de melons que la France et ses fruits sont à la fois plus précoces et moins chers que les français. Gilles produisait jusque là sur les coteaux du Tarn-et-Garonne, où des centaines de paysans s'étaient convertis au melon ces dernières décennies. Mais devant l'accumulation des échecs, il a décidé de jeter l'éponge.

Perpignan: des pêches déversées devant le Consulat d'Espagne

  Perpignan: des pêches déversées devant le Consulat d'Espagne Environ deux tonnes de pêches ont été déversées mardi à Perpignan devant le Consulat d'Espagne par des agriculteurs pour protester contre une concurrence jugée déloyale des producteurs espagnols, a constaté un correspondant de l'AFP.Les fruits ont été recouverts symboliquement d'un drapeau français. "On a décidé de faire une action sur Perpignan pour distorsion de prix avec l'Espagne", a indiqué Yves Aris, président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA), devant une cinquantaine d'agriculteurs présents et les médias.

Média. Montage réalisé par l 'Encyclopédie Durée : 2 min 28 Vidéo haute résolution

Le melon espagnol, plus précoce et moins cher

La faute, selon lui, à un décalage de calendrier entre les marchés français et espagnols. "On n'arrive pas à prendre notre place de marché. Quand on arrive entre le 15 et le 20 juin, il est déjà en place", explique-t-il. Les Espagnols produisent en outre les mêmes variétés que celles produites en France, du charentais jaune. Sauf que "là-bas, il y a plus de soleil et la main d'oeuvre coûte 7 euros alors qu'en France c'est entre 12 et 15 euros", souligneGilles, qui a fini par abandonner. "Je perdais de l'argent."

Les producteurs qui s'en sortent le mieux sont ceux qui vendent des melons labellisés ou sous IGP, en circuits courts. Ils vendent leurs fruits jusqu'à deux fois plus cher et certaines grandes surfaces ont même accepté de valoriser des produits en réduisant leur marges, pour les afficher à peine plus cher que les melons venus d'Espagne.

La petite crise de jalousie d'Adrián .
N'en déplaise à Rocky Balboa, Adrián sait aussi mettre des brins.  N'en déplaise à Rocky Balboa, Adrián sait aussi mettre des brins.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!