Finance La viande bio reste un marché de niche en France

12:10  21 avril  2017
12:10  21 avril  2017 Source:   Le Figaro

La viande bio prend timidement sa place dans nos frigos

  La viande bio prend timidement sa place dans nos frigos La viande bio bénéficie d'une très bonne image auprès des consommateurs mais les ventes progressent lentement, selon l'enquête annuelle des professionnels de la filière viande (Interbev), rendue publique le 20 avril. C'est vrai, la viande bio a une réputation d'excellence à faire pâlir d'envie tout le secteur conventionnel : respectueuse du bien-être animal, bénéfique pour la santé, pour l'environnement, pour le porte-monnaie du producteur,... c'est en tout cas ce que pensent huit personnes interrogées sur dix.Des indicateurs encourageantsLa viande classique n'a plus la cote en France.

Il semblerait que cet utilisateur ait déjà trouvé son bonheur ! Cette annonce n'est plus active, mais ne Colocation - Paris - Ile De France - Colocation - 430€ h.c

erreur aucun n° de mandat trouvé.

Le prix de ce produit, de 10% à 30% supérieur à celui de la viande traditionnelle, constitue un frein majeur pour les consommateurs. Ces derniers sont surtout des Français aisés.

figarofr: Un élevage de bovins bio en Normandie © Sébastien SORIANO/Le Figaro Un élevage de bovins bio en Normandie

Avec une part de marché de 0,5 à 4% suivant les produits, le marché de la viande issue de l'agriculture biologique reste une niche. L'an dernier, il a affiché un chiffre d'affaires de 443 millions d'euros en 2016, soit 8% des ventes alimentaires dans le bio (5,76 milliards d'euros). La viande bovine, notamment sous forme de steaks hachés, est en tête des achats des consommateurs de viande bio. Malgré une progression de 12,9 % en un an, son poids relatif par rapport à la viande de bœuf conventionnelle reste très faible. Le bœuf bio a atteint moins de 1,5% des volumes de viande bovine vendue en France. Pour le porc, le constat est encore plus modeste. Les ventes de cochons bio ont augmenté de 3,9% l'an dernier mais totalisent moins de 1% des ventes de viande de porc dans l'Hexagone. Enfin, les ventes de moutons bio ferment la marche, et progressent de 3,5%.

France/logement neuf: les mises en chantier bondissent au 1er trimestre

  France/logement neuf: les mises en chantier bondissent au 1er trimestre Les mises en chantier de logements neufs ont bondi de 18,5% au premier trimestre 2017, comparé aux trois mêmes mois de l'année précédente, à 97.100 unités, a annoncé vendredi le ministère du Logement. De leur côté, les permis de construire ont augmenté de 15,9% de janvier à mars, à 113.400 unités, toujours sur un an, a précisé le ministère dans un communiqué. Par type de logement, les mises en chantier de logements ordinaires affichent une croissance de 17,8%, à 90.100 unités, sur les trois premiers mois de l'année. De leur côté, les logements en résidence (pour séniors, étudiants), un segment de niche plus instable, ont bondi de 27,9% à 6.900.

Nos systèmes ont détecté un trafic exceptionnel sur votre réseau informatique. S'il vous plaît nous contacter par e-mail si vous avez des questions.

Erreur! Vous tentez d'accèder à un Sujet qui n'existe plus.

Un cahier des charges contraignant ...

Si 60% des Français ont une bonne opinion de la viande bio, selon un sondage réalisé par l'Ifop pour la commission bio de l'interprofession de la viande rouge (Interbev), le prix constitue un frein. Il est en effet de 10% à 30% supérieur à celui de la viande conventionnelle. C'est pour cette raison que les consommateurs de viande bio appartiennent prioritairement aux catégories socio-professionnelles élevées (CSP+). Parmi eux, on trouve beaucoup de retraités et d'habitants des grandes villes. «La qualité a un prix. Le consommateur doit comprendre qu'on ne peut pas faire du bio low cost, commente Franck Bardet, responsable animal chez Biocoop. En amont de la filière, les contraintes de l'éleveur bio sont plus importantes».

MG E-Motion Concept : vers un retour de MG sur le marché des sportives ?

  MG E-Motion Concept : vers un retour de MG sur le marché des sportives ? Totalement oublié de notre côté de la Manche, MG reste néanmoins très présent au Royaume-Uni et en Chine, pays de son propriétaire actuel, SAIC Motor. Au salon de Shanghai justement, la marque britannique vient de présenter ce concept baptisé E-Motion qui annonce peut-être le retour des sportives au sein de la gamme. À l'heure actuelle, le catalogue de MG se compose uniquement de berlines, de citadines et de crossovers. Mais il fut un temps où le britannique était mondialement connu pour ses coupés et ses roadsters, la dernière représentante du genre étant la MG TF dont la carrière fut temporairement relancée de 2007 à 2011 par SAIC Motor.

Découvrez toutes les annonces immobilières pour acheter ou louer partout en France . Trouvez facilement votre futur appartement ou maison grâce à notre carte 3D inédite. Rester en mode portrait.

Cette page n'existe pas.

Effectivement leur cahier des charges est plus contraignant. «Nous devons nourrir nos animaux avec des céréales, les faire pâturer un minimum de temps à l'année et leur donner des protéines bio, commente Bruno Hervé, exploitant à Haute-Rive dans l'Orne, qui élève 40 vaches de race Blonde d'Aquitaine. Je suis autosuffisant pour l'alimentation de mes animaux, je produis tout sur ma ferme».

.... mais une production plus rentable

«Nous avons une meilleure qualité de vie car nous élevons mieux nos animaux, tout en dégageant une meilleure rentabilité», se réjouit toutefois Bruno Hervé. «Un éleveur de vaches bio gagne entre 5 et 30% de plus que son collègue en système conventionnel», précise pour sa part Hervé Longy, directeur du lycée agricole de Naves à Tulle. Cet établissement élève 130 vaches de race Limousine sur 220 hectares, ainsi que 40 truies qui donnent naissant à 1000 porcs par an. «Nous vendons nos vaches 4,70 euros le kilo en bio, soit 1 euro de plus que la limousine non bio», calcule-t-il. Quant aux porcs, l'écart est encore plus grand. «Nous commercialisons nos cochons bio 3,6 euros le kilo, contre 1,5 euro en moyenne pour le porc normal, poursuit le directeur. 40 truies suffisent à un éleveur bio pour vivre, alors qu'il en faut 200 en système conventionnel».

À l'autre bout de la chaîne, les bouchers traditionnels, qui représentent 15% des volumes de viande bio écoulée chaque année en France, sont également satisfaits. «Je vends mes côtes de bœuf bio 10 à 12% plus cher qu'une côte de bœuf conventionnelle, mon steak haché 25% de plus et mon porc de 20 à 30% de plus, suivant les parties», indique Michel Vaidie, artisan boucher à la Dandelion dans le marché couvert des Batignolles. Un commerce 100% bio.

Une aubaine qui n'a pas échappé aux grandes et moyennes surfaces, qui assurent 51% des volumes de viande bio vendus en France, contre 16% aux magasins spécialisés du réseau bio.

Vélib': perdant de l'appel d'offres, JCDecaux contre-attaque en justice .
Jusqu'ici détenteur du marché, le géant de la pub français a perdu l'appel d'offres pour le renouvellement des vélos en libre-service à Paris. © afp.com/Jean Ayissi Le système Vélib' fait l'objet d'un renouvellement de marché qui entrera en vigueur en janvier 2018, pour 15 ans. La bataille pour le marché des vélos en-libre service à Paris se poursuit. Le groupement JCDecaux/SNCF/RATP a annoncé ce mardi avoir déposé un recours en référé auprès du tribunal administratif de Paris.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!