Culture Mort d'Etienne Chicot, gueule et voix du cinéma français

11:40  08 août  2018
11:40  08 août  2018 Source:   msn.com

L'acteur Louis Chicot, figure de nombreuses séries, est mort

  L'acteur Louis Chicot, figure de nombreuses séries, est mort Etienne chicot, mort mardi, avait joué dans de nombreuses séries comme "Navarro", "Commissaire Moulin" ou encore "Louis la Brocante".Son visage était familier pour les amateurs de cinéma et séries français. Son nom peut-être moins car il avait tendance à collectionner les rôles secondaires. L'acteur et chanteur Etienne Chicot est mort subitement mardi à l'âge de 69 ans, a rapporté Le Parisien.

Pour les articles homonymes, voir Étienne et Chicot . Étienne Chicot est un acteur, compositeur et scénariste français né le 5 mai 1949 à Fécamp. Entre cinéma et théâtre, Étienne Chicot a joué plus de 80 personnages depuis le début de sa carrière.

Les dialoguistes deviennent des personnages-clés du cinéma français : le plus célèbre étant Jacques Prévert. La fin de la quatrième république, en 1958, coïncide avec la mort de Max Ophuls, cinéaste qui a su le mieux tirer parti du cinéma en studio.

Mort d'Etienne Chicot, gueule et voix du cinéma français © Zelig Films Distribution Mort d'Etienne Chicot, gueule et voix du cinéma français
Le comédien Etienne Chicot est décédé le mardi 7 août 2018, à l'âge de 69 ans, annonce Le Film Français. Vu dans plus de 100 films, fictions et séries, vraie gueule qui avait accompagné beaucoup de comédies ces dernières années, on se souviendra aussi de sa voix grave immédiatement reconnaissable. Ayant passé sa jeunesse et son adolescence en Afrique, Etienne Chicot s'installe à Paris sans aucune intention d'être comédien. Tout en entamant une carrière musicale au début des années 70, il participe à un spectacle intitulé "Gomina" ainsi qu'à de nombreux castings. Ses premières apparitions à l'écran remontent à 1973, dans le court métrage L'Agression puis dans Ras le bol de Michel Huisman.A partir de On n'est pas sérieux quand on a 17 ans (1974), Etienne Chicot multiplie les petits rôles au cinéma : policier dans Monsieur Klein (1976), auto-stoppeur dans Le Plein de super, dont il compose la musique et coécrit le scénario avec Alain Cavalier, ou encore proxénète dans Le Dernier amant romantique (1978). C'est la même année que Luc Plamondon et Michel Berger lui proposent de jouer le rôle du businessman dans l'opéra-rock "Starmania". Le succès est au rendez-vous et la chanson "Le blues du businessman" devient rapidement un classique de la variété française.Mais Chicot n'abandonne pas pour autant le cinéma. Le grand public remarque sa voix rauque et son physique atypique dans La Guerre des polices (1979) de Robin Davis. Il multiplie les seconds rôles dans de nombreux films tels que Un Mauvais fils aux côtés de Patrick Dewaere ou Le Choix des armes (1981) d'Alain Corneau. Etienne Chicot interpète aussi de nombreux personnages en rapport avec le domaine musical, son autre grande passion : il est ainsi guitariste dans Hôtel des Amériques (1981), responsable de maison de disques dans Mort un dimanche de pluie (1986), "manager" dans Désordre ou encore animateur d'une station de radio dans Fréquence meurtre (1988).A la fin des années 80, Etienne Chicot remporte son premier Molière pour une pièce de Loleh Bellon et se retrouve en haut de l'affiche avec 36 fillette de Catherine Breillat. Il y incarne un quadragénaire qui s'éprend d'une adolescente dans un camping. Le début des années 90 lui sourit puisqu'il enchaîne les premiers rôles, notamment dans Le Vent de la Toussaint (1991), où il interprète un médecin expatrié en Kabylie durant la guerre d'Algérie. Par la suite, il se consacre davantage à la télévision, campant l'amant mystérieux de Chantal Lauby dans Le Secret de Julia (1996) ou un agriculteur déphasé dans Une semaine au salon (1998). Au début des années 2000, le public cinéphile le redécouvre en commercial désopilant dans Les Portes de la gloire (2001) et en commissaire râleur dans Gomez & Tavarès (2003). Chicot change sensiblement de direction dans le thriller L'Empire des loups (2005) et enchaine avec la comédie de Valérie Lemercier, Palais Royal ! En 2006, il joue un lieutenant dans Da Vinci Code puis quitte la France pour la Lituanie pour les besoins de Transsiberian (2008). Son voyage de retour sera plus léger avec les comédies Low Cost et Case départ. Avec Un Plan Parfait (2012) de Pascal Chaumeil, Etienne Chicot poursuit son chemin dans la veine de la comédie. suivi de Supercondriaque de Dany Boon (2015). En 2017, il rejoint la nouvelle adaptation d'Un sac de billes de Christian Duguay. Sa dernière apparition est un western brésilien O Matador de Marcelo Galvão. Il décède le 7 août 2018 à l'âge de 69 ans.Un extrait d'Un plein de super avec Etienne Chicot, dont il a cosigné le scénario (1976)

Le comédien Etienne Chicot est décédé le mardi 7 août 2018, à l'âge de 69 ans, annonce Le Film Français. Vu dans plus de 100 films, fictions et séries, vraie gueule qui avait accompagné beaucoup de comédies ces dernières années, on se souviendra aussi de sa voix grave immédiatement reconnaissable.

Cinéma - Mort d’Étienne Chicot, le comédien aux 120 films

  Cinéma - Mort d’Étienne Chicot, le comédien aux 120 films C’est un acteur de cinéma, télévision et théâtre dont le visage semblait familier, tant il a multiplié les seconds rôles. Le comédien Étienne Chicot est décédé ...C’est un acteur de cinéma, télévision et théâtre dont le visage semblait familier, tant il a multiplié les seconds rôles. Le comé le mardi 7 août, à l’âge de 69 ans.Le comédien était notamment connu pour avoir joué dans l’opéra « Starmania », en 1979, aux côtés de France Gall, dans le rôle du milliardaire politicien Zéro Janvier.

Retrouvez les films de Etienne Chicot : Da Vinci Code,Case Départ,Un Plan Parfait Découvrez ses meilleurs extraits de film. Film fantastique. Top Films. Cinéma .

La Fête du cinéma a été lancée le 14 juin 1985 à l'initiative de la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF), conjointement avec le ministère de la Culture et l'ensemble des professions du cinéma . Mort ou vif, La Haine, Dumb and Dumber.

Ayant passé sa jeunesse et son adolescence en Afrique, Etienne Chicot s'installe à Paris sans aucune intention d'être comédien. Tout en entamant une carrière musicale au début des années 70, il participe à un spectacle intitulé "Gomina" ainsi qu'à de nombreux castings. Ses premières apparitions à l'écran remontent à 1973, dans le court métrage L'Agression puis dans Ras le bol de Michel Huisman.

A partir de On n'est pas sérieux quand on a 17 ans (1974), Etienne Chicot multiplie les petits rôles au cinéma : policier dans Monsieur Klein (1976), auto-stoppeur dans Le Plein de super, dont il compose la musique et coécrit le scénario avec Alain Cavalier, ou encore proxénète dans Le Dernier amant romantique (1978). C'est la même année que Luc Plamondon et Michel Berger lui proposent de jouer le rôle du businessman dans l'opéra-rock "Starmania". Le succès est au rendez-vous et la chanson "Le blues du businessman" devient rapidement un classique de la variété française.

Mais Chicot n'abandonne pas pour autant le cinéma. Le grand public remarque sa voix rauque et son physique atypique dans La Guerre des polices (1979) de Robin Davis. Il multiplie les seconds rôles dans de nombreux films tels que Un Mauvais fils aux côtés de Patrick Dewaere ou Le Choix des armes (1981) d'Alain Corneau. Etienne Chicot interpète aussi de nombreux personnages en rapport avec le domaine musical, son autre grande passion : il est ainsi guitariste dans Hôtel des Amériques (1981), responsable de maison de disques dans Mort un dimanche de pluie (1986), "manager" dans Désordre ou encore animateur d'une station de radio dans Fréquence meurtre (1988).

A la fin des années 80, Etienne Chicot remporte son premier Molière pour une pièce de Loleh Bellon et se retrouve en haut de l'affiche avec 36 fillette de Catherine Breillat. Il y incarne un quadragénaire qui s'éprend d'une adolescente dans un camping. Le début des années 90 lui sourit puisqu'il enchaîne les premiers rôles, notamment dans Le Vent de la Toussaint (1991), où il interprète un médecin expatrié en Kabylie durant la guerre d'Algérie. Par la suite, il se consacre davantage à la télévision, campant l'amant mystérieux de Chantal Lauby dans Le Secret de Julia (1996) ou un agriculteur déphasé dans Une semaine au salon (1998).

Au début des années 2000, le public cinéphile le redécouvre en commercial désopilant dans Les Portes de la gloire (2001) et en commissaire râleur dans Gomez & Tavarès (2003). Chicot change sensiblement de direction dans le thrillerL'Empire des loups (2005) et enchaine avec la comédie de Valérie Lemercier, Palais Royal ! En 2006, il joue un lieutenant dans Da Vinci Code puis quitte la France pour la Lituanie pour les besoins de Transsiberian (2008). Son voyage de retour sera plus léger avec les comédies Low Cost et Case départ. Avec Un Plan Parfait (2012) de Pascal Chaumeil, Etienne Chicot poursuit son chemin dans la veine de la comédie. suivi de Supercondriaque de Dany Boon (2015). En 2017, il rejoint la nouvelle adaptation d'Un sac de billes de Christian Duguay. Sa dernière apparition est un western brésilien O Matador de Marcelo Galvão. Il décède le 7 août 2018 à l'âge de 69 ans.

Un extrait d'Un plein de super avec Etienne Chicot, dont il a cosigné le scénario (1976)

Jean-Yves Chatelais (Kaamelott, Dix pour cent) est mort à l'âge de 63 ans .
Mardi 31 juillet 2018, le comédien français Jean-Yves Chatelais est décédé à l’âge de 63 ans. Homme de théâtre, de cinéma ou encore de télévision, il a joué dans de nombreuses séries, dont Kaamelott, Dix pour cent ou encore Speakerine. Reconnu du grand public grâce à ses nombreux rôles au cinéma, mais également à la télévision, Jean-Yves Chatelais est aussi connu des téléspectateurs pour sa voix. En effet, le comédien a doublé divers acteurs américains. Mort mardi 31 juillet 2018, à 63 ans, Jean-Yves Chatelais est parti en laissant une belle carrière derrière lui, qu'il a commencée dans les années 1970. Il a notamment joué dans des séries populaires françaises comme Julie Lescaut, Joséphine, ange gardien, Kaamelott, Dix pour cent ou encore récemment dans la série de France 2 Speakerine.⋙ Speakerine : faut-il regarder la série de France 2 ?Aude Briant, sa compagne, a annoncé la triste nouvelle via son compte Twitter. "Jean-Yves Chatelais. 1953-2018. Il est mort comme il a vécu. Libre. Il aura illuminé les plateaux de son talent. Et ma vie de son amour. Repose en paix, Jean-Yves. Je t'aime", a-t-elle confié sur le réseau social. Antoine de Caunes a également relayé le message en ajoutant : "Libre, drôle, et infiniment talentueux. Tendres condoléances." En réponse à ces propos, le comédien Alexandre Astier a tenu, lui aussi, à lui rendre hommage.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!